Devenu paria, l’Afrique du Sud fait honte à l’idéal africain

Manifestation de la société civile contre la recrudescence des attaques xénophobes en Afrique du Sud, le 14 septembre 2019, dans le quartier central des affaires de Johannesburg. Au moins douze personnes ont été tuées et des centaines de magasins détruits depuis le début du mois de septembre dans une recrudescence d'attaques dirigées contre des entreprises étrangères dans et autour de la plus grande ville d'Afrique du Sud.
Michele Spatari / AFP
Manifestation de la société civile contre la recrudescence des attaques xénophobes en Afrique du Sud, le 14 septembre 2019, dans le quartier central des affaires de Johannesburg. Au moins douze personnes ont été tuées et des centaines de magasins détruits depuis le début du mois de septembre dans une recrudescence d'attaques dirigées contre des entreprises étrangères dans et autour de la plus grande ville d'Afrique du Sud. Michele Spatari / AFP

Le pays de Nelson Mandela s’est attiré de violentes critiques de très nombreux pays africains et autres pays suite au déchaînement xénophobe dans les grandes métropoles d’Afrique du Sud et ce, au moment même où se tenait au Cap le Forum Economique Mondial. Un Forum boycotté par les Présidents de la République Démocratique du Congo, du Malawi, du Nigéria et du Rwanda ainsi par de nombreux autres pays.

Ces attaques meurtrières ont indigné les africains et démontré que les sud-africains ont oublié que durant le régime de l’apartheid des milliers de sud-africains, membres de l’ANC, vivaient dans des pays Africains où étaient très bien traités après avoir fuient les persécutions du régime raciste des Boers.

Même la communauté musulmane est ciblée puisqu’une Mosquée a été visée, le 08 septembre 2019, par ces attaques à caractère xénophobe à Johannesburg.

Mais l’Histoire a de la mémoire et toute l’Afrique se lèvera pour dire non à l’Afrique du Sud pour son inaction face à cette situation que ses ressortissants font subir aux africains installés dans ce pays membre de l’Union Africaine.

Il est anormal que ces bandits de bas étages puissent s’attaquer à des innocents. Au gouvernement sud-africain de prendre ses responsabilités pour créer du travail et diminuer en conséquence le fort taux de chômage avoisinant les 30% en raison de la rareté des opportunités de travail.

Des attaques racistes qui ont provoqué une réaction de colère du Président américain, avertissant le Président sud-africain de sanctions économiques et d’un retrait de tous les investissements américains dans ce pays.

Quant à la Haute Représentante de l’Union Européenne pour les Affaires Etrangères, Federica Mogherini, qui s’alarme et affirme « suivre de près la situation des Droits de l’Homme au Maroc », elle ferait mieux de les suivre en Afrique du Sud et en Algérie car Rabat fait largement mieux en matière de respect des Droits de l’Homme à l’échelle de l’Afrique, du Moyen-Orient, de l’Asie, d’Amérique Latine et de l’Europe.

Au nom de quelle logique se permet-elle donc de s’alarmer inutilement sur la situation au Maroc et de passer sous silence les violations pourtant gravissimes perpétrées chaque jour que Dieu fait par la mafia vert-kaki sur le peuple algérien ainsi que sur les populations africaines et par les sud-africains sur les étrangers africains installés en Afrique du Sud ? Serait-elle la Bolton européenne, une ardente affidée du polisario ? L’avenir nous le dira.

Pour rappel, John Bolton, fervent soutien des terro-polisariens, a été limogé sèchement, le 10 septembre 2019, par le Président américain Trump de son poste de Conseiller à la Sécurité Nationale.

Quoi qu’il en soit, l’Afrique du Sud, zélée soutient des terroristes du polisario pour nuire au Maroc, devra payer cash le séparatisme.

à propos de l'auteur
Farid est marocain, spécialiste en sciences politiques, Relations Internationales et Economie Politique
Comments