La vision dystopique d’une tempête d’armes automatiques alimentée par l’intelligence artificielle anéantissant l’humanité peut nous aider à affiner notre examen de ce dont le monde a réellement besoin aujourd’hui – l’unité – en nous montrant ce qui peut arriver si nous ne faisons pas concorder nos progrès technologiques avec nos progrès dans l’unification sociale. Le peuple juif joue un rôle majeur dans ce défi.

La myriade de façons dont l’humanité a imaginé un avenir dystopique a fait l’objet de nombreux livres et films. Cependant, le court-métrage récent, Slaugherbots, est unique en ce sens que sa vision est reprise par Stuart Russell, professeur à l’Université de Berkeley, qui exprime la préoccupation de milliers de chercheurs en IA : qu’avec quelques ajustements de notre technologie actuelle, nous avons les moyens de faire des essaims de mini-drones d’IA mortelles une réalité actuelle.

Malheureusement, je suis persuadé que les armes alimentées par l’intelligence artificielle seront développées en fonction de ce que nous voyons dans ce court-métrage, et pire encore.

Néanmoins, je vois un côté positif à de tels développements, et non pas parce que j’aime imaginer un futur scénario de robot tueur. C’est plutôt parce que ce potentiel désastreux à notre portée nous aidera à mieux comprendre ce dont l’humanité a réellement besoin : aligner notre progrès dans la conscience humaine avec notre progrès technologique.

Quelle technologie est plus sophistiquée que l’IA ? Quelle énergie est plus puissante que l’énergie nucléaire ?

Si nous développions notre conscience humaine au moins autant que nos technologies, il n’y aurait aucun risque de créer des terminateurs d’IA capables de nous éliminer. Au lieu de cela, nous poursuivrions nos recherches pour découvrir une technologie plus sophistiquée que l’IA, et une énergie plus puissante que l’énergie nucléaire :

– L’énergie est la source d’énergie la plus fondamentale de la nature, une force qui relie et lie toutes les parties de la réalité ;

– La technologie est une méthode qui nous montre comment extraire et utiliser la source d’énergie la plus fondamentale de la nature à travers notre potentiel inhérent de connexion humaine.

Contrairement aux autres sources d’énergie que nous avons découvertes tout au long de l’Histoire, celle-ci ne peut être découverte et utilisée qu’avec de « bonnes intentions ». En d’autres termes, elle n’est accessible que si nous cherchons à appliquer ses propriétés de connexion dans nos attitudes et nos relations.

La manière d’appliquer sa propriété de connexion à travers d’innombrables états variables est une méthode ancienne qui est devenue le fondement du peuple juif.

Comment les Juifs ont triomphé de la menace « technologique » de destruction

Ce n’est pas par hasard que tant de personnes d’origine juive sont aujourd’hui à la pointe des développements de haute technologie, alors qu’elles ne représentent qu’environ 0,2 % de la population mondiale.

Au sein de la population juive existent les gènes informationnels qui remontent à leur ascendance abrahamique : l’époque où ils extrayaient l’énergie primaire de la nature, se reliaient au-dessus de leurs égoïsmes conflictuels et se sauvaient d’une destruction potentielle.

L’emphase excessive sur le progrès technologique plutôt que sur l’unification sociale est aussi ce qui s’est passé à l’époque d’Abraham, quand les Babyloniens ont voulu construire une tour qui atteindrait les cieux.

« Les bâtisseurs de la tour poussaient les briques pour construire la tour de l’est, puis redescendaient à l’ouest. Si un homme tombait et mourait, ils ne lui portaient aucune attention. Mais si une brique tombait, ils s’asseyaient et gémissaient : “Malheur à nous, quand est-ce qu’une autre viendra la remplacer ?” Abraham, fils de Térah, passa et les vit bâtir la ville. Il les maudit et dit : “Que le Seigneur avale leur langue.” » 

Rabbin Eliezer, Pirkey de Rabbin Eliezer (Chapitres du rabbin Eliezer)

De plus, à l’instar de ce que nous apprenons aujourd’hui avec le développement d’armes alimentées par l’IA, les Babyloniens ont fait face à une menace très réelle de destruction massive.

« Les Babyloniens voulaient se parler, mais ne connaissaient pas la langue de l’autre. Qu’ont-ils fait ? Chacun a pris son épée et ils se sont battus jusqu’ à la mort. En effet, la moitié du monde y fut massacrée, et de là ils se dispersèrent dans le monde entier ».

Rabbin Eliezer, Pirkey de Rabbin Eliezer (Chapitres du rabbin Eliezer)

Abraham constata que, tandis que les Babyloniens étaient obnubilés par « la Tour », ils avaient perdu de vue ce qui était vraiment important dans la vie : une connexion humaine positive.

De plus, Abraham découvrit la cause de cette obsession – l’ego humain démesuré. Il découvrit également le but de ce processus – susciter le questionnement de soi et la décision que s’ils ne révisaient pas leurs valeurs, en donnant la priorité à l’unité par-dessus tout, la menace de destruction deviendrait leur douloureuse réalité.

C’est à ce moment-là qu’Abraham développa une méthode pour s’unir au-dessus de l’ego croissant, méthode qu’on appela plus tard la sagesse de la Kabbale. Il a formé des groupes qui ont appliqué la méthode, et ils sont devenus connus sous le nom de « Juifs » (le mot hébreu pour « Juif »[Yehudi] vient du mot pour « unis »[yihudi] Yaarot Devach, Part 2, Drouch n° 2).

En d’autres termes, le peuple juif était constitué de Babyloniens, des gens de tous les horizons, à la pointe de leur époque, qui avaient la sensation intérieure que quelque chose n’allait pas bien dans le développement de leur société. Ainsi, plutôt que d’accepter le statu quo, ils ont travaillé à leur unité.

En conséquence, ils ont découvert la source d’énergie la plus efficace et la plus puissante de la nature – une force de connexion illimitée qui lie toutes les parties de la réalité – qui les a unis au-dessus de leur ego conflictuels et les a sauvés de la ruine.

Puisque les Juifs l’ont déjà fait, on s’attend à ce qu’ils recommencent. Jusqu’ à ce qu’ils le fassent… l’antisémitisme.

L’accent mis aujourd’hui sur le progrès technologique peut être comparé à la croyance des Babyloniens selon laquelle la construction d’une tour jusqu’au ciel leur accorderait un contact divin. Cependant, si l’ego humain continue à ne pas être soigné dans ce processus, alors cette construction est vouée à la destruction.

Nous l’avons vécu au temps d’Abraham. Nous en avons vu un exemple atroce dans les temps modernes avec la bombe atomique. Et maintenant, avec l’aide des avertissements des chercheurs de l’IA, nous pouvons anticiper la menace des armes alimentées par l’IA sous le même angle.

Le pouvoir inventif de certains des Babyloniens qu’Abraham parvint à réorienter vers l’unification sociale, et qui devint leur salut, demeure dans le peuple juif d’aujourd’hui. Plus le peuple juif met son pouvoir d’invention et de connexion dans le progrès technologique plutôt que dans le progrès humain, plus les problèmes et les risques se multiplient.

Par la suite, il y aura un sentiment subconscient qui se généralisera parmi les peuples du monde entier que les Juifs sont la cause de leurs problèmes et, par conséquent, les crimes et les menaces antisémites continueront d’augmenter.

Puisque le peuple juif a accès à la méthode de la connexion humaine, qui peut révéler la source d’énergie connective de la nature et l’utiliser pour s’unir au-dessus des divisions de la société, il y a une attente tacite à ce que les Juifs donnent la priorité absolue à la connexion humaine.

En conséquence, malgré l’immense innovation technologique, scientifique, médicale et culturelle que le peuple juif apporte au monde, c’est comme si le monde ignorait de telles réalisations, et attendait plutôt que les juifs apportent au monde ce qui nous a faits juifs en premier lieu : l’unité.

Tandis qu’Abraham invitait les Babyloniens à se connecter au-dessus de leur ego pour les sauver de la destruction et assurer l’utilisation positive de toutes constructions futures qu’ils feraient, c’est ainsi aujourd’hui : la méthode de la Kabbale nous attend pour nous connecter au-dessus de notre égoïsme culminant, offrant de nous sauver des menaces potentielles de destruction qui deviennent une réalité très proche.

Par conséquent, j’espère que nous tiendrons compte des avertissements des chercheurs en intelligence artificielle, que nous commencerons à mettre l’accent sur l’unification sociale en tant que notre responsabilité première envers nous-mêmes et envers le monde, et que nous utiliserons la méthode à portée de main pour vérifier que les développements technologiques futurs n’émergeront que pour renforcer nos liens sociaux.

J’invite chaleureusement toute personne intéressée par cette méthode à l’approfondir avec un cours d’introduction.