Coronavirus, peut être une issue ?

Les membres de l'équipe médicale de Magen David Adom, portant un équipement de protection, manipulent un échantillon de test de coronavirus sur un site de drive-in pour la collecte d'échantillons de test de coronavirus, à Tel Aviv, le 20 mars 2020. Photo de Gili Yaari / Flash90
Les membres de l'équipe médicale de Magen David Adom, portant un équipement de protection, manipulent un échantillon de test de coronavirus sur un site de drive-in pour la collecte d'échantillons de test de coronavirus, à Tel Aviv, le 20 mars 2020. Photo de Gili Yaari / Flash90

Le grand Einstein dit un jour :
– LA THÉORIE : C’est quand on sait tout mais que rien ne marche !
– LA PRATIQUE : C’est quand on ne sait rien mais que tout marche !
Cette boutade dit tout ! Bien souvent le hasard, l’observation ou encore la chance et parfois la méthode empirique, amènent à la découverte.

– En cherchant la pierre philosophale un alchimiste saxon découvrit ou plutôt redécouvrit le secret de la porcelaine, connu des chinois. La porcelaine de Saxe était née !

– Bien avant ça Archimède dans son bain découvrit que tout corps plongé… Vous connaissez la suite !

– Plus près de nous un certain Volta physicien de son état, observait des cuisses de grenouilles suspendues sur un fil de cuivre attendant d’être cuisinées qui se détendaient et se rétractaient quand elles touchaient la barre en fonte du garde de fou de son balcon. La pile électrique chimique était née !

Aujourd’hui le monde est chamboulé par un virus venu de Chine. Une pandémie mondiale se répand on vit un cauchemar de science fiction. On essaie toutes les méthodes jugées logiques pour enrayer la propagation. L’économie mondiale est au bord du gouffre et rien de positif ne se profile !

Bien entendu tout le monde est sur le pont, vite un antidote, un vaccin, l’urgence est absolue mais aussi à la clé le jackpot pour le premier qui terrassera le mal !

Et voici que dans ces ténèbres une petite lueur d’espoir filtre, le chef de service des maladies infectieuses de l’IHU de la Timone à Marseille, publie ses résultats de thérapie expérimenté sur 24 patients semblant avoir annihilé le virus en trois à dix jours après traitement ! C’est inattendu et inespéré, personne n’avait imaginé pareille voie de recherche et de résultat !

Bien-entendu les réactions se multiplient, c’est bien normal, il y a les enthousiasmes, les septiques et les convaincus morbides ! En effet, une ancienne molécule passée depuis de décennies dans le domaine publique pourrait mettre à mal et menacer les espoirs de profits pharaoniques de Big Pharma !

Pourtant la machine est en marche et cette molécule autant connue que cette bonne vieille aspirine est en cour d’expérimentation.
– Plusieurs hôpitaux français ont lancé des tests.
– La Chine annonce également se lancer dans la course.
– TEVA va fournir aux USA 10 millions de traitements !

Le monde est en attente, il n’y a aucune raison pour que le professeur Raoult chef de service des maladies infectieuses du IHU de la Timone ait publié son essai pour la gloire, il n’en a point besoin !

L’hydrochloroquine traitement traditionnel du paludisme serait efficace et peut être plus quand elle est associée à un certain antibiotique !

Si cette nouvelle suscite des espoirs, elle est très commentée et parfois très critiquée, non pas que des sommités médicales contestent avant confirmation ses résultats mais par la mise en doute de la possibilité de traitement sur les patients et plus particulièrement les risques d’effets secondaires !

J’ai un certain âge pour ne pas dire un âge certain, mais je suis atterré par ces réactions et arguments qui me font douter de la probité de ces professeurs de médecine et de ces experts qui savent tout et nous endorment à chaque émission d’information.

La plus belle supercherie étant celle des protections !
En effet, il n’y a plus de masques, plutôt pas assez pour les soignants à défaut de protections individuelles pour chacun. Normal les usines sont en Chine et il les gardes pour eux !

Alors il faut savoir que nos politiques, nos savants ont inventé un masque intelligent : Un masque qui protège le personnel médical mais pas les patients ! Ainsi si vous n’êtes pas atteint par cette saloperie, ce masque ne sert à rien car il détecterait alors que vous n’êtes pas un personnel médical !

Depuis la traversée de la mer rouge on n’a jamais vu un tel miracle ! Et ce sont ces mêmes menteurs qui viennent parler sur la chloroquine, sans attendre les résultats !

Je vais donc moi simple individu ignare leur répondre !

Tous ceux qui comme moi ont séjourné de nombreuses années en Afrique ou dans des zones soumises au paludisme connaissent la Nivaquine. Ce médicament, « inventé en 1942 par un médecin employé de Rhône Poulenc à Tunis », à partir de la quinine connue depuis le 19 ème siècle, a été mis sur le marché après deux ans d’essais cliniques en 1949, il y a 71 ans.

Dès que vous arriviez en zone impaludée, vous receviez une boite de 500 comprimés de Nivaquine dosés à 100mg. Chacun devait en avaler un par jour tout au long du séjour quelque soit la durée, ad vitam aeternam !

Les nourrissons et les enfants aussi qui devaient boire des cuillérées de sirop en fonction de leur poids.

Ces pseudos experts et les journaleux qui animent leurs audimats devraient le savoir ou se renseigner avant d’évoquer des effets secondaires connus.

Alors je souhaite que cette thérapie aboutisse, car si la prise de 500mg par jour associés à un antibiotique sont efficaces sur des sujets atteints, il n’y pas de raison de ne pas lancer une thérapie préventive de masse sur la population saine ou atteinte et sans symptômes préventivement pour enrayer à la source le virus ! C’est empirique mais qui sait !

La France va donc lancé une étude sur 800 patients, et plusieurs autres essais européens sur des milliers de patients sont en cour.

Cela déclenche la hire de nombreux médecins qui malgré leur titres ne connaisse que très peu cette molécule et sa posologie, ainsi un professeur spécialiste des vaccins débattait hier face à un professeur du service des maladies infectieuses de l’IUH de la Timone de Marseille.

Cet éminent vieillard attaquait avec véhémence le processus adopté par le professeur Raoult, se ridiculisant d’abord par sa connaissance superficielle de la molécule utilisée et par son parti pris qui vint s’échouer sur les règlements liés à la mise en circulation des médicaments.

En effet, il lui fût bon de rappeler que, conformément aux normes médicales strictes, les études sur le bien fondé de l’usage de la chloroquine dureront huit semaines avant publication des résultats !

Il fait fi que ici là :
– Les cas d’infection auront décuplé et atteint des sommets bien plus importants que ce que l’Italie subit actuellement.
– Les hôpitaux, le personnel hospitalier et médical seront dépassés et les victimes se compteront quotidiennement par milliers en France.

Comme le disait Macron nous sommes en guerre, et on ne dispose pas de ces huit semaines pour la gagner !

Pour gagner une guerre il faut être courageux et téméraire !

ALORS POURQUOI ATTENDRE ET NE PAS TRAITER TOUS LES PATIENTS AVERES AVEC UN TRAITEMENT QUI NE PRESENTE PAS DE RISQUE ET FAIRE DIRECTEMENT L’ESSAI ?

On sait que les patients qui partent en réanimation, ont des chances de guérir certes !

Mais que beaucoup garderont un système respiratoire atteint avec des lésions irréversibles pour le restant de leur vie !

à propos de l'auteur
A 72 ans, Michel a vécu et suivi avec intérêt l'histoire et les événements internationaux parfois à travers leurs contacts directs. Toujours curieux de savoir et connaître le dessous des cartes pas toujours heureux malgré les versions officielles. Il a plus d'une vingtaine d'années d'expatriation et de voyages le plongeant dans des cultures et des contextes bien différents. Michel est ainsi un juif alsacien/lorrain, épris de notre histoire et de notre culture.
Comments