Lors de ces 2000 dernières années, les relations entre juifs et chrétiens ont souvent été très tendues. Dans beaucoup de cas, cette tension donna lieu à l’ostracisme, aux conversions forcées, aux expulsions et même à de nombreuses morts. Les deux groupes sont devenus très doués pour détailler ce qui les divise et s’attarder sur leurs différences. Au fil des années, ils réussirent à se montrer du doigt et à rejeter la faute l’un sur l’autre avec un “talent” presque théâtral.

Pour être parfaitement honnête, je me trouve régulièrement en première ligne dans cette lutte constante pour défendre Israël et le peuple juif. Et je peux avoir moi aussi tendance à montrer du doigt. Ne vous méprenez pas, je suis toujours convaincu qu’il y a beaucoup à apprendre sur l’antisémitisme chrétien à travers les âges, ainsi que sur l’antisémitisme contemporain, si nous voulons vaincre cette bête. Mais je souhaite surtout que nous puissions mettre l’accent sur ce qui unit les évangéliques et les juifs plutôt que sur ce qui nous divise.

Le 1er avril dernier (et ce n’est pas une blague) se tint un débat entre le rabbin Shlomo Riskin (recteur de la synagogue Ohr Torah) et Joel C. Rosenberg, (auteur à succès du New York Times) dans une synagogue juive orthodoxe de New York. Le thème de la soirée était « Sommes-nous toujours seuls? » et était basé sur le nouveau roman de Rosenberg “Les évadés d’Auschwitz.”

Je m’aligne avec Rosenberg, lui qui après avoir visité Auschwitz en 2011 et avoir lu un livre sur les quelques prisonniers ayant pu s’échapper du camp de la mort, a décidé d’écrire un livre sur ceux qui aidèrent les Juifs pendant la Shoah. Ce processus l’a conduit à découvrir l’incroyable histoire du petit village français du Chambon-sur-Lignon, et comment tous les villageois sauvèrent de nombreux juifs du carnage nazi. Ils ont risqué leur vie et beaucoup l’ont même perdue. Ils ont également été faits prisonniers dans les camps avec des personnes juives. Mais pour les villageois, sauver les Juifs était « la chose la plus naturelle à faire », comme cette femme âgée l’affirma dans le livre de Philip Hallié sur le Chambon intitulé « Afin que le sang innocent ne coule pas! »

Je n’ai pas encore lu “Les évadés d’Auschwitz”, mais je peux quand même vous dire que nous pouvons en apprendre beaucoup à la suite du dialogue qui vient d’avoir lieu à New York. Etant sur le coup d’accord avec Joel Rosenberg théologiquement parlant, je suis aussi très conscient qu’en tant que Juif, je suis aujourd’hui une cible constante pour de nombreuses personnes au niveau planétaire. Bien que certaines de ces personnes n’aient jamais rencontré un Juif de leur vie…

La crainte exprimée par Rosenberg et le rabbin Riskin est qu’une deuxième Shoah puisse avoir lieu aujourd’hui, surtout à cause de l’Iran sur le point de terminer la construction d’une bombe nucléaire. C’est une crainte fondée puisque l’Iran souhaite l’éradication d’Israël plus que tout. Même si l’actuel président Rouhani adouci ses propos sur Israël quand il s’adresse à l’Occident, son but est la destruction totale de l’état juif. Au moins, Ahmadinejad était très clair et direct quant à son désir de détruire Israël. Alors la question demeure : restera-t’il des chrétiens qui soutiendront Israël au moment critique ?

Rosenberg souleva un point important avec sa définition de qui est un chrétien évangélique, sur la base de ce que la Bible nous enseigne. Il serait très facile de succomber à une sorte de médisance envers tous les chrétiens qui n’ont pas aidé les Juifs. Je peux même le justifier en citant des passages comme le Psaume 83.

Si la définition d’un chrétien est définie par un engagement à suivre l’enseignement de Yéchoua sur la base de la Bible, alors les limites sont bien définies. Bien qu’imparfaits, les chrétiens sont pardonnés. Les chrétiens peuvent faire des erreurs et de mauvais jugements. Pourtant, dans le Lévitique 19:18, nous lisons: « Tu ne te vengeras pas et tu ne garderas pas de rancune contre les membres de ton peuple. Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Je suis l’Eternel.».

Ceci est ensuite répété par Yéchoua dans Matthieu 5:43-44 où il va plus loin: «Vous avez appris qu’il a été dit: ‘Tu aimeras ton prochain et tu détesteras ton ennemi.’ Mais moi je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous détestent et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent.”

Les chrétiens ont-ils ratés le coche au cours des siècles ? Oui ! Est-ce que certains chrétiens donnent une mauvaise réputation à l’ensemble de la communauté chrétienne ? Oui ! Faut-il alors généraliser ? NON !

D’une part, Rosenberg a affirmé que même si certains chrétiens ont fait des erreurs à propos des juifs jusqu’à, dans certains cas, causer leur mort, cela ne veut pas nécessairement dire qu’ils ne sont pas des disciples de Yéchoua. Malgré ces moments sombres de l’histoire et les dégats causés, je suis d’accord avec lui.

D’autre part, je suis également d’accord avec Rosenberg qui dit que si quelqu’un est caractérisé par une haine chronique conduisant à un désir de détruire les Juifs ou tout autre être humain, cette personne ne peut pas se considérer comme chrétienne.

Un des aspects les plus importants du vrai christianisme, c’est la capacité à aimer inconditionnellement. Les chrétiens qui aiment les Juifs, et il en existe encore, doivent les aimer indépendamment de leur capacité ou de leur volonté d’embrasser Yéchoua et son enseignement. L’amour chrétien ne peut être exprimé autrement. Point final!

Rabbi Riskin n’a évidemment pas partagé la conviction de Rosenberg envers Yéchoua de Nazareth en tant que Messie, mais il a reconnu l’obligation commune des juifs et des chrétiens bibliques. Les disciples de l’unique vrai Dieu doivent être conduits non seulement par leurs convictions, mais aussi par un souci constant pour la dignité humaine et la justice.

Rabbi Riskin et Joel Rosenberg voient la nécessité pour les juifs sionistes et les chrétiens sionistes (une espèce en voie de disparition) de s’unir, et je me joins à eux dans leur honorable effort. Les chrétiens ont échoué le test de l’amour inconditionnel dans les années 1930 et 40. Le jour viendra peut-être quand il y aura un nouveau test. Vont-ils échouer à nouveau ? Je prie pour qu’il en soit autrement.

Les chrétiens et les juifs sont UNIS par les Écritures juives !

Les chrétiens et Juifs doivent être UNIS par leur amour pour Israël !

Les chrétiens et Juifs peuvent être UNIS par Yéchoua, le Messie d’Israël et des Nations !