Abraham Lincoln disait: «Il y a une place spéciale en enfer pour celui qui ne prend pas position lors d’une crise morale »

Du 16 au 17 novembre prochain, la France recevra en visite d’État le président Hassan Rohani.

La visite d’État est la plus haute forme de contact diplomatique entre deux pays. Elle est marquée généralement par des cérémonies.

Or, cette visite d’État commence par un couac lié à une épineuse histoire de protocole: Hassan Rohani refuse de participer à un repas officiel, au cours duquel serait proposée une sélection de vins français, comme le veut l’usage, alors que la consommation d’alcool est prohibée par l’islam ! Quid de la laïcité à la française!

Cette controverse n’est pas sans rappeler celle qui avait déjà entouré la visite d’un de ses prédécesseurs, Mohammad Khatami, le premier président de la République islamique à se rendre en France. Initialement programmée en avril 1999, celle-ci avait été reportée car l’Iran exigeait la suppression de boissons alcoolisées lors des réceptions officielles. Elle avait finalement eu lieu le 27 octobre 1999 : le président Chirac avait alors reçu son hôte à l’Élysée, non pas autour d’un repas, mais d’un simple goûter…

Ainsi les présidents passent mais leur insolence demeure…

Ce n’est pas ainsi, ni au travers de ses premières déclarations sulfureuses sur Israël, que le Grand Ayatollah, président de ladite « République » islamique, va nous convaincre de ses dispositions d’ouverture ni du fait que le régime s’est démocratisé.

Cette affaire n’est pas sans rappeler la réception ubuesque de Muammar Khadafi qui a exigé la présence de tentes et chameaux dans la Cour de l’Élysée, défiant ainsi toute décence diplomatique, sans que cela ne gêne le moins du monde ni l’Élysée, ni le Quai d’Orsay !

Or, serait-ce un présage pour notre présent hôte, cette visite s’était soldée par une opération militaire ayant abouti à la mort du « tyran » tant adulé quelques mois auparavant !

Cependant, ce qui nous révulse le plus dans cette visite du président d’un régime théocratique et totalitaire, ce n’est pas seulement le fait que ce régime terrorise les pays voisins de l’Iran ou que ce pays soit un « fauteur de trouble à l’ordre public international », non, ce qui nous révulse le plus c’est que l’on ose inviter un président dont le régime est négationniste, antisémite, homophobe et misogyne sans que cela ne gêne le moins du monde ni l’Élysée, ni Matignon et ni le Quai d’Orsay!!!!

Cela met en lumière la Real Politique dans tout son effroi !!!!

Face à tout cela, on se doit de s’interroger: notre éthique républicaine est-elle si fragile qu’elle serait achetable par quelques Airbus et quelques Rafales, si tant est que ces promesses d’achat se réaliseront un jour quand on sait comment l’Iran a l’habitude de tenir ses promesses.

On a également le devoir de s’interroger: comment peut-on inviter le président d’un État qui accorde si peu de valeur aux devoirs que nous imposent la République et qui méprise tous les fondements de notre démocratie ? Et qui plus est, lorsque le pays qu’il préside génère tant de troubles dans toute la région limitrophe.

Comment peut-on agir ainsi alors qu’on égrène à longueur de journée l’esprit du 11 janvier évaporé aussi vite qu’il est apparu ?

Oui, c’est cela qui est inquiétant et qui affaiblit notre démocratie. En effet, comment justifier tant de rigidité morale face à la Russie ou face à Israël (comme on l’a vu après l’ignoble mesure de l’étiquetage des produits israéliens) alors que l’on est si laxistes face aux comportements tyranniques de l’Iran ?

Comment accepter de recevoir un chef d’état qui est le représentant d’un pouvoir qui se déclare ouvertement négationniste et annonce publiquement son désir de voir disparaître Israël, en qualifiant ce pays «d’Etat illégitime» sans que cela ne soit perçu comme une insulte envers le peuple Juif dans son ensemble et les Juifs de France en particulier ?

Cette déclaration, faite à une chaine publique (France 2) et quelques jours avant de mettre le pied sur le sol français, est non seulement une insulte aux juifs de France mais également une insulte et un défi au président de la République et au gouvernement de la France !

Comment les juifs de France pourraient-ils comprendre la différence de traitement et de réaction de la part de notre pays: fermeté absolue face aux menaces russes sur l’Ukraine et silence assourdissant après les menaces, assumées, de l’Iran sur Israël ?

La visite d’un négationniste, antisémite, homophobe et misogyne notoire était déjà une souillure pour notre République mais un silence de la France après les dernières déclarations du président Rohani, serait une véritable honte nationale sauf si….

Le Président de la République français prenait l’initiative de laver cette honte en exigeant de son hôte que:

  1. L’Iran respecte les droits de l’Homme et mette fin à la répression des minorités, des femmes et des homosexuels
  2. L’Iran mette fin à son soutien aux organisations terroristes notamment sur les territoires de ses voisins
  3. L’Iran renonce définitivement à ses ambitions militaires nucléaires
  4. L’Iran cesse ses menaces et ses appels à la destruction d’Israël comme l’a encore fait, mercredi soir, Hassane Rohani
  5. L’Iran s’engage à renoncer à toute propagande négationniste, antisémite, homophobe et misogyne

Voilà, Monsieur le président de la République, ce que nous attendons d’un président digne, garant du droit des minorités et des valeurs républicaines.

Monsieur le président de la République, il vous incombe aujourd’hui d’assumer la lourde responsabilité de recadrer la visite de votre hôte afin que celui-ci respecte tant nos valeurs républicaines que les français de toutes religions !

La Nation est à votre écoute et attend de vous une prise de position claire et courageuse !