Avi Gabbay est né le 22 février 1967 à Baka, un quartier du sud de Jérusalem. Ses parents et ses septs frères sont nés au Maroc. Le leader travailliste, candidat au poste de Premier ministre aux prochaines élections de 2019, savait qu’en tant que personnalité publique il allait attirer la controverse.

Le journal londonien Qods al-Arabi a relayé la colère des militants de l’Observatoire marocain contre « la normalisation avec l’entité sioniste » ainsi que la condamnation de la visite d’Avi Gabbay, accompagné par sa femme d’origine australienne et ses trois enfants, venus passer des vacances d’été au Maroc.

L’Observatoire a soulevé « l’escalade dangereuse de l’infiltration sioniste qui menace la sécurité nationale du Maroc ». En réponse, Gabbay a qualifié sa visite d’un grand intérêt et exprimé sa « fierté de ses origines marocaines bien qu’il soit né en Israël ».

L’Observatoire a déclaré qu’il y avait « des tentatives vigoureuses et efficaces dans un certain nombre de centres d’influence dans l’État marocain pour présenter les meurtriers sionistes et les terroristes d’origine marocaine comme citoyens marocains représentant une communauté marocaine en Israël. La place des sionistes est le tribunal et la prison pour leurs crimes sans fin, au lieu d’être accueillis chaleureusement avec soin et hospitalité ».

La visite qui se voulait discrète, voire secrète, a été révélée par le média arabophone israélien Al-Masdar qui a rapporté la motivation de Gabbay pour ce déplacement par « une grande envie d’effectuer ce voyage » dans le village près de Demnate, à 100 kilomètres au nord-est de Marrakech, où sont nés ses frères et dans lequel sa famille a vécu avant d’immigrer vers Israël.

« Mais nous avons eu beaucoup de mal à nous y rendre, puisqu’il s’agit d’un petit village qui n’apparaît pas dans les cartes de Google Maps. Nous avons eu besoin d’une journée entière pour trouver ce village. Nous avons traversé des moments intéressants ».

Avi Gabbay, qui maîtrise bien la darija marocaine, le dialecte arabe parlé au Maroc, a pu s’entretenir avec la population locale. Mais certains veulent voir dans ce voyage deux raisons très distinctes.

Sur le plan interne, Gabbay aurait pu avoir l’intention politique de faire appel à ses origines marocaines pour mobiliser les Israéliens originaires d’Afrique du Nord qui votent naturellement pour le parti Likoud. Une sorte d’appel à la solidarité communautaire. Mais une autre piste est soulevée ; les Marocains craignent qu’Avi Gabbay n’ait été chargé, sous couvert de vacances, d’une mission pour mettre les jalons d’une normalisation diplomatique d’Israël avec le Royaume.

Les relations entre le Maroc et Israël s’expriment au grand jour et sont de moins en moins secrètes depuis longtemps. Des rumeurs prétendent que le roi du Maroc a confié sa sécurité personnelle à des Israéliens, anciens membres de commandos. D’ailleurs une délégation marocaine était en visite de cinq jours en Israël le 11 juin 2018.

Le ministère israélien des Affaires étrangères avait annoncé que cette délégation de onze Marocains comprenait des ingénieurs, des réalisateurs, des écrivains et des hommes d’affaires. Elle a pris langue avec des députés à la Knesset et des hauts fonctionnaires puis a visité des instituts de recherche dédiés au Moyen-Orient, le musée de la Shoah à Yad Vashem, le centre du patrimoine des Juifs d’Afrique du Nord et un grand nombre de lieux saints islamiques. Il est à noter que la visite a eu lieu alors que le transfert de l’Ambassade des Etats-Unis venait d’être annoncé, ce qui n’a pas découragé les visiteurs.

Israël a toujours privilégié le dialogue avec les Arabes et en particulier avec ces Marocains qui se sont réunis en Israël avec des étudiants israéliens participant à un cours pour enseigner la langue juive marocaine parlée. Bien sûr, ces visites ne sont pas du goût de tout le monde.

Daoud Shihab, responsable du bureau d’information du mouvement JIP (Jihad islamique en Palestine), une organisation armée palestinienne luttant contre Israël a estimé que la « visite de la délégation marocaine est un coup de poignard aux martyrs et une récompense pour leur meurtrier». Il a même affirmé que ces Marocains « ne représentent pas le Maroc ».

Le ministère israélien des Affaires étrangères organise régulièrement plusieurs voyages à Tel Aviv au profit de journalistes et d’intellectuels arabes. Il n’y a donc pas de raison de s’étonner de visites israéliennes au Maroc.

Mais dans le cas de Gabbay, il s’agit d’un haut personnage de la vie politique israélienne qui ne peut se déplacer qu’avec un minimum de garantie pour sa sécurité, surtout dans le cadre d’un déplacement familial privé. Sa visite ne manquera pas d’irriter les activistes et les défenseurs marocains de la cause palestinienne et de relancer le débat sur la proposition de loi contre la normalisation avec Israël.

Article original : https://benillouche.blogspot.com/2018/08/visite-privee-et-discrete-davi-gabbay.html