C’était, il y à a peine 3 ans, et déjà certaines des figures du livre ne sont plus. Heureusement qu’il était là.

Stephen Shore enseigne la photographie dans l’état de New York, et nombre de ses photos ornent les murs de la plupart des plus grands musées du monde. Et ce n’est pas sans raison. Il sait comme personne comment faire naitre une émotion à la consultation d’une page, d’une image.

Ce qui fut une personne, un paysage, un fragment de situation, nous est livré nu, aride, sans commentaires et sans explications. Et pourtant. Pour peu qu’on s’attarde sur la photo, (une personne, un cimetière, des légumes, le bric à brac d’une étagère, etc) et on n’y peut rien, on s’arrête sur chacune d’elle, on prend le temps qu’il faut. … tout se met à nous parler (presqu’au sens propre du terme).

Comme si les médailles sur le revers de la veste de ce vieux monsieur voulaient chacune nous raconter leur histoire, et celle de celui qui les porte (probablement une vie exemplaire … dévouée à la patrie).

Pour quelle raison et en quelles circonstances elles sont arrivées là ? Mystère.

On se surprend à vouloir interroger ces pièces accrochées à ce revers de veste, ces concombres posés sur ce tabouret, les pierres de ce cimetière abandonné, chaque objet de l’étagère encombrée. Pourquoi et comment ont-ils atterri là, et sont restées dans le « salon » de cette famille juive dont il ne reste qu’un rescapé hors d’âge, de la double épreuve du nazisme et du stalinisme. Il s’y trouve même deux mini bustes de tyrans soviétiques qui alternent avec des livres et des bibelots. En 2012/13 pourtant, on savait tout d’eux (Lénine et Staline).

Et pourtant … ?!

C’est un livre indispensable à tous nos foyers juifs, tant en France qu’en Israël. Chaque image, de chaque page nous interroge, nous interpelle, jusqu’au point de nous donner envie de nous rendre dans cette Ukraine ou ces photos ont été prises. Voir de nos propres yeux ce vieux cimetière qui ressemble tant à celui de Prague. Cette antique synagogue, comme il en reste de rares semblables dans les pays baltes aujourd’hui.

Rencontrer ces personnes dont on aimerait qu’elles vivent encore longtemps pour nous parler et nous raconter leur histoire. Voir ces lieux ou le photographe a posé son objectif, et saisi son témoignage. maisons, rues, paysages … que sont-elles aujourd’hui devenues ? Différentes ou semblables à celles qu’a su –merveilleusement- capter ce photographe. Ont-elles toujours cette impression d’âme ? (Objets inanimés avez-vous donc une âme ? chantait le poète).

Ces personnes… ont-elles une famille ? Que pouvons-nous faire pour elles ? Comment ? Que restera-t-il de « nous » (de la présence du peuple juif et de son apport dans ce pays) après eux ? … sans eux ?

Plus de questions que de réponses apportées sur ce pays (l’UKRAINE) et ces gens (Les rescapés juifs de la shoah par balle). Et c’est tout l’intérêt de ce livre, que tout foyer juif devrait avoir à portée de mains, tant en France qu’en Israël.

« Survivants en Ukraine » de Stephen Shore aux éditions PHAIDON, est disponible dans toutes les grandes librairies, et sur commande dans toutes les autres. Je vous en recommande urgemment l’acquisition et la consultation. Amicalement : Ary TOLEDANO