Dreyfus : Zemmour a encore instillé son poison

Capture d'écran Youtube
Capture d'écran Youtube

Emission face à l’info du 15 octobre 2020 sur CNews

Nous nous étions déjà plaints du comportement hostile d’Éric Zemmour à l’égard d’Alfred Dreyfus dans l’émission du 29 septembre 2020 mais cela aura été sans effet. Quand le nom de Dreyfus est évoqué Zemmour ne peut s’empêcher de faire des remarques désobligeantes et traumatisantes pour toute la communauté juive.

La communauté juive avait déjà été choquée par la grande compréhension de Zemmour pour l’action de Pétain. Les origines de Zemmour ne lui permettent pas de dire n’importe quoi pour paraître comme le plus français des français sans doute par «haine de soi ».

Marc Menant avait fait (comme le 29 septembre pour Zola) une excellente présentation de l’affaire Dreyfus qui a probablement heurté la prétention de Zemmour d’être l’historien qu’il n’est pas. Zemmour fait de plus valoir une culture abimée par ses convictions.

On ne comprend donc pas pourquoi Christine Kelly (animatrice) l’autorise à commenter de façon définitive et conclusive ce que disent les autres intervenants. De plus comme lui a fait remarquer Jean Pierre Chevènement le 16 Octobre, Zemmour a le verbe haut et devrait se contrôler.

Zemmour a modéré l’antisémitisme de l’Armée à cette époque en disant que pour elle « Dreyfus était allemand ! » (46e minute de l’émission). Alfred Dreyfus venait d’une famille de patriotes français qui avait préféré quitter l’Alsace plutôt que de rester sous occupation allemande. De plus l’Armée considérait l’Alsace comme une province française sous occupation.

Le pire est venu quand Zemmour dit à la 48e minute se référant à l’aspect graphologique de l’affaire « qu’on ne saura jamais ! » si Dreyfus n’avait pas été troublé lorsqu’il avait été forcé par du Paty de Clam, de recopier des parties du bordereau trouvé à l’ambassade d’Allemagne. Cela va dans le sens des délires de l’anti-juif Bertillon qui disait que si l’écriture de Dreyfus était différente de celle du Bordereau c’était par contrefaçon.

Marc Menant a remis Zemmour à sa place mais le poison était déjà instillé. Cette affaire fut examinée par de nombreux experts et définitivement clarifiée, seul un esprit retors peut la remettre en cause plus d’un siècle plus tard. De plus la phrase « ce n’est pas évident ! » prononcé par Zemmour à la 49e minute est lourde de sens quant à son état d’esprit.

Zemmour indique que l’armée à cette époque n’était pas antisémite puisque de nombreux officiers juifs y avaient fait carrière. En réalité sur 28 000 officiers seuls 300 étaient juifs soit 1%.

Les insultes du journal « La Libre Parole » contre les officiers juifs avaient entrainé des duels. Wiallard administrateur de ce journal qui était aussi un juif converti à l’antisémitisme s’était associé avec Drumont.

La haine antisémite qui s’est révélée lors de l’affaire Dreyfus dans la France des Droits de l’Homme aura été tellement désespérante qu’elle a définitivement ancré l’idée de redonner le plus rapidement vie à l’Etat d’Israël.

à propos de l'auteur
Didier est de formation franco-américaine : Paris -Dauphine, CFA USA et UK. Il a 35 ans d'expérience des affaires internationales (Finances) en tant que Directeur ainsi qu'une connaissance approfondie d'Israël et du Moyen Orient
Comments