Le boycott prôné ces dernières années contre Israël n’a rien de nouveau.

En effet, depuis  la création de l’Etat hébreu en 1948, les attaques contre les israéliens n’ont jamais cessé.

C’était d’abord sept nations arabes qui s’en sont pris à Israël en lui déclarant la guerre au lendemain même de sa création, souhaitant ainsi sa disparition. C’est alors qu’est né le conflit israélo-arabe qui s’est mué en conflit israélo-palestinien qui existe encore aujourd’hui.

Dans cette mouvance, les pays africains avaient décidé de rompre leurs relations diplomatiques avec Israël en 1973, par solidarité à la cause des arabes palestiniens [1]. Mais cette décision n’avait pas prospéré, c’est plutôt l’Etat hébreu qui a prospéré. Nous étions encore dans la période de la guerre froide.

Aujourd’hui, à l’ère de la mondialisation, c’est à travers ses produits que l’on veut s’attaquer à l’Etat juif.

On en arrive donc à se demander pourquoi tant d’acharnements contre le seul pays démocratique du Moyen-Orient, qui ne demande qu’à exister, à vivre en paix, avec le reste du monde et contribuer à son progrès.

Que reproche-t-on à Israël ?

Pour quelles raisons fondamentales faut-il boycotter les produits israéliens, qui profitent au monde entier, – et y compris les promoteurs du boycott.

Les découvertes des chercheurs israéliens sont innombrables dans plusieurs domaines, de l’agriculture à la médecine en passant par les sciences fondamentales. Israël est également à la pointe de l’innovation technologique.

Les découvertes des chercheurs et les innovations technologiques de l’Etat hébreu sont incontournables pour le monde entier, dans toutes ses composantes.

Les pays en voie de développement, notamment les pays africains y trouvent leur compte. Le monde occidental également y trouve son compte. Les pays dits émergents y trouvent leur compte. Les voisins immédiats de l’Etat juif y trouvent leur compte.

«  Les entrepôts contenant les toutes dernières technologies israéliennes d’agriculture ne sont pas situés dans l’Etat juif mais à 5 000 km de là, sur un large campus en dehors de Nairobi, la capitale du Kenya en pleine croissance. C’est de là qu’ils seront envoyés aux fermiers à travers l’Afrique de l’Est. » [2]

Les bonnes relations avec les pays africains facilitent ainsi l’implantation des technologies israéliennes, comme l’irrigation au goutte-à-goutte et les serres, dans les économies en développement.

Dans le domaine de la santé, les contributions sont énormes. Nous vous en présentons quelques-unes – les toutes dernières découvertes.

L’entreprise « Sensible Medical Innovations » basée à Kfar en Israël, a mis au point un moniteur capable de mesurer la quantité de liquide présente dans les poumons, en utilisant une technologie non-invasive.

Cette innovation est destinée à des patients souffrant de problèmes d’accumulation de liquide, ce qui inclut également les patients se remettant d’accidents cardiaques, prenant des diurétiques, vivant avec une maladie rénale, etc…

Grâce à cette nouvelle technologie non-invasive, les patients peuvent porter le moniteur sur eux et n’ont pas besoin d’intervention chirurgicale pour insérer des appareils de mesure dans leur corps.

Le résultat est une amélioration effective de la qualité des soins tout en réduisant le coût global associé à la durée d’hospitalisation, la chirurgie et les soins de suivi.

Le professeur Stefan Anker, président de l’Association de prévention de la crise cardiaque au sein de la Société européenne de cardiologie et membre du Comité médical directeur de “Sensible Medical Innovations” explique : « les données actuelles fournissent des indices prometteurs que le dispositif peut être utilisé comme un outil efficace pour améliorer les soins aux patients et les résultats pour une maladie au taux de mortalité élevé et au coût important pour la société. Cette technologie non-invasive semble bien adaptée aux besoins médicaux en Europe ».

Dan Peer, directeur du laboratoire de Nanomédecine du Département de Recherche cellulaire et d’Immunologie de l’Université de Tel Aviv, a développé un nouveau mécanisme thérapeutique rapide et efficace pour combattre l’un des cancers les plus agressifs et mortels chez les femmes, le cancer de l’ovaire.

Fondée en 2006, la société israélienne Real Imaging a quant à elle développé une solution d’imagerie complète destinée à la détection du cancer du sein.

Extrêmement précise, la technologie RUTH diminue considérablement les risques de diagnostics erronés, pour les femmes de tous les âges.

Malgré les avancées de la recherche, le cancer du sein reste la première cause de décès chez la femme par cancer, avec un risque qui augmente significativement entre 30 et 60 ans.

La nouvelle technique de mammographie de Real Imaging permet d’observer les tissus mammaires en 3D et d’améliorer de ce fait l’efficacité du dépistage et la vitesse de prise en charge des patientes.

Il est donc temps que les boycotteurs cessent de troubler le monde avec des discours politiques dont l’effet pourrait être dévastateur pour nos populations.

De même que les attaques des pays arabes et  les ruptures diplomatiques n’avaient rien apporté à ceux qui l’avaient décidé, de même le boycott des produits israéliens  ne détruira  pas l’Etat juif.

Un grand chef d’Etat africain, le visionnaire Félix Houphouët Bobigny nous le disait déjà en 1985 à Abidjan, lors d’une conférence de presse devant plusieurs journalistes venus du monde entier.