Il y a peu de raisons d’être optimiste ces derniers temps: « troisième intifada », crise économique, Iran nucléaire, Daesh, crise des migrants, impérialisme russe, réchauffement climatique, inégalités sociales qui se creusent, abêtissement de la jeunesse, etc… les motifs de pessimisme sont légions.

Et pourtant, tout étant une question de perspective, je propose de voir les choses de manière absolument opposée et de dire que nous vivons probablement une période qui dépasse les rêves les plus fous que les hommes du passé pouvaient imaginer lorsqu’ils espéraient la venue du Messie.

Imaginez qu’un homme qui vivait il y a encore 200 ans se réveille aujourd’hui, il serait émerveillé, stupéfait et penserait être arrivé au Paradis terrestre.

Pendant des milliers d’années, la norme pour l’humanité entière était qu’environ un tiers des enfants n’atteignaient pas l’âge de 5 ans.

L’espérance de vie à la naissance tournait autour de 30 ans, ceux qui atteignaient 20 ans pouvaient espérer vivre 30 ou 40 années supplémentaires. Aujourd’hui l’espérance de vie au niveau mondial est proche de 75 ans, et même dans les régions les plus reculées et les plus ravagées par la guerre et la maladie, elle dépasse 50 ans.

Les infections et maladies qui décimaient les populations ont été éradiquées, la mort n’est plus une banalité et une constante permanente comme elle l’a été pendant des milliers d’années. Nous ne l’avons pas éliminée, mais il est devenu tellement rare de ne pas mourir âgé que nous sommes profondément choqués lorsque cela arrive, alors que ce fut la norme pendant toute l’histoire de l’humanité.

Il est difficile de ne pas insister sur ce point. L’espérance de vie est, au final, la mesure ultime du niveau de vie. Nous n’arrivons même plus à imaginer ce qui fut le quotidien de nos ancêtres il n’y a pas si longtemps pour lesquels un enfant qui décède était bien malheureux mais commun et pas le désastre absolu que cela représente pour des parents aujourd’hui.

De même, la pauvreté abjecte et absolue dans laquelle la majeure partie des hommes a vécu depuis l’aube des temps a été quasi-éliminée. La plupart des hommes ont un toit en dur, l’eau courante, l’électricité, et d’ici peu internet. Le taux de pauvreté absolue (moins de 2$ par jour) s’est effondrée au cours des dernières décennies, et touche aujourd’hui moins de 10% de la population mondiale. Et remarquez que même la pire misère qui existe encore n’est que le pale reflet des horreurs qui existaient dans le passé.

Bien que la plupart des gens sont persuadés du contraire, la guerre et la violence sont en constante régression. Aucune période de l’humanité n’a connu si peu de guerres et de morts violentes. Il y a encore quelques décennies, pendant la « Guerre froide » qui fut vécue comme une période tendue mais de paix, le nombre de morts par la guerre dépassait plusieurs millions chaque année.

De même, la criminalité et les assassinats reculent presque partout dans le monde depuis des années. Les hommes modernes sont devenus pacifiques et personne ne sait exactement pourquoi. Plusieurs livres sont parus ces dernières années sur ce sujet et ont suscité de grands débats dans le monde anglo-saxon.

Passons sur les miracles de la technologie qui permettent à chaque homme de communiquer instantanément avec n’importe qui n’importe où, de voyager à des vitesses stupéfiantes, de partager les connaissances dans tous les domaines ; la majorité de l’humanité sait aujourd’hui lire et écrire, ne connait pas la faim et encore moins la famine, et vit dans la paix.

L’être humain moyen mange mieux, vit plus longtemps, est en meilleur santé, et par la grace des technologies est plus puissant que le plus grand des Empereurs du passé. Et les progrès des biotechnologies et des nanotechnologies promettent même de nous faire vivre 1000 ans. Les chercheurs assurent que nos enfants peut-être, et nos petits-enfants surement vivront aussi longtemps que les hommes d’avant le Déluge, exactement comme cela est censé arriver aux temps messianiques.

Même les prophéties bibliques ont été réalisées – la guerre de Gog et Magog a eu lieu – la seconde guerre mondiale -, les Juifs sont retournés sur leur terre et y ont rétabli leur souveraineté.

Certes il reste à reconstruire le Temple comme il reste à éliminer entièrement la misère et les conflits, mais le processus, même s’il connait des hauts et des bas, est déjà largement entamé.

L’avenir n’est pas écrit. Il se peut que les islamistes, la Corée du Nord ou la Russie déclenchent demain une troisième guerre mondiale nucléaire, il se peut que nous entrions dans une nouvelle ère glaciaire qui se traduirait par des milliards de morts en quelques années, il se peut que la civilisation s’effondre et dans le cas des l’Europe de l’Ouest le processus semble bien enclenché. Mais l’humanité ne se résume pas aux Européens, et les phénomènes que j’ai décrit ne se réalisent pas en un jour. Le monde avance doucement dans la bonne direction, réjouissons-nous.