6 milliards de shekels pour rien ?

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le Premier ministre suppléant et ministre de la Défense Benny Gantz lors de la réunion hebdomadaire du cabinet, au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem le 5 juillet 2020. Photo par Amit Shabi / POOL
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le Premier ministre suppléant et ministre de la Défense Benny Gantz lors de la réunion hebdomadaire du cabinet, au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem le 5 juillet 2020. Photo par Amit Shabi / POOL

La semaine dernière, nous avons eu une preuve supplémentaire que le gouvernement est complètement déconnecté de toute réalité.

Les rues flambent depuis plusieurs jours et à cela le gouvernement répond de manière aveugle, voire insultante vis-à-vis de la population qui souffre le plus de la crise.

Pendant que les infirmiers et assistants sociaux se trouvent dans des violentes négociations face au gouvernement, que les indépendants reçoivent des aides ridicules, comme par magie, Bibi et Katz – contestés par la Banque d’Israël notamment et beaucoup d’autres au ministère de la finance, que Bibi a appelé dénigrement gratte-papiers, פקידים – sont prêts a dépenser 6 milliards de Shekels, dont la majeure partie sera littéralement gaspillée.

Alors pourquoi gaspille ? Je m’explique. Beaucoup de personne devraient recevoir cette aide (entre 750 et 3,000 Shekels, selon le statut de la personne / famille) alors que leur statut n’a pas été entravé par le Corona: ils n’ont pas perdu leur emploi, et bien au contraire le travail de la maison a été une vraie coupure bienvenue dans leur routine quotidienne. Alors que d’autres qui ont tout perdu, emploi, business, voire maison, recevrons la même aide. Pour les premiers, cela représente un cadeau qui ne va finalement rien changer à leur train de vie, pour les seconds, il s’agit encore d’une aide ridicule, qui va finalement, rien changer non plus.

Cette décision est prise le lendemain d’une manifestation violente qui a provoqué 50 arrestations et beaucoup de dégâts publics. Il semble que ces milliards mal distribués soient en fait une manière de faire taire la population, de peur de se retrouver dans le cercle vicieux des manifs comme en 2011.

Cette “aide” n’a rien à voir avec la crise économique, car elle ne prend pas en compte ceux qui en souffrent. Est-ce qu’un milliardaire, un businessman à la retraite, un enfant de 18 ans d’Herzlia Pituach ont besoin de 750 shekels ? Bien sûr que non ! Il y a entre les gens qui n’ont pas d’emplois (21% de la classe active est demandeur d’emploi à ce jour) et les indépendants touches par la crise économique, plus d’un million de personnes.

Ce qui veut dire que ces 6 milliards auraient pu représenter une aide de près de 6,000 Shekels pour chacun d’entre eux, et quand on sait qu’il y a des familles ou les deux parents sont au chômage ou ont perdu leurs activités, cela aurait pu représenter une aide conséquente de 12,000 Shekels pour ces mêmes foyers !

Il est vrai que le Bibi de 2003 (alors ministre des finances) avait fait passer des reformes qui ont mené à des années de prospérité économique et par conséquent a une augmentation des bourses israéliennes de 40% ; il n’a d’ailleurs pas oublié de nous le rappeler durant la conférence de presse donnée le même soir, en disant qu’il n’a de leçons à recevoir de personnes vu ses performances passées.

Il serait temps que Bibi sorte de son ego trip, nous ne sommes ni en 2003, ni en 2011: ce qu’il a pu bien faire il y a 17 ans, ne prouve en aucun cas qu’il prend les bonnes décisions dans toutes les circonstances. D’autant plus, si sa vraie motivation, comme il a exprimé, avait été de relancer la consommation israélienne (« Blanc Bleu »), il existe bien d’autres moyens plus efficaces : baisse de la TVA, baisse des impôts, baisse du taux d’intérêt directeur etc.

Au lieu de jeter cet argent aveuglement, il aurait fallu le distribuer à qui en à vraiment besoin, le gouvernement sait tout sur tout le monde, tout est répertorié au Bituach Leumi. Je ne vois dans cette précipitation qu’une tentative vaine de faire taire les manifestants… sauf que cette dose supplémentaire d’injustice, à mon avis, va les excéder davantage. Les gens qui ont faim, n’ont plus rien à perdre.

à propos de l'auteur
Française d'origine, Myriam est arrivée en Israël il y a 15 ans. Depuis, elle travaille dans la finance et la gestion de fortune.
Comments