Une première journée placée sous le signe de l’éclectisme !

Les organisateurs de l’événement misent beaucoup sur cette troisième édition. Notamment avec la présence d’acheteurs européens et anglo-saxons.

Pour ce premier jour, sept shows sont présentés.

Chacun des designers présentant un style et des looks très différents pour la saison Automne-Hiver 2014/2015.

Est-ce le reflet de la société israélienne, ou une volonté affichée de montrer un panel varié de la femme Israélienne ?

Entre les piliers de la mode Israélienne déjà présents lors de la précédente édition tels que Kedem Sasson, Alembika ou Ronen Chen, le show dédié à l’association Make a wish, en association avec Disney, et les accessoires en cuir de la maison Daniela Lehavi, c’est la maison ONCE, créée par Tamara Salem, qui ouvre le bal.

Défilé-pour-les-accessoires-de-la-marque-de-Daniela-Halevi-Crédit-Jack-Guez-AFP

Défilé-pour-les-accessoires-de-la-marque-de-Daniela-Halevi-Crédit-Jack-Guez-AFP

Petit  tour d’horizon

TAMARA SALEM, nous présente une collection fraîche, à mi-chemin entre le minimaliste contemporain et le romantisme. Surprenante, les modèles sont monochromes : blanc, noir ou émeraude, ornés de passementeries d’époque Victorienne réinterprétées par Tamara.

Des robes en passant par les blouses, des vestes de tailleurs posées sur l’épaule sans manche, le tout dans de la soie ou des cotons légers.

RONEN CHEN, ou KEDEM SASSON ont choisi le gris et le noir comme pantone de prédilection. Fidèle à leur marque de fabrique on retrouve chez Kedem Sasson ce style tribal, qui nous renvoie au désert ou au continent africain et spécialement adapté aux silhouettes rondes.

Ronen Chen, quant à lui nous présente une collection géométrique et minimaliste inspirée du monde du bâtiment et de son architecture.

Pour ALEMBIKA, l’accent est mis sur la couleur, toutes les palettes sont explorées et tous les styles aussi : africain, asiatique, tribal, européen. Signe de sa diversité, elle a un mannequin ethnique qui défile, fait rare en Israël.

Défilé-pour-la-créatrice-Dorin-Franckurt-Crédit-Jack-Guez-AFP

Défilé-pour-la-créatrice-Dorin-Franckurt-Crédit-Jack-Guez-AFP

Une journée colorée, conclu par DODO BAR OR, dont les pièces rouges et dorées, bleues- gris ou beiges sont de tendance éthnique, où l’on y retrouve le principe des passementeries comme chez Tamara. Dodo nous replonge pour certaines créations au temps des cows-boys et des indiens.

Enfin, un mot sur le show en faveur de l’association Make A Wish en association avec Disney. Association mondiale qui veient en aide aux enfants malades et défavorisés.

25 designers ont créé pour l’occasion chacun une robe de Minnie, parmi lesquels Esti Ginzburg, Lihi Hod, Shaily Schindler, Yulia Plotkin  OU Neta Graty toutes issues de l’école de mode et de design Shenkar de Ramat Gan.

Belle initiative dont tous les fonds récoltés vont à l’association.

Défilé-pour-les-accessoires-de-la-marque-de-Daniela-Halevi-lors-de-la-Fashion-Week-à-Tel-Aviv-Crédit-Jack-Guez-AFP

Défilé-pour-les-accessoires-de-la-marque-de-Daniela-Halevi-lors-de-la-Fashion-Week-à-Tel-Aviv-Crédit-Jack-Guez-AFP

Ce show n’est pas sans rappeler le défilé de mode de Minnie à Disneyland Paris, donné à l’occasion de son 20ème anniversaire en mars 2013.

De grands créateurs à travers l’Europe ont imaginés une collection. Albert Elbaz a d’ailleurs dessiné spécialement pour Minnie une robe Lanvin.

Finalement, une journée qui laisse la tête pleine de style et de couleurs.

Que nous réserve les prochains jours ? Comment sera la silhouette israélienne de cet Automne/Hiver il faudra attendre la fin de cette grande messe pour tirer des conclusions sur les tendances affichées ici.