Une semaine après la journée commémorative du soixante-dixième anniversaire de la libération du camp d’extermination d’Auschwitch, Israël fête TouBishvat, la journée du Nouvel An des Arbres. Quelles consciences auraient pu imaginer qu’Israël meurtri par la Shoah, retournerait en sa Terre ancestrale et recouvrirait un jour son indépendance nationale spirituelle et politique?

ש«וְעוֹד בָּהּ עֲשִׂרִיָּה וְשָׁבָה וְהָיְתָה לְבָעֵר: כָּאֵלָה וְכָאַלּוֹן אֲשֶׁר בְּשַׁלֶּכֶת מַצֶּבֶת בָּם זֶרַע קֹדֶשׁ, מַצַּבְתָּהּ». (ישעיה ו’, י »ג)ש

À peine un dixième y survivra, qui, à son tour, sera dévasté; mais tout comme le térébinthe et le chêne, lorsqu’on les abat, conservent leur souche, la race sainte verra subsister une souche. » (Isaïe 6: 13)

ש«לֹא יִבְנוּ וְאַחֵר יֵשֵׁב לֹא יִטְּעוּ וְאַחֵר יֹאכֵל: כִּי-כִימֵי הָעֵץ יְמֵי עַמִּי וּמַעֲשֵׂה יְדֵיהֶם יְבַלּוּ בְחִירָי» (ישעיה ס »ה, כ »ב).ש

«On ne bâtira pas pour qu’un autre en profite, on ne plantera pas pour qu’un autre en jouisse; mais les jours de mon peuple seront comme les jours de l’arbre, et mes élus useront jusqu’au bout l’œuvre de leurs mains». (Isaïe 65: 22)

Le prophète Isaïe console et réconforte les Fils d’Israël en leur promettant la résurrection du peuple d’Israël en Erets Israël. Israël, tel un arbre coupé, verra son énergie vitale renaître.

Aujourd’hui cette prophétie s’accomplit par ceux-là même qui, condamnés à une mort certaine par l’Allemagne nazie, ont décidé de choisir la Vie en plantant un arbre, symbole de continuité, de renouvellement et d’indépendance spirituelle et politique:

ש«וְכִי-תָבֹאוּ אֶל-הָאָרֶץ וּנְטַעְתֶּם כָּל-עֵץ מַאֲכָל» (ויקרא י »ט, כ »ג).ש

« Quand vous serez entrés dans la Terre [promise], vous y aurez planté, alors, quelque arbre fruitier » (Lev. 19: 23)

L’importance de cette injonction divine conduira le grand Sage Rabbi Yo’hanan ben Zakkay à déclarer:

ש«רַבִּי יוֹחָנָן בֶּן זַכָּאי הָיָה אֹמֵר: « אִם הָיְּתָה נְטִיעָה בְּתוֹךְ יָדֶיךָ וַיֹאמֵר לְךָ: הָרֵי לְךָ הַמָּשִׁיחַ – בֹּא וּנְטַע אֶת הַנְּטִיעָה וְאַחַר כָּך צֵא וְהַקְבִּילְהוּ». (אבות דרבי נתן, נוסחא ב’, פרק ל »א). ש

«Si au moment ou tu t’apprêtes à planter un arbre, le Messie fait son entrée chez toi, termine d’abord de planter et puis tu sortiras l’accueillir».

L’étendard du retour réside dans l’acte même de planter, expression vivante de la réalisation de la promesse de Dieu.

Pouvons-nous encore dénommer Erets Israël «Terre Promise»?

Erets Israël n’est plus une «terre promise» mais une «terre d’accomplissement» où la Parole divine ne cesse quotidiennement de se réaliser. Pour preuve: au soir de TouBishvat, Israël détient le mérite de pouvoir bénir les fruits de cette terre d’abondance.

N’est-ce point la plus belle preuve d’amour de Dieu envers son peuple que de lui offrir les fruits si longtemps espérés?

ש«וְאַתֶּם הָרֵי יִשְׂרָאֵל, עַנְפְּכֶם תִּתֵּנוּ וּפֶרְיְכֶם תִּשְׂאוּ לְעַמִּי יִשְׂרָאֵל כִּי קֵרְבוּ לָבוֹא» (יחזקאל ל »ו, ח’).ש

« Et vous, montagnes d’Israël, vous donnerez votre frondaison et vous porterez votre fruit pour mon peuple d’Israël, car ils sont près de revenir ». (Ezéchiel 36: 8)

Je tiens à dédier cet article à notre fille Dévorah Illana, née la veille de TouBishvat à Jérusalem, la Capitale éternelle de l’Etat d’Israël.