Ce mardi 12 septembre, 40 personnes se sont rassemblées face à la Synagogue Buffault en réponse à l’appel lancé sur Facebook “Division, Pas en mon Nom ! – Shema Israel Ehad !”, à l’initiative de Michael Amsellem, ROIer (réseau Schusterman d’innovateurs juifs) et fondateur du groupe de réflexion “Judaïsme et Féminisme”.

Ils étaient présents pour réagir à l’invitation du Grand Rabbin de Jérusalem Shlomo Amar par le Consistoire Israélite de France. Une semaine plus tôt, celui-ci s’attaquait aux Juifs libéraux en les disant “plus négationnistes que les négationnistes”.

Malgré ces propos qui mettent à l’écart une partie du peuple juif, à la synagogue Buffault ce soir-là, le rabbin était invité pour une conférence sur le thème “l’unité et le mois d’Eloul”.

C’est pourquoi des Juifs de tous horizons sont venus exprimer leur volonté d’agir pour l’unité du peuple juif. Ce groupe hétéroclite était composé de membres de l’association Beit Haverim avec la présence de son président Alain Beit, mais aussi d’administrateurs élus du Consistoire dont Evelyne Gougenheim, des membres du MJLF, de la Moishe House Paris, de l’Association des Séfarades et des Marranes, ou encore du collectif “Mouvement Juif Autonome”.

Une assemblée juive dans toute sa diversité, qui brandissait des pancartes “Pour un Nouveau Consistoire, un Consistoire pour Tous” ou “Misogynie, homophobie, haine et mépris : pas dans ma syna”, en chantant “Hinei ma tov” (“qu’il est bon d’être ensemble”) et autres chants.

Selon Michael Amsellem : « Nos différences nous enrichissent, elles ne sont pas faites pour nous diviser… Personne ne peut imposer une façon de faire, de penser, cette emprise est tyrannique, excluante et ne correspond donc pas aux valeurs de nos patriarches. Ouvrons la tente aux quatre vents !”

De gauche à droite : Des militants avec une pancarte "Ve-ahavta" ; Revital Berger Shloman, du MJLF ; Eric Gozlan, à l’origine de la lettre ouverte au Consistoire; Michael Amsellem ; Evelyne Gougenheim, administratrice du Consistoire; Alain Beit, président du Beit Haverim ; Sandra Jerusalmi, résidente Moishe House Paris. (Crédit : David Herzberg-Martiano)

De gauche à droite : Des militants avec une pancarte « Ve-ahavta » ; Revital Berger Shloman, du MJLF ; Eric Gozlan, à l’origine de la lettre ouverte au Consistoire; Michael Amsellem ; Evelyne Gougenheim, administratrice du Consistoire; Alain Beit, président du Beit Haverim ; Sandra Jerusalmi, résidente Moishe House Paris. (Crédit : David Herzberg-Martiano)