Crise d’identité juive générée par la désunion

© Stocklib / Cohen
© Stocklib / Cohen

Dans L’être et le néant, Jean-Paul Sartre nous dit que « toute relation à autrui peut se lire en fonction d’une dynamique ascendante ou descendante »

En somme, selon que le langage, plus exactement l’attitude, situe son interlocuteur comme sujet ou comme objet. C’est un angle qu’il nous est possible de prendre pour saisir l’histoire.

Comment un discours d’union peut aujourd’hui s’instaurer en Israël, dépassant les obstacles qui oblitèrent encore son avènement : soit, celui de la rhétorique ethno-judaïque que supporte, dans l’oubli de l’aliénation subie, la nostalgie d’une authenticité juive perdue ; soit, celui du renoncement à soi en posant comme instance de tout discours légitime, la  » Torah », qui est l’élément vital de l’omniprésent judaïsme occidental.

Les Maîtres de la Torah orale, au-delà de toute mésinterprétation et échappatoire actuels, ont entrepris de fonder en toute rigueur un discours juif qui assume le devenir pour-soi de l’homme juif dans la totalité de ses déterminations et de ses exigences.

Sur fond de cette crise d’identité générée par la désunion, la production intellectuelle juive est souvent habitée par la quête de nouveaux repères extra-torah, une quête qui oscille constamment entre les extrêmes de la nostalgie du passé d’une part et du mimétisme servile du monde triomphant d’autre part. Ayant mis à nu la « pensée » aliénant de ces deux alternatives.

Ces Rahamim ont problématisé avec une originalité certaine le devenir d’Israël. L’évidence de pareille expérience permet de se décentrer de l’interprétation dominante. Dans ce cas précis, de la valeur que l’anthropologie juive donne aux concepts d’identité et non d’ethnicité.

De même, la signification que lui accordent les frontières politiques et les qualités fragiles d’une appartenance nationale. L’expérience permet de reprendre les tensions auxquelles vous vous référiez, des « problématiques », ou « l’illusion de l’unité socioculturelle du Peuple ». En même temps, il existe bien une réalité juive à laquelle renvoient le physique et le géographique.

Bonnes fêtes de Pessah

à propos de l'auteur
Guershon Nduwa est le président de la communauté juive noire de France.
Comments