Drone, USA et régime iranien

A Washington, la Maison blanche indique l’abandon au dernier moment d’une riposte militaire à la supposée destruction d’un drone américain par l’armée iranienne. Le président américain évoque à l’appui deux arguments. Une possible erreur ou malveillance personnelle sans intention gouvernementale iranienne et éviter la mort d’environ cent cinquante personnes par la riposte américaine.

Au-delà des options politiques, force est de constater la différence de traitement de la situation selon qu’elle est interprétée par les Etats-unis d’Amérique ou par la « république islamique d’Iran ».

Si à Washington, les décisions présidentielles sont soumises aux contre-pouvoirs, contrôles institutionnels et opinion publiques et des médias, nul n’ose, à Téhéran, contester les ordonnances émanant du Pouvoir an général et du « guide suprême » en particulier sans risquer pour sa vie.

Les différences d’appréciation et d’interprétation de l’incident du drone n’ont qu’une importance relative à l’expression de la démocratie. Aux libertés des moqueries, et critiques les plus acerbes contre l’Exécutif US répond l’obéissance absolue du peuple et des institutions d’Iran aux avis de leur théocratie autocratique.

Chaque once de contre-pouvoir est utilisée contre l’Administration américaine. L’Iran connaît pendaisons publiques (avril 2019-deux enfants de dix sept ans), coups et humiliations publiques (femmes non ou mal voilées, opposants politiques), persécutions de nature religieuse (Bahais) et sexuelles , etc, etc.

Le drone américain cache la forêt des injustices.

à propos de l'auteur
Pierre Saba
Comments