A Naomi

Avi Nesher est un réalisateur israélien expérimenté et talentueux, dont la production – qui s’étend sur près de quatre décennies – est riche et originale. Parmi ses précédents films, citons, entre autres, Plaot (The Wonders), Hasodot (Secrets) avec Fanny Ardant, ou encore Pam hai’ti (The Matchmaker) dans lequel il a offert un de ses plus beaux rôles à Adir Miller.

Sipour Aher (Other Story), son dernier film, est sans doute un de ses meilleurs films, ou du moins un des plus achevés. L’histoire est celle d’un jeune couple de “hozrim bitchouva” (juifs revenus à la pratique religieuse) qui s’apprêtent à se marier. La mère de la fiancée (Maya Dagan) entend cependant tout faire pour que ce mariage n’ait pas lieu. Cette histoire simple en apparence permet à Nesher d’aborder le thème très chargé du conflit entre juifs religieux et laïcs, de manière originale et fine, sous un angle psychologique.

Son film, plein de rebondissements et d’humour, est admirablement servi par une pléiade de très bons acteurs, et notamment Sasson Gabaï, Maya Dagan, Youval Segal et Joy Rieger, tous excellents. Citons aussi le chanteur Nathan Goshen, dans le rôle du fiancé, qui fait ses débuts au cinéma. (Avi Nesher, outre ses talents de réalisateur, est aussi un excellent directeur – et découvreur – d’acteurs).

Personnellement, j’ai apprécié particulièrement l’interprétation de la jeune Joy Rieger, âgée de 24 seulement, plusieurs fois récompensée, qu’on a déjà pu voir dans Past life d’Avi Nesher et dans le beau film Vierges de Keren ben Refael. Un des thèmes abordés par Avi Nesher dans Sipour Aher est celui des relations parents-enfants et de la difficulté de communiquer avec ses enfants. Un très grand film.

Découvrez mon nouveau blog consacré au cinéma israélien:

http://cinema-israelien.over-blog.com/