Depuis de nombreuses années la France est la cible des terroristes – que ce soient les algériens du GIA ou plus récemment Al Qaida ou Daech – et à chaque fois la réponse des politiques est avant tout sécuritaire. Si une telle réponse est adéquate dans le cas d’un terrorisme provenant de l’extérieur est-elle adaptée à une menace provoquée par les propres enfants de la République ?

N’est-elle pas la conséquence de cette Europe pacifiée et rationnelle mais au combien morne et sans rêves, ni perspectives ? Incapable de choisir la voie du Fédéralisme seule capable de redonner au vieux continent un avenir.

Il n’y a pas d’Europe patriote comme il n’y a pas de Mondialisation patriote. Le patriotisme reste l’apanage des Nations et les fondateurs de l’Europe luttaient contre ses effets. Ce sentiment n’est porteur ni de profits ni de parts de marché, il est donc délaissé et par l’Europe et par le monde des affaires.

Faire émerger un patriotisme européen parait aussi réaliste que prêcher le pacifisme auprès de Daech. Et pourtant c’est la seule voie qui donnerait une raison d’espérer à nos jeunes.

Dans un très bel essai Olivier Roy résume bien la situation en parlant d’une radicalité qui s’islamisme. Je partage la totalité des idées qu’il développe.

Beaucoup pensent que nous sommes confrontés à une situation radicalement nouvelle. D’ailleurs nous affectionnons particulièrement l’expression « sans précèdent » qu’avait largement employé le précèdent président de la République. Cependant il est faux de dire que cette radicalité est nouvelle.

Le nihilisme, moteur de ces soudards qui ensanglantent le monde, est aussi vieux que l’Homme. Ce serait, par ailleurs, faire un honneur insigne à Daech que de la parer des qualités de l’invention. Ils n’ont rien inventé et en sont bien incapables.

Gorgias dans l’antiquité grecque fut peut-être le premier nihiliste, il faisait de cette idéologie une vertu. Mais le modèle le plus probable qui inspire ces assassins est celui de ces ḥašāšīn tueurs et fumeurs de haschich, mercenaires du Moyen âge stipendiés par des parrains locaux dans un Moyen Orient jamais pacifié.

Plus près de nous, Poutine ferait bien de se souvenir des dégâts causés par ces anti-héros qu’ont dépeints Tourgueniev et Dostoïevski et dont Camus a analysé le rôle en 1951 dans « L’Homme Révolté ».

Danger planétaire dans sa version pervertie que Zola, Franz Kafka, Louis-Ferdinand Céline, Nietzsche, Heidegger, Leo Strauss, Michel Serres, Lacan, Guy Debord, Alain Badiou et bien d’autres encore ont étudié.

Le nihilisme a engendré directement ou indirectement deux Guerres mondiales et la Révolution d’Octobre. Idéologie de Mort, elle est l’origine d’un grand nombre de dictatures et de totalitarismes.

Alors l’Histoire va-t-elle se répéter ? Daech va-t-il provoquer une nouvelle conflagration mondiale ?

Personne de sérieux ne le croit. Cela ne conduit nullement à minimiser les risques d’une insécurité généralisée à laquelle nos démocraties seraient incapables de répondre efficacement.

Dans le passé nos Républiques ont su inventer la Citoyenneté et l’Etat Providence pour lutter contre cette violence. Mais croyant que la Chute du Mur et la Construction Européenne nous en avaient définitivement éloigné, notre Vigilance Républicaine s’est assoupie.

Alors aux Armes chercheurs en politique, en sociologie, en écologie, et vous tous qui préparez notre futur, inventez-nous un avenir, une Utopie qui vaille la peine d’être vécue et qui est la meilleure réponse à ces porteurs de mort.

Et toi Israël, qui a été un temps l’Utopie réalisée et le foyer de l’Espoir, retrouve ta vocation !