Alain Finkielkraut est vivant. Quelle chance !

L’agression d’Alain Finkielkraut par des anti-sionistes pro Palestiniens est de façon ultime sujet à réflexion, parce que cet événement, depuis sa fureur et sa guerre assumée, sous entend une alerte grave, celle du lynchage et du meurtre.

Alain le dit lui même (pas Alain le philosophe, mais Alain le philosophe académicien) : « s’il n’y avait pas eu la police » il aurait éprouvé de la peur.

Peur de quoi ? De se faire rouer de coups de poings, de se faire lyncher par la foule et parfois, être soit grièvement blessé, soit pire encore, perdre la vie.

Je le sais, je me suis fait agressé dans le Marais par un boxeur payé par des brigands et après m’avoir asséner 40 coups d’une violence abjecte, mon agresseur a cru bon de m’étrangler. Une agression devenait un meurtre.

C’est pour cela que cet événement sonne une grave alerte, parce que la forme de guerre civile actuelle peut passer de drames marginaux et rares, à une guerre civile réelle avec ici un drame généralisé, où tous les juifs, même les plus assimilés, vivront, des lynchages, des humiliations de rue, des prises à partie violentes, des vitrines taguées, le tout étant, selon l’histoire et son mécanisme de répétition lié aux civilisations cycliques et non évolutives, les prémices de pogroms.

Si ce que je dis est grave, notez, quel est le pourcentage d’auteurs de ces agressions verbales, capables de passer à des agressions physiques, puis des pogroms, puis enfin une Shoah ?

Pour vous aider dans la réponse, la France a-t-elle chanté, Hiroshima-banana, Tutsi-kiwi, napalm-napalmito ?

Non, mais une France a chanté, Shoananas, parce que selon cette même France, les Juifs, même s’ils sont victimes de la Shoah, ils en sont aussi coupables, c’est la nouveauté, le petit plus qui rend le monde, paradoxale. Voire effroyable, depuis les drames mais aussi ceux qui les produisent, car ces civilisations cycliques passent des belles années de l’art déco, à la Shoah, puis en toute décontraction, au hula hoop et à la disco, et depuis cette inconscience et cette inconsistance, ils nous amènent à une ère actuelle ou les indicateurs d’antisémitisme sont proches et ressemblent à ceux des années 1938. L’alerte, donc, sonne une deuxième fois.

Ceux qui pleurent la Shoah en y voyant un drame universel où les juifs sont les victimes, sont les moins aptes à recréer une deuxième Shoah, par contre, ceux qui en rient sont suffisamment fous et haineux, pour générer une grande inquiétude.

On dit depuis des années que l’antisémitisme remonte en France, le problème c’est qu’à force de remonter à un moment donné il dépasse la ligne jaune puis atteint des pics.

Il y a trois formes d’antisémitisme en France :

L’antisémitisme de gauche consiste à valider les théories d’Hitler stigmatisantes, comme quoi « les Juifs ont tous de l’argent » et depuis ce statut de Juif riche, réinjecter le tout dans la lutte des classes, ou le riche est le coupable, et comme le juif est riche alors le Juif est le coupable, dommage que personne ne vérifie car proportionnellement les Juifs sont tout autant désargentés que les autres, je le dis depuis mon expérience, 90 % des juifs que je connais ont les mêmes conditions sociales que les Gilets Jaunes, la seule différence est qu’à leurs difficultés sociales s’ajoute un faux procès de culpabilité.

L’antisémite de droite est simple à comprendre, ce qui unit cette droite c’est son sentiment d’appartenance ethnique qui la fonde au point de l’étriquer sur terre et depuis ce pré-carré ethnique, tout, absolument tout ce qui est différent et insoumis, est un ennemi, souvent, à abattre. Comme un singe, concernant les Africains, comme un raton, concernant les arabes, et comme un rat, concernant les Juifs. Avec tout ce bestiaire pourquoi ne pas inventer le livre de la Jungle ou même Bambi, qui seraient des fictions plus positives et douces, voir belles.

On le voit, la gauche et la droite, dans leurs mouvances extrêmes et pulsionnelles, ont tout les symptômes de la cruauté infantile et adolescente : « v’la que je te pète la gueule, j’t’attend à la récré, les choses se règlent à coup de poing, je comprend Rambo me parlez pas de Rimbaud ! » Tout ça, cette violence issue des crises de testostérone de la puberté, on le découvre à l’école et on passe à autre chose, vers un monde d’adulte, mais il arrive aussi que des êtres se bloquent et pourrissent dans la violence, violence qui les amuse, les anime, les motive, or, se subjuguer dans la violence c’est juste au final être une brute attardée.

Le troisième antisémitisme, est celui de l’extrême islamisme (et je n’ai pas dit de l’Islam tout court, je fais ce que je veux, ne m’embêtez pas ! ). La différence avec les deux antisémitismes précédents, c’est qu’il est de nature religieuse puis politique. Que c’est une très ancienne guerre, que l’actualité du moyen orient ranime très fortement.

Tout comme Mélenchon ne peut pas stopper les blacks Blocks, que Marine Le Pen ne peut pas stopper les Néo-fascistes, les musulmans ne peuvent pas stopper leurs extrémistes. Au final, tout le monde dit que l’antisémitisme remonte, mais en fait, il progresse vers une forme devenue solide, car on le voit les faits s’aggravent.

Au départ, le tueur se cache, il fait des attentats rue des rosiers : 6 morts et 22 blessés le 9 août 1982

Mais aujourd’hui, il ne se cache plus. Il kidnappe Ilan Allimi, dans son propre lieu de vie, il cache Ilan, le torture collectivement, puis le torture à mort par les flammes. Et dans un aujourd’hui encore plus actuel, il abat les arbres plantés à la mémoire d’Ilan Halimi et un an avant, il détruit les plaques commémoratives d’Ilan Halimi.

Et il se cache encore moins quand il se filme en train d’abattre des enfants et un parent, dans leur école, d’une balle dans la tête à bout portant, à Toulouse.

Cet antisémitisme ne se cache pas, car il valide les deux autres antisémitismes tout en s’appuyant sur les actualités du moyen orient, c’est donc une guerre importée qui s’installe sur une France viscéralement antisémite au point d’avoir même des variantes.

L’hyper cacher avec sa prise d’otages montre que cet antisémitisme ne fait pas que cesser de se cacher, il s’exhibe, il veut le prime time, tandis qu’il n’a que des meurtres à montrer.

Il attaque dans une cave, puis dans une école, puis dans un commerce, puis dans les immeubles et il commence à attaquer dans la rue. Le tout avec un tissu médiatique sur internet qui va en grandissant.

On le voit, la convergence des 3 antisémitismes au final crée l’événement suivant : un jeune homme, depuis sa culture moyen-orientale mais aussi Française et républicaine, met son gilet jaune pour améliorer la condition humaine mais aussi contre les juifs. Ce jeune homme rencontre Alain Finkielkraut, sans se dire qu’Alain a signé JCall lorsque la sagesse du monde était sollicitée, qu’au sein du peuple juif Alain compte parmi les plus grands humanistes au point que sa nomination à l’académie est un fait annexe, mais surtout, ce jeune homme ne sait pas que son meilleur allié, sur le sujet précis du moyen orient, et de la paix, c’est justement Alain Finkielkraut, ainsi, cela démontre l’immense gravité de la situation actuelle, ou tout les Juifs, quelque soit leur courant, sont en France, conspués et en danger, depuis leurs ancêtres et, je le refuse, jusqu’à leur descendance.

Et le remède étant, comme le disent d’excellents sages, de savoir que quelque soit le crépuscule d’un homme obscure, il ne vaincra jamais l’aurore d’un peuple debout et s’activant afin d’offrir à l’humanité toute entière une réparation globale.

Car l’essentiel parfois, c’est d’allumer la lumière, de la manière la plus naturelle qui soit, juste en étant juif, depuis ses beaux ancêtres et jusqu’à sa belle descendance.

Et pour conclure je dirais, que si la Simha shell Yofi Alya restera éternellement la plus haute lumière d’Israël, le fait que le mouvement des gilets jaunes est de facto inscrit lourdement dans l’histoire de France et qu’il se fait, à vu d’œil, à la défaveur des Juifs, je pense que le Emet Alya nous incite à voir que dans l’histoire, une lourde histoire, les pessimistes auraient dû mieux savoir convaincre et aider les optimistes dans leur prise de conscience. Ainsi, il est plus que nécessaire, que le gouvernement israélien et les représentants des Olim à la Knesset, votent d’urgence une revalorisation immédiate du statut de réfugié pour les Olim de France, et j’ai l’impression d’Europe, et de débloquer des fonds immédiats, au moins pour les dossiers en attente car souvent ils sont liés à un fort degré d’invivabilité en France. Il faudrait aussi que les représentants de la communauté juive en France, continuent d’acter et de faire juger les actes antisémites, mais qu’ils définissent aussi une jauge, une limite, parce que la république française, quels que soient ses fondements, qu’elle aide ou pas, ce qui compte, c’est qu’elle réussisse, et voyez, c’est certain, elle échoue, les victimes, de mémoires bénies, le savent.

About the Author
Laurent Vo Anh est un artiste contemporain et un homme d'affaire Français spécialisé dans le diamant financier. C'est aussi un défenseur d’Israël qui milite pour l'universalisme des lumières juives. Il est le fondateur d'un think tank financier afin d'aider les Juifs d'Europe à faire leur Alya et développe des réseaux d'opinion de gauche, afin de rallier les artistes, les intellectuels de gauche et les jeunes générations à la cause Israélienne.
Comments