« Nous sommes massacrés, notre religion est en train d’être rayée de la surface de la terre. Au nom de l’humanité, je vous en supplie, nous interpelle Mme Vian Dakhil, Députée représentant la communauté Yazidi au Parlement irakien, rapportant la mort de 500 personnes dont une quarantaine d’enfants ».

Pour Juliette Touma de l’UNICEF « la situation est désespérée, ils manquent d’eau, de nourriture et d’abris. Il faudrait mettre en place un corridor humanitaire, mais les combats sont furieux… ».
Selon l’ONU 200.000 personnes ont fui leur fief de Sinjar.
Les djihadistes à leurs trousses ne leur laissent le choix qu’entre la conversion ou la mort.

(Ce texte est extrait d’un article du Figaro du 7 août 2014, signé par Samuel Forey.)

Mais où sont donc les pétitionnaires inlassables des causes dites humanitaires, la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU, la Ligue des Droits de l’Homme, les Politiques français de tous bords, Besancenot, Mélanchon, De Villepin, Cherki et ses 30 colistiers, les Rouges, les Bruns et les Verts….

Monsieur Fabius qui se plaint de « massacres et de disproportion » à Gaza, ne souffle mot de ce terrible conflit !

Incroyable, mais aucune manifestation dans les rues de Paris et de France n’est prévue.
Alors que le monde arabo-musulman est à feu et à sang et sur le point d’imploser, curieusement la Communauté Internationale est inaudible.

Le long fleuve tranquille des mensonges quotidiens véhiculés par une certaine presse bien connue ne préoccupe ni la Droite ni la Gauche, qui ne sont disponibles que pour vilipender Israël. Un grand nombre de personnes de tous les milieux civils et politiques sont atteints d’une véritable névrose anti-israélienne et d’une compassion obsessionnelle pour les Palestiniens.

Comment interpréter cette haine des Juifs et cette sublimation des Palestiniens.

Monsieur Fabius, pensez aux chrétiens d’Orient et aux Yazidi kurdes d’Irak et soyez plus juste vis-à-vis d’Israël, en évitant un vocabulaire disproportionné qui ne correspond pas à la réalité.