Le Président du Congrès Juif Mondial, Ronald S. Lauder est en visite officielle au Bahreïn depuis quelques jours, invité par Gouvernement de ce pays.

Cette visite est historique car c’est la première fois qu’un Président du Congrès juif Mondial se rend dans cette monarchie du Golfe.

Ce n’est pas la première fois que le Royaume du Bahreïn reçoit des membres de la communauté juive. Il suffit de se rappeler que l’ambassadeur de ce Royaume à l’ONU était non seulement une femme mais aussi un membre de la communauté juive du Bahreïn qui peut prier en toute liberté dans deux synagogues.

J’ai eu la chance d’être personnellement invité par le Roi du Bahreïn à visiter son pays il y a quelques mois  . Cette visite a été pour moi un choc car je ne m’attendais pas à voir un pays si ouvert aux autres. Toutes les religions y sont représentées et libres de pratiquer leurs cultes. Je me suis rendu à un office en la Cathédrale de Manama (capitale du Bahreïn). Office pour fêter avec toutes les religions et les membres de la famille royale, le Ramadan.

Je me suis promené dans les rues de la capitale avec une kippa sur la tête et je n’ai vu que des sourires et que des paroles de bienvenue des passants.

Lors de ce voyage, j’ai eu le privilège d’être reçu  en audience privée par le Roi Hamad Bin Essa Al Khalifa. Rencontre très ouverte où les mots paix et dialogue ont été les principaux mots du Souverain.

Le soir, à l’hôtel, j’ai eu l’agréable surprise de voir le nom de « Tel Aviv » apparaître dans les prévisions météo de la région.

Abdulla Bin Ahmed Al Kalhifa, membre du gouvernement du Bahreïn, M. Lauder et l'imam Chalghoumi (Crédit : autorisation)

Abdulla Bin Ahmed Al Kalhifa, membre du gouvernement du Bahreïn, M. Lauder et l’imam Chalghoumi (Crédit : autorisation)

Nous parlons beaucoup en Europe du bien vivre ensemble et des solutions pour y arriver. Le Bahreïn peut être un modèle pour notre continent car dans ce Royaume, chaque personne est libre de pratiquer sa religion à la seule condition de respecter les autres et de ne pas chercher à convertir l’autre.

Le meilleur exemple, je l’ai vu lors de ce voyage qui se passait durant le Ramadan. Afin de respecter la majorité de ses habitants, personne ne mange ou ne fume à l’extérieur des bâtiments mais dans le même temps tous les restaurants sont ouverts pour permettre à ceux qui ne suivent pas le Ramadan de se restaurer.

Nous savons tous que la paix viendra que si les hommes commencent à se parler sans avoir peur. Grace à l’entremise d’Hassen Chalghoumi, des rencontres se concrétisent entre un Royaume qui se bat contre le terrorisme tout en étant ouvert aux autres et entre des personnes de bonne volonté qui comprennent que le dialogue ne peut être que la solution pour un avenir serein.

Eric Gozlan