« Le pire pêché envers nos semblables, ce n’est pas de les haïr, mais de les traiter avec indifférence; c’est la l’essence de l’inhumanité. » Georges Bernard Shaw

Le 15 avril dernier, sur proposition de six États arabes (Algérie, Égypte, Liban, Oman, Qatar et Soudan), l’organisation «dite culturelle» internationale a conféré à tous les lieux hautement symboliques du peuple juif (Mont du temple, caveau des Patriarches, tombe de Rachel) des appellations arabes.

C’est ainsi qu’il n’était fait aucune mention du lien éternel des Juifs avec Jérusalem et que cette résolution a eu l’outrecuidance de renommer « le mur des Lamentations » en «Al Buraq plaza» en référence à Mahomet.

Mais, comme cela ne suffisait pas, la motion, rédigée par les experts de l’Autorité palestinienne, devait accuser (point 14) les Juifs perfides d’avoir fabriqué de fausses tombes pour s’emparer des cimetières de la ville sainte !

Ce qui nous avez outrageusement choqué alors, outre la teneur de cette décision, c’était que la France, notre pays, pays qui se targue d’être le pays des Droits de l’Homme, de la lutte contre l’antisémitisme et contre le négationnisme, oui, cette France là, si chère à notre cœur, mêle sa voix (on pourrait dire une fois encore) à cette curée, à ces diatribes antisémites et négationnistes !

Nous avions été choqués et nous l’avons dit à nos dirigeants !

Ceux-ci, honteux et repentis, peut-être également, d’après leurs dires, naïfs et maladroits, avaient annoncé solennellement s’être trompés «Errare humanum est», et qu’on ne les y prendrait plus. Que lors de la cession d’octobre, celle qui vient de se dérouler cette semaine, ils corrigeraient le tir.

Dans notre naïveté nous avions cru que le mal allait être réparé, que la position de la France allait rejoindre celle de nos amis occidentaux et que la France voterait en octobre contre la nouvelle présentation de cette résolution scélérate.

Hélas, trois fois hélas, c’était méconnaître le sens de cette phrase de l’exécutif. Le gouvernement de la France allait corriger le tir «à la Hollande», c’est-à-dire mi-figue, mi-raisin ! C’est-à-dire qu’il allait agir à moitié, comme toujours selon Emmanuel Macron qui connait si bien les arcades du pouvoir actuel !

Le Gouvernement français s’est donc abstenu face à cette résolution !

Nous ne pouvons dans ce contexte que rappeler la célèbre citation de Lincoln: «Il y a une place spéciale en Enfer pour celui qui ne prend pas position lors d’une crise morale» !

Alors si, comme nous l’avons dit plus haut: «Errare humanum est (l’erreur est humaine)», «Errare humanum est, perseverare diabolicum (L’erreur est humaine, l’entêtement [dans son erreur] est diabolique)» !

Pour en revenir à cette piteuse résolution de l’UNESCO, certes, nous savions depuis des décennies que l’ONU et les organisations affiliées, sont dominées depuis longtemps par des potentats despotiques. Nous savions tous que ces organisations sont coutumières du fait d’adopter des résolutions extravagantes concernant Israël. Un jour, c’est à Durban (2001) que le sionisme est qualifié de racisme, un autre, c’est l’État juif qui est qualifié d’oppresseur des femmes ce qui est à mourir de rire quand on connait le poids des femmes dans la société israélienne et celui de ces mêmes femmes dans les pays musulmans !

Et, nous étions tous totalement au courant que l’État Juif, Juif parmi les États, méritait de collectionner à lui seul plus de condamnations que tous les États de la planète réunis, comme naguère les juifs, bien qu’ultra minoritaires et boucs émissaires idéaux, étaient considérés comme la source de tous les problèmes de la planète.

Voilà soixante et onze ans (avril 1945) que le pilote allemand Hans Guido Mutke a réussi à passer, pour la première fois, le mur du son, en avril 2016 c’est au tour de la fameuse organisation, l’UNESCO, de réussir un autre exploit : celui de franchir le mur du con ! Exploit réitéré le 12 Octobre 2016!

Ce n’était pas facile tant les challengers étaient nombreux en la matière mais, il faut bien le reconnaître, sans conteste l’UNESCO y a admirablement réussi.

Le négationnisme étant sévèrement réprimé dans notre pays, on se demande bien pourquoi donc le parquet ne s’est pas saisi de l’affaire !

En effet, comment contester le fait que le Mur occidental, vestige du temple d’Hérode, a été érigé, comme tous les historiens le confirment, cent ans avant la naissance du Christ (pour ne parler que du second temple) sans être un abominable négationniste ?

Comment nier que l’islam n’est apparu dans la région que 700 ans après la construction du temple et cinq cents ans après sa destruction, sans être un abominable négationniste !

C’est donc à juste titre que nous pouvons affirmer que l’organisation «dite culturelle» a commis un crime contre l’histoire équivalent dans sa stupidité à celui d’affirmer que Rome n’a rien à voir avec la chrétienté et que le Vatican est indubitablement un lieu saint musulman, ou que les Pyramides n’ont rien à voir avec l’Égypte !

Face à toutes les horreurs qui ont frappé le monde libre (Merah, Musée Juif de Bruxelles, Charlie Hebdo, Hypercacher, Aéroport de Bruxelles, Métro de Bruxelles, Bataclan, Nice,…), face au terrorisme , face aux guerres mortifères qui se répandent au nom d’un Islam dévoyé, face à la haine et à l’antisémitisme qui embrasent une grande partie du monde musulman, l’ONU ( “le machin”) n’a d’autres préoccupations que de sévir contre le seul État Juif au monde, la seule démocratie digne de ce nom au Proche, Moyen et Extrême-Orient.

Et aujourd’hui, au-delà de l’État Juif, ce sont aux Juifs dans leur universalité, dans leurs racines, dans leur croyance que ces scélérats s’attaquent ! Ils veulent réussir là où Hitler a échoué mais ils ne réussiront pas plus que lui !

Dans ce contexte, c’est l’UNESCO qui se joint (ce qu’elle fait depuis des lustres) à la mascarade.

Elle vient donc au travers d’une décision de son exécutif de condamner, une nouvelle fois, les atteintes à la liberté de culte à Jérusalem. Cela nous ferait mourir de rire si ce n’était magistralement tragique et misérable.

Oublier les massacres de Chrétiens du Nigéria, du Pakistan, en Asie ou en Afrique, oublier la destruction des synagogues et des églises, oublier la destruction des “joyaux de l’humanité”, sensés être protégés par l’UNESCO, comme les Bouddahs d’Afghanistan ou les trésors de Palmyre, oublier la maltraitance des Bahai’s, des Coptes ou des Chrétiens d’Orient, sans oublier, bien entendu, la destruction massive de tout reliquat du judaïsme dans le monde musulman !

C’est à cette œuvre de destruction massive du patrimoine culturel mondial que l’UNESCO participe en devenant complice de ces maltraitances culturelles.

Pas un pays musulman au monde ne pratique la liberté de culte, pas un lieu saint non-musulman n’est dignement respecté, ne fusse que par un seul de ces pays et notamment par ceux qui ont porté cette scélérate résolution, et pourtant pas un de ces pays n’a jamais été condamné pour ces entorses majeures aux Droits de l’Homme.

En ces jours de Tichri, l’attitude de l’ONU et de l’UNESCO nous appelle au pardon, mais que Dieu nous en déplaise nous ne pouvons rien pardonner, rien pardonner à Amalech, rien pardonner à ceux qui veulent annihiler notre identité et l’essence même du judaïsme ! Non, nous ne pouvons pas leur pardonner, ni à eux, ni à leur complices !

Alors, oui ! L’UNESCO a bien franchi le mur du con!

Mais le plus grave dans cette affaire ce n’est pas que l’UNESCO ait rétabli les autodafés en jetant au bucher tous les textes saints du judaïsme et en niant le lien ancestral du peuple juif avec la terre d’Israël et Jérusalem vers laquelle chaque juif se tourne en effectuant ses prières. NON, nous y sommes habitués ! Non, ce qui est grave, beaucoup plus grave, c’est que notre pays se soit joint à la farce ! Non pas en votant «Pour» comme la dernière fois, mais en votant à la «Ponce Pilate», en s’en lavant les mains !

Alors, quand Manuel Valls ou le Président Hollande disent que l’antisionisme est le masque et l’anti-chambre de l’antisémitisme, ils ont raison ! Mais alors que dire quand ceux-ci avancent sans masque, à visage découvert et que ces visages sont ceux de ces personnalités qui ont prononcé ces merveilleuses paroles?

Nous avons suffisamment vanté les mérites et le courage de cet exécutif par le passé pour ne pas condamner leur abandon d’aujourd’hui !

Nous avons suffisamment cru à leur «mea culpa» du mois d’avril pour ne pas condamner leur lâcheté d’aujourd’hui !

Comment pouvons-nous encore croire ceux qui, d’une part, dénoncent l’antisémitisme et, d’autre part, dénient aux Juifs leur histoire, leur passé et leur avenir ?

Comment pouvons-nous encore croire ceux qui, d’une part, annonce en grande pompe, le 17 avril 2014, qu’ils vont pénaliser les discours antisémites et qui ne font rien depuis ?

Comment comprendre ceux qui, d’une part, dénoncent l’antisémitisme et, d’autre part, apportent leur soutien à une résolution aussi scélérate ?

Comment les croire quand la voix de la France se mêle, par un silence honteux, à celles et ceux des dirigeants les plus antisémites de la planète alors même que nos alliés occidentaux s’y opposent ?

Est-ce à ce prix que nous vendons nos Rafales ?

Décidément, il y a quelque chose de pourri au Royaume de France et les Juifs de France, sacrifiés sur l’autel du commerce extérieur, ont véritablement du souci à se faire !

Ce qui est attristant, pour nous Français, et particulièrement nous Français Juifs, c’est le mépris que porte les représentants de notre pays à l’Histoire et aux valeurs du Judaïsme, et ce, malgré les tentatives désespérées de ceux-ci pour faire croire au contraire.

Ce qui est attristant, c’est la prise de conscience et la constatation de la perte de tout repère moral et la vivacité d’un négationnisme d’État au vu du vote de notre pays, notre cher pays, qui se joint, par son silence coupable, à cette infamie.

Non ! Aujourd’hui, pour les Juifs de France, Ayrault n’est pas notre héros ! L’abstention de la France face à cette ignominie est non seulement incompréhensible mais une insulte aux juifs de France ! Et nous le déplorons !

Ces paroles ne relèvent certainement pas du « politiquement correcte » mais je ne suis pas un adepte de cette idéologie de l’hypocrisie.

En ces jours solennels de Tichri, et à l’approche de Souccot, fête du pèlerinage vers le Temple de Jérusalem depuis 3 000 ans (alors que l’Islam a 1 500 d’existence), nous appelons toutes les ONG attachées à l’éthique et à la lutte contre le négationnisme à se mettre en congé de l’UNESCO, et ce, jusqu’à ce que l’Éthique reprenne sa place au cœur de cette organisation.

Cet appel vaut tout particulièrement pour les ONG juives !
Pour faire face à ces défis, à ces agressions contre notre passé, notre présent et notre avenir, nous avons un impératif devoir de nous rassembler, de faire bloc avec tous les démocrates qui partagent notre espoir et faire face, et ce quelles que soient nos sensibilités.

Pour notre part, nous continuerons d’œuvrer dans ce sens, de manière concrète et non uniquement par des mots, afin de concentrer nos efforts sur la défense de nos valeurs, de notre pays, de notre peuple et de notre allié, la démocratie israélienne. Des résultats concrets, c’est la seule chose qui vaille !

Richard C. ABITBOL
Président