Monsieur de Villepin, merci. Merci d’avoir eu le courage d’avoir écrit votre indignation, car oui je pense que vous êtes un digne successeur de feu Stéphane Hessel. Merci de cette virulente tribune car elle m’a aussi donné la force d’écrire, moi qui n’en avais pas encore eu le courage jusqu’à présent.

Une des principales motivations à cette saillie semble avoir été le désir de rétablir la vérité. Dans cette démarche d’absolu, je suis certain que vous accepterez que je participe à l’élaboration de cette vérité. Cette vérité que vous considérez bafouée par un gouvernement Français qui se soumet « à la voix du plus fort », par « mauvaise conscience » dites vous ou par « intérêt mal compris ».

De quelle « mauvaise conscience » parlez vous ? De quoi la France devrait se sentir honteuse vis-à-vis du peuple d’Israël ? Monsieur de Villepin, vous avez pris la plume pour « lever le voile des demi-vérités », ayez le courage d’assumer votre raisonnement jusqu’au bout car à laisser des demi-arguments vous ne me laissez présager que le pire. Je ne doute pas que votre expérience dans les coulisses de la géopolitique et des Affaires Etrangères vous a aguerri, mais de là à affirmer mieux comprendre les « intérêts » des uns et des autres, j’en suis perplexe.

Quel intérêt le gouvernement de François Hollande n’a t il pas compris et qui l’aurait poussé à se ranger, à tort, du côté du plus fort ? Doutez vous de la volonté d’Israël à vouloir vivre en paix ? Voyez-vous autre chose qu’une recherche de la tranquillité dans toutes ces opérations ? Vous ne comprenez pas comment le gouvernement a pu dans un premier temps apporter son soutien à la politique sécuritaire d’Israël ?

Un élément de réponse peut être le suivant : peut-être que la représentation que vous faites de ce conflit n’est pas la bonne, peut être qu’il ne s’agit pas d’opposer le plus « fort » au plus « faible », mais du plus « juste » au plus « injuste ». Que cette action est simplement légitime. Ce qui m’amène à présent à discuter de votre première vérité.

Avec beaucoup de force, vous affirmez que la guerre à laquelle se livre Israël est illégale au regard du droit international car elle consiste en une « occupation » et un « massacre ». Les termes sont malheureux car le conflit actuel qui oppose le Hamas à Israël n’est pas tellement sur des enjeux d’occupation de la bande de Gaza qui comme chacun le sait à été évacuée en 2005. Le terme de massacre peut se justifier par deux éléments : la mort d’un grand nombre de personnes (plus de 1000 morts, c’est évidemment 1000 morts de trop, mais pour une guerre, cela est relativement faible. C’est par exemple ce que la France a occasionné lors de son intervention au Mali, sans faire « lever » beaucoup de voix).

Le deuxième élément pouvant justifier l’emploi du mot « massacre » serait la cruauté utilisée. Faut-il rappeler que Tsahal envoi des tracts, des coups de fils, des sms, des tirs de semonce et annule des frappes au dernier moment pour éviter la mort de civils ? Contrairement à ce qui est dit, l’armée de défense d’Israël ne déverse pas une pluie de bombe sur toute la bande de Gaza, les frappes obéissent à une règle qui me paraît assez simple: tous les sites abritant armes ou terroristes ou servant à lancer des missiles sur le territoire israélien est une cible.

Que cette opération n’ait pas reçu l’aval des Nations Unies est un fait. Et de ce fait, vous pouvez remettre en cause sa légalité. Mais sa légitimé est hors de portée. Avant cette opération israélienne, le Hamas de la bande de Gaza a envoyé en quelques jours des centaines de missiles sur le territoire israélien. Cela constitue de manière non équivoque un casus belli. Le fait que le gouvernement israélien ait accepté de manière quasi-immédiate la proposition de cessez-le-feu égyptienne (qui était appuyé par l’ensemble de la communauté internationale) a montré une nouvelle fois que ce n’est pas Israël qui « se condamne elle-même » à quoi que ce soit, mais Israël qui subit cette situation.

Si j’ai bien compris votre deuxième vérité, faire porter la responsabilité du Hamas à une partie ou l’intégralité du peuple de Gaza est une erreur. Je voudrais tout d’abord saluer haut et fort votre position reconnaissant de manière implicite que le Hamas porte la responsabilité de l’action israélienne. Cela étant dit, comme vous l’indiquez vous même, le Hamas a été élu en 2007 par le peuple de Gaza. La question philosophique peut se poser : le peuple a-t-il à supporter les erreurs que son gouvernement fait ? Sans avoir à répondre à cette question, le fait que Tsahal essaye d’épargner les civils par tous les moyens, y compris au détriment de ses propres soldats, rend cette vérité non pertinente au conflit actuel.

La troisième vérité que vous avancez doit aussi être corrigée. Accuser Tsahal de « terreur organisée et méthodique » est une accusation sans fondement. Il existe, malheureusement comme dans toute armée, des abus et de graves fautes que certains peuvent commettre. Mais la justice israélienne est assez forte pour le reconnaître et punir les responsables. C’est bien sûr votre droit de faire porter la charge de la haine que voue une grande partie de la population palestinienne au peuple israélien, mais cela est irréel.

Je vous conseillerai plutôt de voir des programmes pour enfants diffusés à Gaza ou de lire un manuel scolaire pour rééquilibrer votre position. Laisser sous entendre que cette armée est inhumaine alors qu’elle ouvre ses frontières, s’expose, et crée des hôpitaux de campagne pour soigner la population civile, qu’elle soit gazaouite ou syrienne, est un déni de réalité.

Accuser Israël d’être responsable de l’absence de partenaires de négociation sérieux et de la montée des extrémistes terroristes traduit au mieux une méconnaissance des enjeux du Proche-Orient, au pire un aveuglement volontaire. Ne vous remémorez-vous pas d’un Yasser Arafat qui, détournant des millions de dollars d’aide humanitaire, avait tout à perdre à une paix durable ? Peut-être n’êtes-vous pas au courant des ambitions d’anéantissement d’Israël de l’Iran et du parti chiite Hezbollah ? Il y aurait beaucoup de responsables à la montée des extrêmes dans les territoires palestiniens…

Monsieur de Villepin, je vous soutiens dans votre démarche de recherche de Paix et je vous remercie de proposer des solutions à ce conflit qui n’a que trop duré. Malheureusement, un certain biais apparaît une nouvelle fois dans ces dernières.
Vous voulez « réveiller la société israélienne » avec des sanctions pour ne pas qu’elle sombre dans la « folie ». Dommage que vous n’ayez pas eu ce reflexe pour Gaza en 2007.
Dommage que vous souhaitiez poursuivre Israël pour des crimes de guerres supposés alors que le Hamas en commet tous les jours de bien réels en se protégeant derrières des civils ou des institutions internationales.

Il est dommage que vous ne voyiez pas l’immédiateté du danger que représente un missile sur une maison, ou une sortie de tunnel dans un jardin d’enfant lorsque les commanditaires de ces derniers ont pour ambition de détruire tout le peuple d’Israël. Car cela vous ferait comprendre que le but d’Israël n’est rien d’autre que de protéger sa population et que cette guerre non-voulue par Israël n’a que cela pour seul objectif.