Lundi soir 5 Iyar 5777, assis devant notre petit écran, en famille ou avec des amis, nous avons vu sur Aroutz 1, la première chaîne israélienne, le Tekhess Mamlakhti (la cérémonie gouvernementale) du jour de Indépendance.

Des Israéliens, qui ont contribué à l’essor de l’économie d’Israël ou au renforcement de sa sécurité ou à l’amélioration de tout autre vecteur de la vie en Israël, ont été distingués et ont eu l’insigne honneur d’allumer l’une des huit torches, à la gloire d’Israël.

On a toutes les raisons d’être fiers de notre si petit Etat, qui a fait de si grandes choses, avec si peu de moyens, tant en Israël que dans le monde entier!

Comment expliquer ces succès de plus en plus nombreux, si ce n’est par l’Assistance providentielle, ou si vous préférez en hébreu, la Siyata DiChemaya, H’ veille sur nous en permanence: n’est -il pas écrit dans la Torah, à propos de la Terre d’Israël, que « les yeux de l’Eternel ton D… y sont fixes du début de l’année jusqu’à la fin de l’année » !

Nos ennemis vont avoir de plus en plus des crises de rage et de jalousie!

Quel charme, quel superbe défilé de soldats de tous les corps d’armes, quelle harmonie, pour représenter la Menorah (le candélabre a 7 branches), l’étoile de David et le nombre des années : 69 !

Quelles magnifiques couleurs dans les drapeaux, les uniformes de nos soldats… on ne peut qu’être émerveillé et c’est la moindre des choses que l’on puisse dire. Plus que cela, un effort a été fait pour que toutes les ethnies de la population soient représentées.

Fiers et émus, chaque Israélien s’est senti concerné, s’est identifié comme un des éléments de la population qui a contribué à de si grandes réussites.

Personnellement, je crois que si Israël a cumulé tant de réussites en si peu de temps et somme toute, dans un environnement particulièrement hostile, c’est qu’il y a là, la volonté du C.iel, et je crois qu’une idée sur laquelle les organisateurs de cet évènement, devraient réfléchir pour les années à venir, c’est de s’ingénier à mettre en évidence le caractère juif de notre sainte terre d’Israël.

Il ne faudrait pas en faire beaucoup : il suffirait d’insérer dans toute cette cérémonie 3 a 5 spots d’une durée comprise entre 1 et 3 minutes.

Par exemple par la projection de courtes séquences d’évènements qui se sont passés à Jérusalem : cela peut être le Bircat Cohanim pendant les fêtes de Souccoth ou de Pessah, le Kotel à l’heure de Minha le jour du 9 Av, ou la Simhat Beth Hachoeva ou Simhat Torah.

L’avantage de telles séquences, c’est qu’elles auront un très fort impact sur les spectateurs du Tekhess Memlakhti, même si leur durée était limitée à 1 min 30 secondes.

Ces brèves séquences, dans le programme du Tekhess Mamlakhti, serait aussi une cinglante réponse à tous ceux qui veulent nier le lien indéfectible de notre peuple avec sa Capitale éternelle : Jérusalem !

Une autre idée serait de montrer le Chabbat Haye Sarah a la Maarat HaMakhpela ou sont enterrés nos saints ancêtres les patriarches Abraham, Itshak et Yaacov et trois des quatre matriarches : Sarah, Rivka et Lea.

Une autre idée serait de montrer une séquence de 1 minute à 1 minute et demi, sur la Hiloula de Rahel Imenou ! Cela est aussi encore une gifle cinglante à toutes les instances internationales, qui ont affirmé il y a environ deux mois qu’il n’y avait aucun lien entre les sépultures de nos saints ancêtres à la Maarat Hamakhpela (Hébron) ou la sépulture de Rahel Imenou à Derekh Beth Lehem (à la sortie de Jérusalem) avec notre peuple.

Comment des instances internationales peuvent-elles affirmer de telles aberrations, quand elles voient l’acharnement de notre peuple à venir en pèlerinage sur ses lieux saints.

Enfin une dernière idée, qui aurait un grand retentissement, serait de montrer sur une séquence de trois minutes la Hiloula de notre vénéré Rabbi Chimeone Bar Yohai.

Quand dans une manifestation importante, comme celle-ci, le Tekess Mamlakhti, on rappelle a l’aide de très courtes projection l’attachement de la population, à certaines solennités, à certains lieux saints, on fait plaisir a la partie de la population israélienne qui y attache une importance, et on renforce ainsi la cohésion sociale.

Une autre idée, qui clouerait le bec à bon nombre de nos détracteurs, serait de publier pendant le déroulement de ce Tekhess, des spots relatant l’aide magnifique apportée par Tsahal aux pays en détresse lors de catastrophes naturelles, comme celle qui a eu lieu au Népal.

Israël avait construit un hôpital de campagne de 300 lits en moins de 3 jours ! Israël a fait tout seul ce que des pays quinze fois plus grands que lui en hommes et en moyens n’ont pas fait.

Et cela c’est encore une manière de renvoyer la balle a nos détracteurs ! Ils vont nous dire : vous les juifs, les israéliens, les israélites… Vous êtes racistes vous pratiquez l’apartheid ! Et eux (les gentils) sont de braves gens ! Sic ! Voyez ce que nous faisons, et voyez comment vous réagissez ! Il n’y a pas plus parlant que cela !

Le but du contenu des séquences c’est de faire réagir les spectateurs, qu’ils soient israéliens ou étrangers. Les Israéliens se sentiront renforces dans leur identité juive, qui est délégitimée en permanence par les haineux d’Israël.

Quand aux étrangers, ceux qui nous haïssent, nous haïront sans doute d’avantage et on ne pourra rien faire pour eux, même s’il y a parmi nous beaucoup de bons médecins !

Comme l’avait dit en son temps Menahem Beguin Zal, ils souffrent d’une maladie incurable, et quand aux autres étrangers qui regardent Israël avec un minimum d’objectivité et de sincérité : ces brèves séquences à caractère juif les aideront à reconsidérer leur jugement vis-à-vis d’Israël et à devenir plus favorables a notre nation.

Car, qu’on le veuille ou non, Israël est aujourd’hui, dans bien des domaines, un pays d’avant-garde, et bientôt…

Israël deviendra le printemps des nations !