Desmond Tutu ou le prélat indigne

DOSSIER - L'archevêque émérite sud-africain Desmond Tutu prononçant une allocution à l'abbaye de Westminster à Londres lors du service commémoratif pour l'ancien président sud-africain Nelson Mandela, lundi 3 mars 2014. Tutu, militant sud-africain lauréat du prix Nobel de la paix pour la justice raciale et LGBT et archevêque anglican à la retraite du Cap, est décédé, a annoncé le président sud-africain Cyril Ramaphosa dimanche 26 décembre 2021. Il avait 90 ans. (John Stillwell, Pool Photo via AP, File)
DOSSIER - L'archevêque émérite sud-africain Desmond Tutu prononçant une allocution à l'abbaye de Westminster à Londres lors du service commémoratif pour l'ancien président sud-africain Nelson Mandela, lundi 3 mars 2014. Tutu, militant sud-africain lauréat du prix Nobel de la paix pour la justice raciale et LGBT et archevêque anglican à la retraite du Cap, est décédé, a annoncé le président sud-africain Cyril Ramaphosa dimanche 26 décembre 2021. Il avait 90 ans. (John Stillwell, Pool Photo via AP, File)

L’archevêque Sud-Africain Desmond Tutu est décédé cette semaine à l’âge de 90 ans. Ce grand chrétien, prince de l’Eglise anglicane et prix Nobel de la paix, était aussi un antisémite notoire. Cela faisait des décennies que le centre Simon-Wiesenthal relevait sa judéophobie et son négationnisme de café de commerce.

Tutu minimisait l’ampleur de la Shoah et estimait que les chambres à gaz avaient eu l’avantage de tuer « proprement ».

Tutu accusait les Juifs de s’être arrogé une exclusivité en matière de génocide et demandait aux survivants des camps d’extermination de « pardonner les nazis[1] ».

Tutu condamnait les Juifs pour avoir « monopolisé Dieu » alors qu’en réalité ils étaient (d’après lui) les ennemis de Dieu et que Jésus était en colère contre eux.

Tutu n’était pas raciste au sens premier du terme. Son antisémitisme était explicitement théologique. Il incriminait les Juifs de ne pas être chrétien, mais ne faisait pas ce reproche aux pratiquants d’autres religions. C’est la marque même de l’obsession du christianisme, qui commande de liquider le judaïsme dont il est issu. Le christianisme ne peut admettre la survivance des Juifs autrement que comme témoins souillés pour l’éternité par leur rejet du Christ.

Au mémorial de la Shoah à Jérusalem Tutu a adressé une prière pour les nazis responsables d’avoir exterminé six millions de Juifs.

Tutu accusait les Juifs de faire aux Palestiniens ce que les nazis faisaient aux Juifs. Il estimait que l’Etat d’Israël était terroriste et totalitaire, comparable en cela à l’Allemagne nazie et à l’Afrique du Sud sous Apartheid[2].

Tutu soutenait le BDS, organisation antisémite en faveur d’un boycott d’Israël avec pour objectif la fin de l’Etat juif.

Tutu accusait les Juifs d’être arrogants et de terroriser les « bons » américains en se servant de la toute-puissance[3] du « lobby juif » aux Etats-Unis.

Tutu avait coutume de dire « que cela plaise ou non aux Juifs, c’est un peuple particulier. Ils ne peuvent jamais espérer être jugés selon les mêmes normes que celles utilisées pour les autres. » Là aussi ressurgit « l’Enseignement du Mépris » du christianisme tel qu’il a été prêché durant des siècles jusqu’au concile Vatican II. Mais il se peut qu’en tant que dignitaire de l’Eglise anglicane Tutu n’était pas au courant des remises en question des catholiques.

La question est maintenant de savoir si une personnalité comme Tutu qui promeut la haine des Juifs a néanmoins droit à des circonstances atténuantes eu égard à son combat contre l’Apartheid.

La question est aussi de savoir si un prêtre comme Tutu qui avalise l’antijudaïsme chrétien a néanmoins droit à des circonstances atténuantes eu égard à son combat contre l’Apartheid.

Enfin la question est de savoir si un politicien comme Desmond Tutu qui s’appuie sur l’antisémitisme endémique pour nourrir sa propagande a néanmoins droit à des circonstances atténuantes eu égard à son combat contre l’Apartheid.

La réponse est non, non et non.

[1] « Tutu Urges Jews to Forgive The Nazis », San Francisco Chronicle, 27 décembre 1989.

[2] John Allen, Rabble-Rouser For Peace: The Authorised Biography of Desmond Tutu, p. 385

[3] Ibid

à propos de l'auteur
Daniel Horowitz est né en Suisse, où ses parents s’étaient réfugiés pour fuir l’occupation de la Belgique. Revenu à Anvers il grandit au sein de la communauté juive. A l’âge de quinze ans il entre dans l’industrie diamantaire et y fait carrière. Passé la soixantaine il émigre en Israël où il se consacre désormais à l’écriture. Il a récemment publié aux éditions l'Harmattan un ouvrage intitulé "Leibowitz ou l'absence de Dieu".
Comments