En tentant de comprendre la substance et la structure de l’univers et ce qu’implique l’existence d’une chose, les philosophes s’interrogent sur l’origine du monde. Beaucoup estiment qu’un Dieu a créé l’univers et avancent des arguments pour prouver sa réalité.

« Il y a un être qui est, pour tous les êtres, cause d’être de bonté et de toute perfection. C’est lui que nous appelons Dieu. » Thomas d’Aquin

Téléologique : L’univers et tout ce qui le compose ont été conçus conformément à un plan ou un but précis. Ce créateur est Dieu.

Ontologique : Puisqu’on peut mentalement imaginer l’être le plus grand et le plus parfait qui soit, cet être, Dieu, doit aussi exister dans la réalité, par conséquent Dieu existe.

Cosmologique : Il est impossible que l’univers se soit créé de lui-même, ex-nihilo. Il doit avoir été créé par quelque chose – Dieu.

« Dieu est l’être au-dessus duquel la pensée ne peut rien concevoir. » Saint Anselme

Cependant se pose le problème du Mal :

La présence du mal dans le monde est avancée pour démontrer qu’il n’y a pas de Dieu omnipotent et bienveillant. Si Dieu est bon et disposé à empêcher le mal mais qu’il en est incapable, il n’est pas omnipotent. S’il en est capable mais pas disposé à le faire alors il n’est pas bienveillant. Et s’il n’en a ni la volonté ni la capacité, alors il n’y a aucune raison de considérer que c’est un Dieu.

LA CAUSE ET LE BUT :

Un grand nombre des arguments soutenant l’existence d’un être suprême qui aurait conçu l’univers trouvent leurs racines dans la philosophie de Platon et d’Aristote. Ces argument sont repris ensuite par les philosophes juifs lorsqu’ils cherchent à concilier foi et pensée philosophique.

L’une des questions majeures concernant l’existence est la raison d’être même des choses. Cela semble erroné de penser que l’univers s’est créé de lui-même ; il a donc dû être créé, une cause doit expliquer son existence. L’objection évidente est que cette cause doit elle-même avoir une cause, et ainsi de suite mais les philosophes usant de cet argument cosmologique affirment qu’il y a une cause première, sans cause : Dieu.

En revanche, selon l’argument téléologique, ou argument de la finalité, il existe des constantes dans l’univers ; par exemple, la Terre se déplace selon une trajectoire prévisible ou un oisillon deviendra un jour un oiseau. Ces constantes indiquent que l’univers a été méticuleusement pensé et qu’il doit par conséquent être l’œuvre d’un créateur avec un but précis, à savoir Dieu.

Maxime PORTE