Arielle obtient enfin son guet – après 11 ans d’attente

Après onze ans de séparation, Arielle originaire de Suisse, a reçu son guet mercredi au Beit Din de Tel Aviv. Les raisons invoquées par l’époux sont toujours les mêmes : « Mais elle n’a pas demandé le guet… »,  » Après le divorce civil… »,  » Mais si je donne le guet, je n’aurais plus de moyen de pression… » « Le rabbin ne m’a pas demandé de donner le guet »…

Et surtout, lorsque toute une communauté sait qu’en son sein vit une femme sans guet et ne dit rien et ne fait rien, c’est un opprobre pour l’ensemble de cette communauté.

Alors Messieurs, voici les réponses, pour qu’aucune autre femme n’attende plus jamais onze ans pour retrouver sa liberté :

– Lorsque le couple décide que le mariage a pris fin, le mari doit donner le guet immédiatement.

– Lorsqu’une femme séparée définitivement de son époux demande son guet, une seule fois suffit.

– Lorsqu’une femme dit non, c’est non. Lorsqu’une femme demande son guet, c’est qu’elle demande son guet. L’époux n’a pas à attendre qu’elle dépose sans fin des demandes.

– Lorsque le divorce civil dure des années et que le guet est utilisé pour obtenir gain de cause, c’est contraire à l’esprit de la halakha.

– Et surtout, lorsque toute une communauté sait qu’en son sein vit une femme sans guet et ne dit rien et ne fait rien, c’est un opprobre pour l’ensemble de cette communauté.

Pourquoi aucune autorité rabbinique pendant onze ans n’a-t-elle pas fait de même ?

Bien des femmes restent des années « emprisonnées ».

Ce cercle de violence non dite fait perdre les repères et il faut beaucoup de courage et de force morale à une femme pour mener ce combat.

Sur le chemin d’Arielle, il y a eu un rabbin, le Rav Teboul du Beit Din de Lyon, qui entendant l’histoire n’a pas supporté l’iniquité et a été le premier jalon vers la liberté.

Il y a eu aussi, le dayan de Tel Aviv, le Rav Zvadia Cohen qui en moins d’une heure a réussi à convaincre le mari de donner le guet, sans condition et à l’amiable.

Pourquoi aucune autorité rabbinique pendant onze ans n’a-t-elle pas fait de même ?

Avec beaucoup de courage, Arielle a accepté que nous publions son histoire et sa photo pour qu’une femme, enchaînée dans un mariage inexistant, puisse-t-elle, elle aussi retrouver sa liberté.

à propos de l'auteur
Katy Bisraor Ayache est journaliste et toénet rabbanit, avocate devant les Tribunaux rabbiniques d'Israël et spécialisée dans le Droit de la Famille. Cette profession d'avocate devant les tribunaux rabbiniques a longtemps été interdite aux femmes et l'ouverture d'un cursus par le Rabbinat représente un des grands acquis dans la lutte pour le statut de la femme au sein du judaïsme. Katy Bisraor est l'auteur du Blog, endirectdejerusalem.com, qui couvre l'actualité de la société israélienne, avec au début de l'année 2019 , plus de 10.000 abonnés. Katy a publié en mars 2013 aux éditions Inpress, " Israël, Chroniques intimes d'un pays, une journaliste raconte '' un livre à succès auprès de la communauté juive francophone. Et en 2016 le livre " Le Mariage, tout sur le mariage juif " aux éditions Pardess Créations. Elle a travaillé sur plusieurs études concernant le nouveau statut des femmes dans le judaïsme, les femmes ultra-orthodoxes ainsi que sur les femmes bédouines. Katy a été pendant plus de trente ans, de 1981 à 2018 la correspondante de Radio J en Israël et a couvert au quotidien l'actualité d'Israël pour la radio. Aujourd'hui, Katy représente devant les Tribunaux rabbiniques israéliens, des femmes (et des hommes ) dans leur procédure de divorce et dans leur combat pour obtenir leur guet.
Comments