Vous n’êtes pas juif et vous n’avez pas envie de l’être.

Si après les horreurs de Paris vous ne souffrez toujours pas notre douleur, vous serez longtemps encore indiffèrents à notre malheur.

Vous êtes Charlie et l’entonnez fièrement, je suis juif et vous me le rappelez  constamment.

Charlie est pour vous une idée, une institution, une valeur. « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire ». 

Vous citez Voltaire à tour de bras, portant en triomphe son héritage mais omettant bien sur de mentionner  son anti judaïsme notoire et son hostilité envers les juifs, vous êtes Charlie, ne vous en faites pas, la France vous pardonnera.

JESUI

Vous montez sur vos grands chevaux quand on défie vos soit-disant valeurs, votre sacro-saint « humanisme » dont je ne crois plus un seul mot.

Vous reprenez en cœur si facilement vos belles paroles quand il s’agit de s’indigner d’un crime ignoble, alors que quand les cibles changent, vos langues elles, se taisent.

Mercredi, on attaque les valeurs de la république et vendredi ce n’est qu’une violence antisémite de plus, c’est à cause de la barbarie israélienne vous allez me dire, je connais malheureusement la chanson et je ne peux plus l’entendre.

Quand on vous touche au cœur de votre capitale et que se met a saigner votre orgueil, il faut mettre en œuvre tout ce qu’il se doit pour protéger l’honneur de la France et l’intégrité des français.

Quand il s’agit de dénoncer la haine qui tue l’autre, le juif, cela vous semble soudain si lointain. Où est passé votre humanisme ? Votre valeureux combat pour les valeurs de la république ? Ils végètent tous les deux dans l’abîme des oubliettes de votre société pluri-culturelle qui vous éclate en pleine face.

Dois-je en conclure que les vies humaines de mes frères juifs valent moins que celles de mes confrères du journal ? Vous le dites vous-mêmes, vous êtes Charlie et vous n’êtes pas juif.

Je suis juif et je n’ai pas attendu les attentats pour le devenir. Je suis juif et je reconnais que ce n’est pas de tout repos ces derniers temps.

Cela fait trois, quatre générations que la plupart des juifs sont arrivés en France et ils sont toujours « juifs » avec cette connotation péjorative, le juif dit sur ce ton d’embarras avec cette prononciation méprisante et cette incompréhension de les voir encore là .

Le juif, est l’autre, l’étranger, celui venu d’ailleurs et qui ne fait que voyager.

Les juifs de France et de Belgique n’ont plus le luxe d’être juif par choix identitaire ou par obédience religieuse, il le sont forcés de par leur affiliation, de par leur sang et ce, à cause de vos politiques, de votre indolence et votre incapacité à intégrer en votre sein des hommes, que vous désignez comme race. Le juif reste juif car c’est la place que vous lui réservez, celle de l’autre.

Vous devriez essayer d’être juif, même une journée, pour sentir ce que cela fait. Amener vos enfants le matin à l’école avec la peur au ventre et ne même pas oser imaginer ce qui pourrait leur arriver. Faire vos courses dans une épicerie cacher, sans savoir si vous en sortirez vivant.

Voir des militaires devant vos lieux de culte, sachant très bien qu’ils ne seront pas  là  le jour où le terroriste arrivera. Essayez juste une journée, par fraternité, par soucis de compassion si il vous en reste un peu pour moi, pour voir ce que ça fait, d’être l’Autre.

On n ‘est plus juif par choix aujourd’hui. On ne décide plus au sein de nos maisons si nous voulons ou pas observer notre culte, vous nous faites juif car vous refusez de reconnaître que notre droit de vivre et d’être équivaut à celui de Charlie de publier et de s’exprimer librement.

J’en ai marre de ces théories de la victimisation, j’en ai marre de me plaindre et de m’ excuser. Je suis juste un homme, pourquoi dois-je sans cesse me justifier et craindre pour l’avenir des miens sur ce vieux continent.

Souvenez-vous de ce que votre premier ministre a dit devant l’Assemblée nationale, il pesait bien ses mots, celui qui s’attaque aux juifs s’attaque à la conscience universelle.

N’oubliez jamais qui est le juif et souvenez-vous que quand on s’attaque aux juifs, c’est à l’ensemble des valeurs morales de la société qu’on s’attaque. Aujourd’hui c’est moi qu’on cogne mais demain ça sera vous la cible de la haine et de la perte de toute conscience.

Alors soyez juif pour une journée et comprenez ce que c’est d’être menacé sans autre motif que votre appartenance à un groupe, je ne demande aucune pitié ou apitoiement, juste de vous réveiller, de comprendre que le juif c’est aussi vous et que demain, vous pourriez devenir « l’Autre. »