« Pessah, c’est prendre un élan pour enjamber, s’élancer bien plus loin de soi et des autres. C’est bien plus qu’un simple passage et, pourtant, le mot désigne le sacrifice-même, celui de l’agneau immolé et partagé de manière encore tribale. Le mot suggère aussi que cet enjambement pourrait être accompagné d’une claudication (pas’han\פסחן).

Entre Jacob qui devient Israël en blessant le nerf sciatique pour toutes les générations futures, la Sortie d’Egypte comporte un petit look « boîteux », comme une difficulté atavique, mentale et spirituelle à marcher à tâtons hésitants dans le temps de l’histoire et des lieux.»

Bernard Abouaf, directeur de la Rédaction sur Radio Shalom, accueille Alexander Winogradsky Frenkel, en charge des fidèles chrétiens orthodoxes de langues hébraïque, slaves au patriarcat de Jérusalem, talmudiste et étudie l’évolution de la société israélienne. Il consacre sa vie au dialogue entre Judaisme et Christianisme.

Son texte complet se trouve ICI