J’adore Trump.

Tout d’abord, parce que il n’est pas « politically correct ». Cette tendance du « politically correct » est telle une maladie qui gâte la langue et ainsi déforme la pensée. Le « politically correct » est provoqué par des agents qui n’ont jamais été élu, qui se couronnent sur le media des intellectuels.

Selon leurs slogans et leurs modes d’opération, il est clair que ces agents du « politically correct » sont le garde arrière des bolchevistes, semble détruite après la chute de l’USSR. Pour ceux qui valorisent l’expression individuelle, Trump est le propre représentant.

Ensuite, parce qu’il est résolument pour Israël. Il supporte la position Israélienne sur la scène internationale. Aussi, la question de la Cisjordanie ne lui intéresse pas. Si Israël annexait un territoire en Cisjordanie, en laissant une partie pour l’autonomie Palestinienne, Trump ne s’y opposerait pas.

De plus, Trump s’adresse d’un ton franc et dur face au pays fous comme le Corée du Nord ou l’Iran. Il semble résolu à utiliser le bâton qu’il tient. Son point de vue sur l’immigration illégale du Mexique atteste qu’il veut protéger la culture américaine contre la nouvelle invasion de l’ « Armada Espagnole » et sa culture de le inquisition catholique.

Enfin, le slogan du Trump « make America great again » signale l’aboutissement de la stratégie « win-win » dans les négociations internationales. Les citoyens américains souhaitent que leurs représentants élus batailler pour leurs intérêts économiques. Une pareille logique capitaliste est le but du plan proposé par Trump de réduire les taxes.

Les individus préfèrent tenir leur revenu dans leurs poches, plutôt que le voir disparu à la poche du gouvernement.