Que l’être humain cherche encore aujourd’hui à s’émanciper d’un D.ieu créateur au-dessus de tout et donc des hommes, cela n’a rien de nouveau sur la terre des hommes.

Mais, qu’il méprise, ou rejette son prochain au motif qu’il croit en D.ieu, ou que l’homme religieux vienne à rejeter le non-croyant parce qu’il ne croit pas en son D.ieu, cela s’appelle manquer le but de sa mission.

En effet, les uns comme les autres prétendent souvent promouvoir des valeurs dont ils sont dépositaires pour le bien de leurs semblables. Seulement, l’accès à ces valeurs et leur assimilation passent par l’étape difficile de la pédagogie qui bien souvent n’est pas respectée.

S’ériger en donneur de leçons sans payer le prix de l’étape de la pédagogie, c’est donner la primauté aux valeurs aux dépens de l’être qui devrait les porter, c’est tout simplement omettre de faire la promotion de l’homme.

D’autre part, faire la promotion de valeurs auxquelles l’on ne croit pas et que l’on ne s’applique pas à soi-même, c’est ériger un trône pour la dictature qui ne tardera pas à enfanter la violence sous toutes ses formes.

Une des notions chères aux hommes quelques soient leurs convictions est le « vivre ensemble », à condition que l’on accepte de satisfaire ses exigences.

Elle est très exigeante tant elle demande des efforts aux uns et aux autres pour sa mise en œuvre. Cependant, il nous faudra essayer, toujours essayer de « vivre ensemble ».

« Nous devons tous apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots » disait Martin Luther King.