Le reportage d’Yvan Martinet et son équipe dans l’émission « Envoyé spécial » diffusé le 11 octobre 2018 sur France 2 est sans doute révoltant et partial et s’inscrit dans une longue série d’articles et de reportages que la presse internationale, les sites internet et les réseaux sociaux diffusent systématiquement sur la bande de Gaza.

Depuis la fameuse affaire al-Doura et la prise du pouvoir du Hamas, rien n’a changé fondamentalement sur le terrain et les journalistes étrangers tombent à chaque fois dans le piège que leur tend le Hamas.

Ce reportage a donc préféré suivre le sillage d’une certaine presse française qui préfère écrire de longs articles sentimentaux et diffuser des reportages sur la détresse des enfants palestiniens plutôt que sur les gamins israéliens vivant quotidiennement dans la terreur.

Le comble, pour le lancement du reportage, la chaîne avait diffusé une courte vidéo, extraite de l’enquête de ce Grand reporter, expliquant ainsi la situation : « Sur la bande de Gaza, au cœur du chaos, un glacier ambulant vient vendre ses sorbets aux jeunes lanceurs de pierres. Chaque vendredi, les enfants sont nombreux dans ces “marches du retour” qui se terminent dans le sang. Nombreux aussi sont les jeunes qui y laissent une jambe. Quel avenir pour ces jeunes amputés dans un territoire où tout manque, où les prothèses restent rudimentaires ? 

C’est ainsi qu’un journaliste étranger nous explique la situation dans la bande de Gaza sans nous parler des causes et des vérités politiques sur le blocus et que veut dire concrètement la soi-disant « Marche du retour »…

Bien entendu, les préjugés politiques de chaque correspondant jouent un rôle considérable et prévalent souvent sur les prorogatifs du métier, mais ce qui est fort inquiétant et grave c’est que le narratif palestinien et leur version des faits dominent dans tous les reportages.

Rappelons que France 2 est une chaîne publique et dans ce dernier reportage, le journaliste accentue, sans scrupule, les images choc, le sensationnel, provoquant ainsi de fortes émotions, et même un certain effroi qui ne peuvent nous laisser indifférents.

Il filme des invalides sans distinction, et diffuse des images poignantes et choquantes en apportant soi-disant la preuve que l’armée israélienne tirait de manière délibérée, y compris sur des enfants qui ne constituaient aucune menace pour leur vie. A-t-il vraiment vérifié si tous ces jeunes amputés d’une jambe ont réellement été visés par des snipers de Tsahal ? Ignore-t-il la manipulation et la propagande du Hamas ? Pourquoi tous ces médias se basent-ils automatiquement sur des données et des chiffres du Ministère de la santé palestinienne ? Ne savent-ils pas que le Hamas compte dans le même bilan des victimes des accidents de la route et les bébés et enfants morts de maladie dans les hôpitaux ?

Toutes les guerres sont sales et affreuses et les drames personnels et familiaux sont terribles dans chaque société en conflit armé permanent. En Israël, les invalides de guerre et les amputés des jambes sont sans doute plus nombreux qu’à Gaza. Mais là n’est pas la question. Il est de notre devoir de nous poser des questions fondamentales sur le métier de journaliste dans un conflit.

Il est facile de sensibiliser l’opinion publique et de focaliser les images sur la bicyclette d’un « champion de cyclisme de route ». On fabrique donc une émission avec une bicyclette orpheline pour pouvoir ébranler et choquer les téléspectateurs sur un sport familier et cher aux français. C’est si transparent quand on observe aussi et soudain un marchand de glace sur les lieux. Puis, on évoque avec tristesse et mélancolie le coût faramineux d’une prothèse ?

Une question très simple n’a pas été posée par le journaliste : qui envoie donc ces enfants se faire tuer ?

Ce reportage à l’eau de rose manque de crédibilité et pourrait être diffusé dans le cadre de la propagande du Hamas. On peut s’étonner d’ailleurs que la rédaction ait permis sa diffusion, car la majorité des enquêtes des émissions d’« Envoyé spécial » à travers le monde sont depuis de longues années à ce jour beaucoup plus sérieuses et plus crédibles que celle-ci.

C’est bien triste, ce journaliste et toute son équipe n’ont donc pas fait leur devoir et n’ont pas mené une véritable enquête comme il se doit. N’a-t-il pas eu l’idée d’interroger ces enfants : Pourquoi sont-ils ici présents sur le champ de bataille et non pas à l’école ?

N’a-t-il vraiment pas compris qu’il s’agit bien de boucliers humains ? N’a-t-il pas vu de ses propres yeux le sabotage systématique des ponts de passage de marchandises et d’essence ? N’a-t-il pas vu des cerfs-volants bourrés d’explosifs brûler des champs d’agriculteurs israéliens, détruisant toute plantation ?

Pis encore, il ne dénonce pas ces enfants qui partent avec de grands ciseaux et tenailles pour couper des fils de barbelés à la frontière, au risque de leur vie. On a l’impression qu’il les encourage. Aucune critique sur ces enfants qui partent vers leur mort bafouant ainsi les traités de l’UNICEF et les lois internationales.

Pour « équilibrer » son reportage, le correspondant de France 2 interroge un Lieutenant-colonel de Tsahal qui répond à certaines questions. La caméra montrera un officier en uniforme, fort et grand de taille avec de très grosses lunettes de soleil. Ainsi prise, cette image pourrait donc effrayer les téléspectateurs et prouver que les officiers et soldats de Tsahal n’ont aucun sentiment envers les enfants palestiniens. Puis, pour démonter et démentir la thèse officielle de Tsahal, ce journaliste va voir à son bureau un ancien soldat israélien dont l’opinion sur Tsahal et l’agenda politique sont bien connus puisqu’il milite très activement au sein de l’ONG « Briser le silence ». Le jeu politique est si transparent et la mauvaise foi est si forte.

En général, les dépêches alarmantes que diffusent les médias français sur la mort de « bébés » et de « femmes enceintes », reprises automatiquement et sans vérification par les agences de presse et surtout par l’AFP, démontrent un comportement cynique et macabre pour pouvoir jouer sur les sentiments des décideurs et des ONG. Aucune image ne diffuse le côté israélien.

Plus grave encore, quand des civils ou soldats israéliens sont tués en Cisjordanie par des attentats ou par des jets de pierres, la presse ne souffle mot car le combat des Palestiniens est d’avance légitime contre l’occupant israélien. Mais quand une palestinienne est tuée sur la route, la nouvelle fait la une, et les accusations sont dirigées contre des habitants juifs sans que l’enquête le prouve définitivement. Certes, il existe des extrémistes partout mais chez nous, nous ne comptons plus les voitures ciblées chaque jour par des jets de pierres ou rochers jetés sur les routes.

Et maintenant, sur les réactions officielles et passionnelles…

En principe, on ne devrait pas condamner une émission avant de la voir jusqu’au bout. La précipitation des leaders communautaires et surtout de l’ambassadrice d’Israël pour interdire la diffusion de ce reportage n’a pas pris en considération tous les aspects journalistiques comme l’impact sur l’opinion publique française.

Il existe une règle, on ne peut intervenir dans le choix des rédactions, elles sont et devraient être indépendantes contre toutes les pressions, intérieures et extérieures. Nous pouvons bien entendu réagir, demander des explications, un droit de réponse, une interview et un autre reportage pour équilibrer, manifester sa colère, mais intervenir avant diffusion par une lettre écrite à la direction est sans doute contre-productif.

Dans ce genre de réactions, nous devrions garder la tête froide car cela se produira encore sur le petit écran français. Il serait plus sage de le faire discrètement en ayant de bons contacts avec la rédaction et non avec les directeurs et les présidents de la chaîne. Evoquer toujours les valeurs éthiques et professionnelles du métier du journaliste en apportant des preuves tangibles. Cette intervention a donné à ce reportage une publicité qu’il ne mérite pas, une dimension internationale, et une deuxième victoire au Hamas sur un plateau d’argent. Elle a considérablement augmenté le nombre des téléspectateurs sur les sites et réseaux sociaux et surtout les réactions haineuses, antisémites et antisionistes.

Enfin, dans les réactions parfois hystériques de certains, personne ne s’est posé la question mais à quoi sert une chaîne franco-israélienne indépendante comme I24NEWS sinon à rapporter toute la vérité sur le conflit et montrer le vrai visage d’Israël ? N’est-elle pas en principe la bonne réponse à France 2 et aux médias français ? Ne va-t-elle pas si loin comme l’indique sa pub ?

Eh bien, malheureusement non. Cette chaîne hybride n’est toujours pas à la hauteur de nos espoirs et n’est pas hélas considérée à sa juste valeur par les décideurs de l’opinion publique et politique. Dans la langue de Molière, elle demeure sectorielle et parfois communautaire et ses vedettes françaises « écrasent » par leur présence dominante les animateurs et les commentateurs israéliens.

La tendance politique est surtout à gauche et s’accorde plutôt avec celle d’une certaine presse israélienne. Dans certains milieux on la considère comme un instrument de propagande israélienne bien que ce ne soit pas le cas. Il faut reconnaître que les sujets économiques et culturels sont traités correctement, mais le traitement de l’information et de l’actualité manque d’originalité et de persévérance. D’autant plus que le site internet reprend en général des dépêches de l’AFP… Aucune analyse profonde sur tel ou tel événement en préférant traduire un commentaire paru sur le site Ynet du Yediot Aharonot ou reprendre des informations du journal Haaretz.

Plusieurs années se sont écoulées depuis son lancement en juillet 2013, et cette chaîne n’a pas réussi à ce jour à se différencier des autres médias. Elle n’a pas de caractère spécifique et manque parfois de professionnalisme.

Au départ, ce projet était fantastique et sa réalisation très ambitieuse. Le défi était trop grandiose pour une télévision privée qui diffuse en trois langues. Les prétentions et la flatterie ont prévalu sur la réalité du quotidien.

Cependant tout est encore possible si I24 NEWS souhaite devenir une véritable chaîne d’information influente et non propagandiste, capable d’affronter les mensonges de nos détracteurs, et rivaliser avec al Jazeera ou France 24. Avant tout, elle devrait choisir une ligne rédactionnelle claire et limpide, rapporter des informations exclusives et des scoops et former ici de bons journalistes. Et surtout choisir : est-elle une chaîne israélienne ou française ? Quel est son vrai but ?

D’ici là, pour voir et entendre chaque soir sur son plateau des journalistes parisiens de BFM ou d’ailleurs, ayant en général les mêmes idées et les mêmes points de vue, il serait préférable et plus facile de zapper et de voir directement l’originale… n’est-ce pas ?

Cet article est un extrait d’une analyse sur le rôle du journaliste dans un conflit publié le 15 octobre 2018 sur le site http://jcpa-lecape.org/