Zelma Steiner est née en 1930 à Bratislava en Tchécoslovaquie.

Quand la révolte Slovaque éclata, elle intégra les partisans et servi comme éclaireur et infirmière. Elle fut capturée durant un assaut Allemand sur son camp de résistant, torturée puis exécutée.

Voici son histoire.

Zelma naquit au sein d’une famille sioniste. Le commerce de son père était le centre de l’intelligentsia locale. Son père fut déporté en 1942, quand Zelma la plus âgée des filles de la famille, était âgée de 12 ans. Elle intégra le mouvement de la jeunesse Maccabi lors de son travail dans les vignobles de la région, elle fut ainsi exposée aux affrontements contre les nazis.

Le 29 Aout 1944, quand elle était âgée de 14 ans, la récolte slovaque éclata. Sa famille fut contrainte de fuir et d’errer de village en village c’est ainsi qu’elle décida de les quitter et de rejoindre les partisans. Elle incorpora une unité de partisan Tchèque où elle reçut un fusil et apprit à tirer. La vie au sein des partisans tchèques fut difficile pour elle à cause de leur comportement grossier et vulgaire. Un jour elle alla au village, Walashka-Bela, où elle rencontra ça mère pour la dernière fois. A partir de cet instant elle n’eue plus aucun contact avec sa famille. Plus tard, elle apprit que ses deux plus jeunes frères avaient été adoptés par une unité partisane russe.

Une bravoure extraordinaire.

Le 7 novembre 1944, le partisan juif, Polkman, du bataillon partisan de Bohinski fut exécuté pour avoir abandonné son arme. La communauté juive fut tiraillée entre le choc et le deuil et un sentiment de culpabilité fut ressenti par les combattants. Le soir venant, la compagnie juive campa entre les compagnies russe et tchèque. Soudain d’une silhouette nanesque approcha du camp tchèque.

La silhouette était enveloppée dans un manteau militaire et portait un grand fusil sur son épaule, ses vêtements étaient beaucoup trop grands rendant ainsi l’identification impossible. Comme la silhouette approchait les combattants juifs, ils purent remarquer qu’il s’agissait d’une jeune fille, presque une enfant. « Juifs ? » demanda la jeune fille. Au début les soldats furent tendus pensant qu’il puisse s’agir d’une provocation antisémite. La jeune fille s’identifia comme juive et demanda à être autorisée à se joindre à eux.

C’était Zelma Steiner. Sa compagnie accepta de la libérer en échange d’une grande marmite. L’arrivée d’une jeune fille courage de 14 ans au sein de la compagnie améliora l’état d’esprit général comme par magie. Zelma fut engagée comme éclaireur et errait de village en village sous l’apparence d’une enfant abandonnée pour recueillir des informations pour les partisans. Plus tard elle entreprit de travailler en tant que médecin et appris le métier au fur et à mesure qu’elle l’exerça.

La dernière bataille.

Le 18 novembre 1944, l’unité juive était installée dans la maison d’un forestier non loin du village de Gapel. Dans la soirée les tirs furent entendus mais les partisans les ignorèrent. Les commandants décidèrent de quitter la maison du forestier vers 4h du matin, mais comme les alentours étaient calmes ils décidèrent de ne partir qu’au matin.

A 5h du matin, les Allemands attaquèrent la maison du forestier sans même les y avoir découverts. Les Nazis ouvrirent le feu sur la maison. Il n’y avait d’une unique sortie. La plupart des combattants furent incapables de s’échapper. Bientôt, leurs corps jonchèrent le sol de la maison et ses alentours. Zelma qui avait réussi à s’échapper pu atteindre une maison à l’autre bout du village mais le propriétaire refusa de la cacher mais elle se déshabilla et se mis au lit avec la femme de ce dernier. Les soldats de la patrouille allemande entrèrent dans la maison mais ne soupçonnèrent pas l’enfant endormit.

Au lever du jour, Zelma fit appel au chef du village pour former un groupe d’homme afin de soigner les blessés. En dépit de ses réticences et face à la détermination inébranlable de la jeune fille le chef du village accepta de lui venir en aide.

Ce matin Zelma arriva à la maison du forestier à la tête d’un groupe de villageois. Ils suivirent ses instructions et l’aidèrent à porter et évacuer les blessés. Huit des blessés furent évacués vers la vallée de Nitra, où Zelma fut capturée par la Gestapo. Elle fut torturée, mais n’a pas livrée un seul nom des blessées qu’elle avait sauvée et pas un seul d’entre eux ne fut arrêté. Zelma fut abattu par peloton d’exécution de la gestapo. Après sa mort ses camarades la surnommèrent « Notre Jeanne d’Arc ».

Elle fut citée pour son courage par l’Etat d’Israël, de France et de Tchécoslovaquie.

img1625

Basé sur : Nir Akiva – Shvilim Bema’agal Ha’Aish , Moreshet VeSifriyat Hapoalim , 1967

Remerciement à Léa Orchidée Robineau pour la traduction du texte