ISIS maraude à travers l’Iraq et la Syrie, fait des incursions au Liban, et brûle le drapeau palestinien.

Ils n’ont pas encore attaqué Israël et la Jordanie, et autant se demandent quelle relation suspecte existe entre l’Etat Juif et l’Etat Islamique, et pourquoi ils n’attaquent pas Israël.

L’explication la plus simple est que vous aurez du mal à tailler un Etat islamique, si vous commencez par attaquer le pays le mieux armé avec le moins de musulmans de la région.

Stratégiquement, attaquer Israël est suicidaire pour ISIS et ils le savent. Même attaquer le Liban n’est pas très logique, sauf que le Liban est une cible facile.

Je vois mal l’Etat Islamique tenter sérieusement de prendre et de garder du territoire turc pour exactement les mêmes raisons : l’armée turque les bombarderaient à mort, même si beaucoup pensent que la Turquie n’est pas attaquée pour les mêmes raisons qu’Israël, car ISIS est une création turque, à moins que cela ne soit une création israélo-américaine ? Ou est-ce une création qatarie-saoudienne ?

Les trois co-conspirateurs ont des priorités complètement différentes et il est peu vraisemblable qu’ISIS ait été “créé” par les trois compétiteurs en même temps, mais il est intéressant de voir comment différentes parties de la région perçoivent l’hydre qu’est ISIS.

Iraq :

La vidéo de la chaine nationale iraquienne est la première à être sortie, et compte tenu de la qualité de la musique et de la production, c’est la meilleure des trois vidéos présentées ici.

C’est aussi la plus virulemment raciste.

ISIS est l’enfant éclos du diable, et d’une juive.

La vidéo va un peu plus loin, en présentant d’autres invités à la fiesta ISIS. Un cowboy (les Etats Unis), une Emirati (Qatar), le Joker, Dracula, et ce qui semble être un turque.

L’Irak a vécu de grands changements ces trente dernières années et a des relations fluctuantes avec ses voisins, ses alliés, et ses compétiteurs producteurs de pétrole.

Que les irakuiens se voient comme le centre d’un complot transnational est parfaitement logique de leur point de vue, mais moins déjà du point de vue de Nosferatu.

L’ironie de cette vidéo est qu’elle incite la même haine contre les juifs irakiens qu’elle ne critique en relation au déplacement des chrétiens d’Iraq. Quoi qu’il en soit, si j’étais Juif irakien, après avoir vu cette vidéo, je ferais mon alyah en un battement de coeur, tant que celui ci bat encore.

Palestine :

La vidéo palestinienne est la plus drôle en vertu d’être un sketch et non un clip musical.

Nous autres occidentaux en voyant l’ancien rapper Jihadi John, et le rapper allemand Deso Dogg, nous demandons bien comment une personne qui jusqu’à la semaine dernière, aimait son grec frites avec de la mayonnaise est aujourd’hui en train de décapiter des gens.

La parodie palestinienne d’ISIS pose la même question, présentant les voyous d’ISIS comme votre jeune fêtard moyen de Haamra et de Gemayizeh devenu fanatique. L’un d’eux s’appelle même Abu Goatee.

Les demandes d’ISIS sont tout aussi ridicules. Combien de fois la lettre A apparaît-elle dans les Hadiths par exemple, au point où leurs victimes préfèrent se faire exécuter que de supporter leurs débilitées, et voyez comment ils réagissent à la crise cardiaque d’un chrétien jordanien.

Et pourtant, quand un citoyen israélien se présente, la recrue d’ISIS le laisse passer sans un gage.

Cela peut vouloir dire plusieurs choses, soit que le réalisateur pense qu’ISIS est une création israélienne, ou ils sous entendent qu’Israël n’est pas dérangé par ISIS pour les raisons susmentionnées, ou encore qu’ISIS est surtout une menace pour le “monde arabe”, ce qui est le cas.

Kurdistan:

Hilarant, non ?

La vidéo kurde est pleine de références historiques et traditionnelles Kurdes. Par exemple les références a ISIS comme des barbus crasseux.

Les Kurdes ne portent pas traditionnellement la barbe. Sans donner dans la provocation, vous ne seriez pas en faute, si vous cofondiez un Kurde portant une moustache courte pour un turque, surtout si ce dernier s’appelle Mehmet Ozul.

Et, intéressant, la vidéo Kurde ne blâme pas ses voisins arabes mais met l’accent sur les djihadistes internationaux.

ISIS est aussi comparé à Al Hajjaj et Al Saffah, respectivement des califes Umayyades et Abbâsside parmi les premiers salafs, dont les exploits militaires sont souvent loués mais dont la brutalité était aussi légendaire.

Ce lien vers un extrait de The Kurdish National Movement: Its Origins and Development, indique que la relation entre les kurdes et les deux califes (Al Hajjaj est mentionné directement les Abbâsside comme dynastie) était emplie de violence.

La vidéo Kurde blâme le Qatar, pas les Etats Unis, ni Israël, ni même les Turques, ce qui serait certainement un plus de leur point de vue, mais ils ne le font pas.

Les cyniques diront qu’Israël bénéficie directement du pétrole Kurde et que conséquemment les kurdes ne critiqueront pas Israël, et qu’en éliminant Saddam Hussein les Etats Unis sont de facto le meilleur ami des Kurdes.

La Turquie par contre n’est absolument pas l’amie des kurdes, donc les arguments cyniques (même si corrects dans les faits) tombent quelque peu à plat.

Certains se demanderont pourquoi le Qatar, et le Qatar exclusivement, mais tout comme la vidéo irakienne, la vision du monde des Kurdes dépend de leur histoire et de leur relation avec leurs voisins et leurs allies.

Les trois vidéos ont l’objectif louable d’essayer de diffuser les tensions et de décrédibiliser leurs ennemis aux yeux de leurs peuples, mais elles sont aussi inséparables de la vison du monde de chaque population, les politiques et les gens derrière, et tandis qu’elles démontrent toute une unité contre ISIS, elles reflètent aussi les divisions et les perceptions profondément ancrées qui définissent le Moyen Orient.