Anouar el-Sadate est élu président de l’Egypte en septembre 1970 à la mort de Nasser.

En 1973, il tente par la guerre de récupérer le Sinaï occupé par Israël depuis 1967. Cette guerre sera courte et permettra de déclencher le processus de paix dans les deux camps.

Menachem Begin, né à Brest-Litovsk en Pologne arrive en Palestine en 1942, et 1943 il prend la direction de l’Irgoun jusqu’à la création de l’État d’israël en 1948. Membre influent de la droite israélienne, dirigeant du Likoud connu pour ses positions nationalistes, Begin devient Premier ministre en 1977.

En novembre 1977, Sadate accepte l’invitation du gouvernement israélien et devient le premier dirigeant arabe en visite officielle en Israël, il rencontra le Premier ministre Begin, et prit la parole devant la Knesset (le Parlement israélien).

Une année plus tard en septembre 1978 à Camp David, la résidence de campagne des présidents américains, Menahem Begin et Anouar el-Sadate tentent de négocier un accord de paix entre leurs deux pays.
Un engagement volontaire vers un processus de paix dans une région du monde qui depuis plus de trente ans est ravagée par la guerre ou du moins la violence.

Ce ne fut pas un accord facile à établir car de nombreuses divergences opposent Begin et Sadate, notamment sur le sort des Palestiniens et de Jérusalem.

Cet accord fut extrêmement impopulaire dans le monde arabe et musulman, dès lors Sadate est considéré comme un traître.

Pour Begin, l’approbation de ses proches donc celui de Moshé Dayan s’obtient plus facilement ainsi que le soutien de l’opinion publique israélienne.

La résistance aux pressions surtout celles du monde arabe sur Sadate et la détermination des deux hommes menèrent le 17 septembre 1978, à la signature, des accords de Camp David, pour lesquels Sadate et Begin reçurent le prix Nobel de la paix le 10 décembre 1978 à Oslo.

Accords dans lesquels le président américain Jimmy Carter, jouera un rôle crucial dans les négociations.

Certains pensent que ce prix Nobel aurait dû revenir au président américain Jimmy Carter, pour son rôle dans les négociations.

Cela ne fait pas l’unanimité et bon nombres d’intellectuels et d’hommes politiques ont largement salué le choix d’Oslo le 10 décembre 1978.