Nous sommes deux semaines et demie après le kidnapping de nos trois garçons : Yaakov, Gilad et Eyal.

Le temps passe, Tsahal poursuit ses recherches intensives et les opérations militaires menées dans en Judée Samarie, n’ont donné aucun résultat jusqu’à présent.

Les familles et les trois mères sont poignantes de dignité malgré l’angoisse et le chagrin et le pays pour une fois rassemblé s’est uni derrière elles pour prier et les soutenir.

Notre Premier Ministre, notre Ministre de la Défense et le Chef d’Etat-major continuent d’entretenir les familles et le Pays sur l’évolution des recherches, en insistant sur les indices de vie des enfants enlevés et sur la patience qu’il faut et qu’il faudra déployer.

Notre gouvernement accuse le Hamas de l’enlèvement, celui-ci dément tout en félicitant les auteurs présumés er Tsahal ré-emprisonne un certain nombre de terroristes libérés lors de l’échange Shalit.

Par ailleurs, on ne parle ABSOLUMENT pas des 400 terroristes libérés, prix payé par Israël pour faire revenir Abu Mazen à la « table des négociations ». Le couvert a été dressé,  les convives conviés et les repas consommés (plus ou moins avec appétit) et cela jusqu’au dessert servi tout spécialement pour les invités. Depuis on a débarrassé la table et rangé les couverts, jusqu’à la prochaine fois et répétition du menu.

Entre-temps le même Abu Mazen s’est désolidarisé du Hamas en criant haut et fort, même en arabe, qu’il condamnait tous les kidnappings, y compris celui des jeunes juifs israéliens

Ce qui lui a valu quelques condamnations et félicitations.

J’en viens maintenant à la personne également arabe, dont la religion ne m’importe pas, détentrice de la citoyenneté israélienne, ce qui lui permet d’être élue et de représenter son parti à la Knesset, le parlement israélien, qui perçoit son salaire et qui bénéficie de tous les avantages qu’offre sa fonction comme tous les autres députés.

Cette députée, puisqu’il s’ agit d’une femme, serait dans toute autre Démocratie non seulement privée de ses fonctions et arrêtée, mais également accusée de haute trahison, jugée et emprisonnée.

Hamine Zoabi, députée israélienne à la Knesset a non seulement participé à l’opération terroriste à bord du navire turc Marmara contre Israël, mais elle s’ est exprimée en privé et en public pour soutenir les auteurs du kidnapping et pour justifier leurs actions, ainsi que toute autre forme d’action contre cet Etat qu’elle abhorre et qui pourtant lui octroie une nationalité dont elle jouit sans vergogne et qui la protège!

Ignominie, Impuissance….

Hamine Zoabi est le symptôme de la maladie dont nous sommes frappés, contre lequel nous n’avons toujours pas trouvé le remède et qui finirait par nous tuer si…

Nous n’avions décidé depuis longtemps du contraire :

« TU CHOISIRAS LA VIE »

Nous continuons et continuerons sans relâche à chercher nos enfants et à soutenir et conforter leurs mères, et nous finirons par vaincre la maladie…!