Ave Bibi, morituri te salutant

Les Israéliens manifestant contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu au point d'échange Hemed sur la route numéro 1 à l'extérieur de Jérusalem le 29 septembre 2020, lors du confinement national. Photo par Yonatan Sindel / Flash90
Les Israéliens manifestant contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu au point d'échange Hemed sur la route numéro 1 à l'extérieur de Jérusalem le 29 septembre 2020, lors du confinement national. Photo par Yonatan Sindel / Flash90

C’était le salut des gladiateurs à César avant de périr au combat. La situation en Israël est telle que les citoyens israéliens pourraient en désespoir crier ce salut à leur chef d’état.

On demande beaucoup trop aux héros israéliens. Ils ont accepté le premier confinement stoïquement et ont contribué à sa réussite avec des résultats exemplaires cités dans le monde entier.

Ils ont accepté en parallèle à ce premier confinement pour beaucoup d’entre eux les licenciements et les fermetures de multiples petites entreprises qui constituent le tissu économique et social d’Israël.

Les enfants privés d’école pendant cette période se sont adaptés à l’enseignement par internet, mais ils ont perdu des atouts en contact social éducatif et en apprentissage de la vie quotidienne.

De nombreux citoyens ont développé des syndromes de dépression post traumatiques, de perte de chance. Malgré tout, les Israéliens ont relevé les défis après le confinement.

Ils ont repris leur combat quotidien avec courage et détermination, en cherchant de nouveaux emplois, en développant de nouvelles compétences dans un monde en pleine mutation et un PIB en chute. Ils ont été aidés par des subventions bienvenues de l’état.

La séquence du déconfinement a été gérée avec un optimisme excessif et permissif ce qui a permis au covid de repartir silencieusement au début puis vigoureusement après. Le résultat est que depuis fin août la situation endémique a redémarré de plus belle avec un taux de mortalité parmi les plus élevés de toutes les nations développées.

Le confinement des fêtes de tichri succédant au confinement des fêtes de pessah est venu frapper les familles dans leur vie religieuse sociale et scolaire. La deuxième vague de licenciements et de fermeture d’entreprises est désormais en cours, et les subventions insuffisantes de l’état n’arriveront pas à combler les pertes de revenus, ni le redressement de nombre de petites entreprises.

Parallèlement à ce tableau, ce sont ces mêmes citoyens qui se retrouvent au front exposés au covid pour soigner, secourir et nourrir les citoyens. Ce sont les infirmières, les aides soignantes, les médecins, les caissières, les cuisinières, les livreurs, qui maintiennent les réseaux sociaux de vigilance et de soutien au péril de leurs vies.

Les citoyens en confinement et en perte d’emploi en sont complètement conscients et veulent un changement de politique et d’orientation économique, d’autant plus qu’ils savent que consécutivement à cette crise s’en suivront des majorations de taxes et des coupes budgétaires, au détriment de ces mêmes couches sociales mises à contribution physiquement et socialement.

C’est pour cela que, bravant les risques de contagion et malheureusement participant à la contagion indirectement, ils manifestent désespérément et espèrent trouver une écoute et une juste répartition des efforts contre la crise sanitaire et économique.

Le confinement, en effet, doit être partagé équitablement entre tout ce qui ne semble pas être le cas, de même que les aides d’état doivent prendre en compte les petites entreprises et pas seulement les grands groupes.

Un plan Marshall de redressement de l’économie doit être installé au plus tôt en contre point de l’ultra libéralisme régnant. Les avancées diplomatiques sont exceptionnelles et historiques et sont porteuses d’avenir macroéconomique et politique.

Il faut créditer Netanyahou de cette réussite exceptionnelle qui devrait lui conférer un statut national honorifique. Cependant, les conditions de vie des citoyens sont devenues insupportables et le manque d’écoute à ce propos est créateur d’une fracture sociétale désormais irréparable.

La réussite diplomatique n’arrive pas à faire oublier la détresse quotidienne d’une majorité de citoyens Une autre orientation politique soucieuse d’efficacité micro économique et de justice sociale est désormais urgente et incontournable afin que les citoyens israéliens n’aient plus ce sentiment d’être abandonnés à leur sort.

à propos de l'auteur
Docteur en médecine, Gilbert est aussi médecin du travail, acupuncteur, homéopathe ainsi qu'enseignant de neurophysiologie.
Comments