Dieu est-il rigolo ?

Crédit : Pierre Orsey
Crédit : Pierre Orsey

A sept ans, ma fille m’avait posé la question la plus importante -à mon avis- que l’on doit se poser à propos de Dieu avant de croire en Lui : « Est-ce qu’Il est rigolo ? »

Dix ans plus tard, suite à une discussion avec ses amis elle m’a posé une question toute aussi importante : « Pourquoi les gens ont autant de peine pour les Palestiniens ? ». Dans sa question il y avait aussi, implicitement, la question « Pourquoi les gens détestent autant les Israéliens ? ».

Elle a exigé une réponse rapide et après quelques négociations diplomatiques elle m’a accordé dix minutes même si je savais qu’au bout de cinq elle commencerait à trouver ma conférence un peu longue. Comment expliquer en moins de dix minutes l’histoire du conflit israélo-palestinien ?

Je suis parti du 2ème siècle de l’ère chrétienne lorsque les Juifs ont été expulsés de Judée, quand les Romains ont décidé d’appeler cette province la Palestine. Je lui ai raconté que lorsque j’avais, il y a deux ans, demandé à un ami Palestinien chrétien de Beit-Jala s’il voulait un État palestinien il m’avait répondu « surtout pas, le gouvernement serait islamiste, je me ferais expulser ou massacrer ». Et lorsque je l’avais interrogé sur son identité les échanges m’avaient étonné :

– Est-ce que les Palestiniens proviennent du peuple philistin mentionné dans la Bible ?

– Pas du tout, les Philistins venaient de Grèce.

– Alors venez-vous du Liban, de Jordanie, de Syrie ou d’Égypte ?

– De nulle part puisque ma famille habite ici depuis deux mille ans au moins.

– Alors quelle est votre origine ?

Il m’avait répondu avec humour : « je suis peut-être Juif… ». (ce qui n’est pas impossible)

Et lorsque j’avais posé le même genre de questions à de jeunes Palestiniens de Bethléem ils m’avaient dit qu’un État palestinien ne les intéressait pas beaucoup ; que ce qui comptait pour eux c’était de pouvoir s’épanouir dans une société libre, que ce soit en Amérique ou en Israël ; mais que, malheureusement, en Cisjordanie ils avaient un avenir plutôt bouché. Évidemment les Palestiniens plus âgés que j’ai rencontrés étaient, eux, plus attachés à l’utopie d’un État.

Alors, avec ma fille, nous sommes allés jusqu’au bout de la question : pourquoi les Israéliens n’annexent pas toute la Cisjordanie et Gaza ? Ce serait plus simple ; un seul pays avec des Juifs et des Arabes ensemble. J’ai expliqué à ma fille que dans ce cas la population juive deviendrait minoritaire et que cette situation signifierait la fin du pays des Juifs. Il faudrait alors que dans ce pays les Juifs aient un statut de citoyens avec plus de droits politiques que les Arabes, ce qui signifierait la fin de la démocratie israélienne.

En moins de dix minutes, ça n’a pas été facile de condenser tout ce que je voulais dire, et avant la fin de ma conférence mon public était en train de se lever pour vaquer à d’autres occupations plus essentielles. Il n’est pas facile de s’aventurer dans un cours d’histoire, de religion et de politique avec une fille de dix-sept ans. Je suis peut-être quand même parvenu à lui faire comprendre que c’était compliqué et que ses questions ne pouvaient que soulever de nouvelles questions. Parvenir à démontrer qu’il n’y a pas de réponse simple c’est déjà une sorte de réponse, non ?

Du coup je n’ai pas eu le temps de reparler de sa question d’il y a dix ans et à laquelle j’avais répondu par un texte d’une centaine de pages (qu’elle n’a pas encore eu le temps de lire…). Il me semble que les deux questions posées à dix années d’intervalle ont un lien : Dieu est-il rigolo ? Pourquoi les gens détestent les Israéliens ?

On pourrait fusionner les deux questions : si le Dieu d’Israël aime rire, pourquoi a-t-il mis son peuple à l’écart des autres peuples, le rendant ainsi détestable ? Cette situation n’est pas du tout amusante. Et pourquoi, si Dieu aime l’humour, a-t-il demandé aux Juifs de revenir sur leur terre alors que les Palestiniens ne trouvent pas ça drôle ? Où est l’humour divin dans tout ça ? Or, à mon avis, si Dieu n’est pas rigolo, ce n’est pas la peine de croire en lui. S’il existe il aime forcément rire.

D’ailleurs le fils d’Abraham qui a failli être sacrifié sur le Mont Moriah s’appelle « il rira ». Selon un enseignement de Manitou (Yéhouda Léon Askénazi) lorsque le Messie viendra nous rirons. Et Manitou précise que dans la Torah il y a un moment « messianique » extraordinaire (avec un verbe au présent, ce qui est rare dans la Torah) : « Is’hac rit avec Rivka sa femme » (traduction selon André (Noham) Chouraqui. Le verset complet dans une autre traduction est : « Comme son séjour se prolongeait, il arriva qu’Abimélec, roi des Philistins, regardant par la fenêtre, vit Isaac qui plaisantait (ou jouait) avec Rebecca, sa femme. » (Berechit 26,8).

Comment rire du conflit israélo-palestinien ? Il suffirait peut-être de regarder des petits enfants Juifs et Arabes s’amuser ensemble dans un même jardin d’enfants. Les adultes auraient honte avant de rire. Mais nous n’en sommes pas encore là ; pour le moment le rire n’est pas encore audible. La solution n’est pas encore à l’horizon.

Finalement, dans la question de ma fille il y en avait une autre : pourquoi en France est-il étrange[1] d’aimer Israël ?

Ça c’est une bonne question.

[1] Étrange : qui frappe par son caractère singulier, insolite, surprenant, bizarre (Larousse)

à propos de l'auteur
Passionné de judaïsme et d'Israël, Pierre Orsey est né en 1971 et habite près d’Avignon.
Comments