Ces élections concernent une question majeure – la vie peut-elle être meilleure ici ? Et la réponse est oui.

Les bureaux de vote ouvrent dans moins de 24 heures et il y a un sentiment de changement dans l’air. La population israélienne sait que notre pays a besoin d’un gouvernement qui retrouvera l’esprit du sionisme qui existait aux premiers jours de la création d’Israël.

Nous avons besoin d’un État dans lequel nous brisons les barrières et travaillons ensemble avec passion pour répondre aux questions fondamentales qui nous définissent en tant qu’Etat – valeurs juives fondamentales telles que l’aide aux plus vulnérables de la société, bien équilibrée et une éducation forte, un système de soins de santé de classe mondiale, la tolérance, l’unité, et plus encore.

Yesh Atid a été fondé pour conduire ce changement et un Yesh Atid fort continuera à diriger ce changement.

Nous sommes laïcs, religieux sioniste et haredim. Nous sommes des immigrants du monde entier et des sabra [Israéliens nés en Israël]. Nous sommes la classe moyenne et les plus vulnérables de la société, nous sommes du centre et de la périphérie, nous sommes hétérosexuels et homosexuels. Nous sommes guidés par nos croyances partagées. Nous croyons en l’Etat d’Israël et nous croyons que, entre espoir et désespoir, nous devrions toujours opter pour l’espérance.

Il y a quelques semaines, lors d’une entrevue, on m’a demandé ma prière préférée. La prière Hineni récitée avant le Moussaf de Rosh Hachana m’est venu immédiatement à l’esprit parce que c’est un rappel pour que ceux qui travaillent pour le compte de l’intérêt du public ne travaillent pas pour eux-mêmes.

« Ici, je suis pauvre des actes, tremblant et effrayé, de la crainte de Celui qui trône au milieu des louanges d’Israël. Je suis venu pour rester et supplier devant ton peuple d’Israël qui m’a envoyé ».

Ce n’est pas leur travail, ce n’est pas pour gagner de l’argent, ce n’est pas leur siège, et ce n’est pas pour leur honneur. Il s’agit de servir le peuple. Point.

Et voici ma promesse électorale pour vous. Votez pour Yesh Atid et vous votez pour les fonctionnaires qui vous servent et travaillent pour vous chaque minute de chaque jour, tout comme nous l’avons fait pendant cette période passée à la Knesset. Nous serons les premiers au travail le matin et les derniers à rentrer à la maison le soir parce que vous ne méritez rien de moins – et ce pays ne mérite rien de moins.

Ce que vous avez vu de nous au cours des derniers mois n’a pas été une campagne, ça a été une lutte pour le caractère de l’Etat d’Israël. Vous avez vu une campagne qui a été sans faille – en se concentrant sur ce que nous avons fait et ce que nous ferons.

Alors qu’avons-nous fait ? Nous avons livré l’égalité dans le service national, un gouvernement réduit à 18 ministres, abolissant de fait « Les ministres sans portefeuille, » la gratuité des médicaments pour les survivants de l’Holocauste, le soutien aux petites entreprises, les programmes scolaires d’été, les réformes dans les psychrométries, l’assistance aux personnes âgées, de meilleures salles d’urgence et d’appareils IRM dans les hôpitaux à la périphérie, améliorer le droit des femmes et ceux des homosexuels et plus encore. Le tout en l’espace d’un an et huit mois.

Maintenant, imaginez ce que nous aurions fait si Netanyahu n’avait pas fait tomber le gouvernement.

Nous aurions fait passé 190 000 personnes âgées au-dessus du seuil de pauvreté, nous aurions commencé la réhabilitation du système de soins de santé avec une injection de quatre milliards de shekels, nous aurions restauré le système d’éducation à sa juste place dans les dix premiers systèmes éducatifs du monde et plus encore.

Tout cela faisait partie du budget 2015 que nous avions préparé et qui attendait son passage à la Knesset. Nous avons une plate-forme de 273 pages, qui comprenait le budget et une bataille globale contre la corruption du gouvernement qui est notre objectif pour l’Etat d’Israël. Au lendemain des élections, nous allons lutter pour tout cela, et avec votre soutien, nous allons y arriver.

Israël a besoin d’un centre fort qui permettra de protéger la classe moyenne et les plus vulnérables de la société. Israël a besoin d’un centre fort qui va empêcher le gouvernement de se diriger vers les extrêmes. Israël a besoin d’un centre fort qui lutte contre la corruption.

Ces élections concernent une question majeure – la vie peut-elle être meilleure ici ? Et la réponse est oui.

Pour cela, une chose plus importante doit arriver demain. Le 17 mars doit être le dernier jour de Netanyahu comme Premier ministre d’Israël.

Non pas parce qu’il est de droite et non pas parce qu’il est du Likud, mais parce qu’il s’en fiche tout simplement. Il s’est arrêté de se soucier des citoyens d’Israël.

Il ne se soucie pas du fait que c’est difficile pour eux de payer leurs factures, il ne se soucie pas que leurs enfants n’auront pas d’appartement, il ne se soucie pas que les résidents de la région de Gaza ne dorment pas la nuit parce qu’ils se demandent quand le prochain cycle de la violence aura lieu. Et parce qu’il ne se soucie pas, et tout le monde sait qu’il ne se soucie pas, il est temps pour lui de rentrer à la maison.

Seul un Yesh Atid fort, seulement un centre israélien fort, permettra d’éviter que les réalisations du gouvernement précédent ne reculent. Nous n’oublierons jamais que Buji et son parti travailliste n’ont pas voté pour le projet de loi du fardeau égal visant à ce que les ultra-orthodoxes se joignent à la tâche [du service militaire pour tous].

Ils ont choisi de quitter la session plénière à la Knesset ce jour-là et ont embrassé Aryeh Deri. Cette étreinte a un prix. Ils vont annuler le programme de base dans toutes les écoles et mettront un terme au processus merveilleux, dans lequel les jeunes ultra-orthodoxes vont travailler à l’extérieur au lieu qu’il revienne à nous de payer leurs factures. Nous n’avons rien contre les ultra-orthodoxes, ils sont nos frères et nos sœurs, mais le contrat israélien doit être le même pour tous. Chacun devrait avoir les mêmes droits et les mêmes responsabilités.

Pendant 67 années il n’y avait que deux options ici. La gauche et la droite. C’en est fini. La droite est allée plus loin à droite, la gauche est allée plus loin à gauche et c’est ainsi que le centre en Israël est né. Un centre sain, le juste milieu raisonnable dans lequel la plupart des Israéliens se placent eux-mêmes – non pas comme dans un compromis, mais comme dans une alternative.

Le centre est le lieu de véritables solutions, de la lutte pour la qualité de vie, de la lutte pour un discours différent et plus propre, de pureté politique, de la croissance, des possibilités économiques, de la sécurité personnelle et de la sécurité nationale, et de la détermination à créer un monde meilleur ici en Israël. C’est la vision du sionisme.

Alors que le jour J de l’élection approche, nous estimons que le changement est dans l’air. Nous avons vécu cela auparavant et nous pouvons l’identifier cette fois aussi. C’est encore plus fort que la dernière fois. Ce qui s’est passé sous le radar, encore et encore exactement au bon moment, c’est l’explosion avec une telle force que personne n’aurait pu prédire.

Nous l’avons tous senti passé au cours des deux dernières semaines. Les gens qui ont dit, « je suis revenu à Yesh Atid », les gens qui disent « Cette fois, je suis avec Yesh Atid » et les gens qui disent « il est temps de changer Israël. »

Quand vous allez voter mardi, prenez un moment et profiter de l’expérience. Profitez du privilège de voter dans un État juif. Et puis voter avec la note avec les lettres hébraïques « peh-hé » פה parce que nous devons choisir l’espoir plutôt que le désespoir.

Yesh Atid, il y a un avenir.