Gonflées à bloc par les principaux médias de diffusion, les protestations sont certainement devenues à la mode ; porter des pancartes appelant à l’amour et se rassembler tous contre Trump le diabolique. Mais est-ce que tout ceci changera les choses pour le mieux ? N’est-ce pas une approche trop superficielle pour des discussions sérieuses sur l’immigration ?

Laissez-moi d’abord préciser quelque chose. Je ne favorise ni le Parti démocratique ni le Parti républicain. Aucun des deux ne représente ce que je considèrerais comme une vraie stabilité sociale. Mais l’atmosphère créée par les médias est que quoi que fasse Trump, il est automatiquement étiqueté comme raciste, fasciste, fou et inacceptable.

En d’autres termes, si vous aimez la paix, vous devez haïr Trump, n’est-ce pas ?

Si vous voulez examiner sérieusement ce que l’interdiction d’immigration signifie, au-delà des drames médiatiques, lisez ceci.

L’immigration massive exige une intégration réelle. De mon point de vue sur le développement humain, notre plus grande réalisation en tant qu’humanité est que toutes les nations se rassemblent comme une famille. Cependant, c’est un idéal.

Et son écart de la réalité doit être comblé, et non pas ignoré. La véritable intégration peut être accomplie à travers un processus volontaire d’éveil et d’éducation qui suscitera des affinités, et créera également des objectifs communs et un souci réciproque et sincère entre les peuples de différentes cultures. Alors seulement pourrons-nous espérer une coexistence prospère.

Les nobles idées du libéralisme, en ce qui concerne l’intégration des cultures différentes, comportent l’attente que les différences majeures, telles que l’éducation, l’idéologie, les comportements et les systèmes de pensées, se résoudront d’elles-mêmes comme par magie : ceci pose un problème.

Car la réalité, que l’Europe connaît bien à présent, nous démontre que ce n’est pas le cas. La tendance idéaliste actuelle, appelant à fusionner des peuples de cultures différentes et plus spécialement d’idéologies religieuses devenues extrémistes ces temps-ci, est certainement dangereuse aux États-Unis aussi.

Dans la nature, l’existence harmonieuse entre les opposés repose sur un système compliqué de coopération et de communication élaboré par des millions d’années d’évolution pour devenir stable et prospère.

Penser que le pluralisme puisse être réalisé par la tolérance, l’ouverture du cœur et la compassion n’est rien moins qu’enfantin. Cela requiert des processus responsables et graduels, des limites prudentes et une évaluation efficace du résultat des stratégies dans la réalité.

Les deux aspects sont nécessaires pour créer une voie, ni dangereusement déconnectée de la réalité, ni trop dure pour permettre à la connexion humaine d’évoluer.

Fusionner ces deux approches, qui définissent en gros les idéologies de gauche et de droite, ne nous vient pas naturellement. Cela dépend de l’application des méthodes éducatives pour apprendre comment le réaliser. Ceci est vrai pour des nations tout comme pour la santé psychologique des couples, des parents et de toute autre relation, car nos liens avec les autres doivent coexister avec nos limites personnelles et notre individualité.

Vérifions la réalité

Pour en revenir à Trump : il a promis à des millions d’Américains qui ont voté pour lui de redonner à l’Amérique le contrôle de ses frontières. Il n’a pas fait voter de nouvelles lois, mais a demandé au ministère de la Sécurité intérieure de faire appliquer rigoureusement les lois américaines existantes. Renforcer les frontières est important pour la viabilité d’une nation, ainsi que pour tous les autres êtres vivants.

En fait, cela a été fait par d’autres administrations avant la sienne.

Dans un discours prononcé par Bill Clinton, alors qu’il était président, ce dernier a déclaré : « Nous sommes une nation d’immigrants, mais nous sommes aussi une nation de lois. Il est inadmissible et contre-productif qu’une nation d’immigrants autorise le genre d’abus de nos lois sur l’immigration comme nous l’avons vu ces dernières années, et nous devons tout faire pour les arrêter. »

Venant de lui, cette déclaration a été acceptée comme logique, mais de Trump, elle est considérée comme raciste et inconstitutionnelle.

Alors, qu’est-ce qui pousse vraiment les manifestants dans la rue ? Est-ce pour aider les musulmans dans le besoin ou une autre occasion de dénoncer Trump ?

Nous devons nous ouvrir pour nous connecter aux autres, mais dans des limites appropriées.

Oui, il doit y avoir de la compassion, mais cette compassion devrait englober aussi votre propre pays et vos concitoyens. Baal HaSoulam, auteur du Soulam (Échelle), commentaire sur le Zohar, écrit dans La Nation que « ceux qui se retirent complètement du nationalisme et deviennent cosmopolites pour des motifs humanitaires et altruistes commettent une erreur fondamentale, puisque le nationalisme et l’humanisme ne sont pas du tout contradictoires, (…) l’amour national est la base de chaque nation, tout comme l’égoïsme est la base de tous les êtres vivants, individuellement. Sans lui, elle ne pourrait pas exister ».

Même le Dalaï-Lama, qui est largement considéré comme un grand humaniste, a déclaré que les musulmans ne devraient pas être autorisés à transformer les pays européens en pays arabes. Il n’est pas inhumain de placer des limites ni de demander des précautions de sécurité. C’est la chose correcte à faire. Une attitude laxiste de frontières ouvertes est imprudente en vue des résultats à venir.

En outre, personne ne dit que les réfugiés qui sont en danger réel ne devraient pas être aidés. Mais ce ne doit pas être nécessairement aux dépens de la stabilité sociale des autres nations.

Les pays musulmans possèdent beaucoup d’argent et de terres, ce qui pourrait fournir une meilleure solution pour les millions de réfugiés. L’Arabie Saoudite, par exemple, a 100 000 tentes climatisées en attente, mais ne veut toujours pas accueillir les réfugiés syriens.

Des efforts internationaux devraient être faits et des mesures devraient être prises pour trouver des solutions aux musulmans et garantir leur sécurité, sans compromettre la sécurité et la stabilité des nations occidentales.

Atteindre le vrai pluralisme

La fusion de différentes cultures sur un même territoire est un engagement sérieux qui exige une préparation éducative des deux côtés. De même qu’on ne planifie pas un mariage dès la première rencontre, de même les nations devraient-elles aussi apprendre à se connaître, étudier la mentalité de l’autre, apprendre à se comprendre, et alors seulement s’unir.

Partout dans le monde, mes élèves conduisent ce qu’ils appellent des « cercles de connexion », où des gens d’origines différentes, et même ceux qui sont aux prises dans des conflits actifs comme les juifs et les Arabes, apprennent à se compléter et à créer une réalité partagée sans compromettre leur identité. De telles pratiques sont cruciales pour une coexistence basée sur la réalité et non pas simplement sur de douces illusions.