Ça bouge fort

Mon intention n’est pas d’influer de quelque façon que ce soit sur le scrutin qui va avoir lieu le 9 avril prochain, mais d’informer mes amis francophones et notamment ceux qui résident en France de la situation en Israël et de mon avis personnel (forcement subjectif)

Depuis que le procureur Avichai Mandelbilt a annoncé son intention d’inculper le Premier ministre Benjamin Netanyahu de corruption, les prises de position se succèdent et toute la société israélienne est secouée par des courants contradictoires qui la traversent.

Des sondages sont publiés (les Instituts de sondages se trompent souvent en Israël en raison de méthodes qui ne garantissent pas une précision satisfaisante mais réduisent considérablement les coûts) les uns annoncent que 14% des électeurs Likoud changeront leur vote en raison de cette quasi inculpation, les autres que le bloc du centre (Gantz-Lapid) est seul en capacité de composer un gouvernement (61 sièges) alors que celui de Droite et d’extrême-Droite (Netanyahu) constituerait l’opposition.

Les déclarations se succèdent pour prendre la défense du Premier ministre, pour s’opposer à Gantz ce Gauchiste qui va «sacrifier Israël» pour faire plaisir aux intellectuels1, aux juges, aux médias et aux laïcs mais aussi pour s’offusquer que le Premier ministre ait réquisitionné tous les médias à des fins personnelles2.

Bennett, son ministre de l’Education et leader de la Nouvelle Droite, lui confirme son soutien, mais s’oppose à son projet de loi «Française» (sic) qui donnerait, de façon rétroactive, l’impunité au Premier ministre.

Mais les Israéliens sont tellement habitués aux tours de passe-passe de Netanyahu, qu’ils restent encore convaincus (une majorité relative) qu’il sera pour une 5ème fois le vainqueur de l’élection.

Nous entendons encore dire : «Je condamne sans nuance son comportement mais je voterai encore pour Bibi, car je préfère être indigné mais vivant».

C’est dire que peut être que Netanyahu est sur le point de perdre ce combat, mais Gantz ne l’a pas encore gagné.

Les prochaines semaines peut-être parlera t-on enfin des mesures économiques qui sont nécessaires pour que les couches moyennes puissent enfin vivre décemment du produit de leur travail (quand je vivais à Tel Aviv, il m’est arrivé de multiple fois de croiser des personnes âgées décemment vêtues faisant les poubelles, j’avais de nombreux amis plus jeunes exerçant deux voire trois emplois pour s’en sortir).

En 2011, Yair Lapid, l’allié de Benny Gantz avait lancé un mouvement spectaculaire contre la vie chère et l’injustice sociale qui lui avait permis de faire une percée à la Knesset.

Pour l’instant, l’ancien chef d’Etat Major, adepte du dévoilement progressif Husserlien, reste assez évasif sur son programme assénant des «il faut d’abord battre Netanyahu».

Les prochaines semaines seront passionnantes et, si Bibi est encore Premier ministre après le 10 Avril, on pourra dire qu’il est digne héritier de David Hamelekh3.

1. Le père de Netanyahu, Bentzion Netanyahu, secrétaire de Jabotinsky, figure emblématique de la droite israélienne a eu de sérieux déboires avec les intellectuels sionistes beaucoup plus proches de son rival Ben Gourion. En réaction, l’actuel Premier ministre a toujours affiché son hostilité pour ce monde intellectuel hostile.

2. Toutes les télévisions ont diffusé en direct la déclaration de Netanyahu suite à sa future inculpation car elle avait été présentée comme « vitale », alors qu’il s’est contenté de faire connaître sa défense

3Le Roi David

About the Author
Alain BENICHOU est né à Oudjda au sein d'une famille de juifs d'Algerie vivant au Maroc tout de suite après la guerre (24 mars 1947). Il a été recruté en 1971 par le Ministère de l’Intérieur pour travailler à la modernisation de l’action de l’Etat. Dans ce cadre il a modernisé le système de centralisation des résultats électoraux. Il a été deux fois décoré dans l’ordre du Mérite par Messieurs Philippe Marchand (chevalier) puis Daniel Vaillant (officier). En 2010 il a pris sa retraite et s’est installé à Tel Aviv. Il a écrit deux romans (sur sa famille) et un recueil de nouvelles (sur Israël).
Comments