L’ONU va-t-elle une fois de plus se ridiculiser et montrer sa totale inutilité?

Alors que la guerre fait rage au Moyen-Orient, que les chrétiens d’orient sont éliminés et que l’Etat Islamique ne cesse sa progression, une certaine Leila ZERROUGUI, représentante du secrétaire général de l’ONU en charge des questions des conflits armés et des enfants, a recommandé d’inclure l’armée israélienne dans la liste noire des organisations et des pays terroristes.

Osant ainsi mettre Tsahal au même niveau que Daesh, Al Qaïda et Boko Haram, sa demande est appuyée par les palestiniens et les pays qui les soutiennent.

Une fois encore, la pieuvre antisémite antisioniste étend ses tentacules et cherche à mettre la main sur cette organisation internationale que le Général de Gaulle appelait déjà : le Machin.

Comment ose-t-elle comparer l’armée israélienne à ces hordes sauvages qui décapitent et massacrent hommes, femmes et enfants ?

Comment peut-elle comparer Tsahal à ces barbares qui enlèvent, violent et vendent des jeunes filles à peine adolescentes ?

Comment peut-elle comparer les soldats d’Israël à ces milices assassines qui enrôlent des enfants pour en faire des martyrs et les assassins de demain ?

Les images, les massacres et les destructions massives ne lui parlent-elles pas ?

Ne voit-elle pas la prolifération des camps d’entraînement pour adolescents et pour jeunes enfants ?

N’entend-elle pas les prêches appelant au Djihâd ?

Non ! Sa haine viscérale d’Israël et son indifférence face à la souffrance des peuples victimes de Daesh, de Boko Haram ou de Al Qaïda la rendent sourde et aveugle.

Rappelons lui quand même, qu’Israël n’a jamais voulu la guerre et qu’il a été contraint de la faire par ce que son existence même était et est encore contestée.

Répétons lui qu’aucune démocratie ne peut abandonner son peuple sous les tirs incessants de missiles.

Rappelons lui que depuis 1994, Tsahal s’est doté d’un code d’Ethique, véritable carte d’identité des valeurs morales de l’armée israélienne et que ce code est remis à chaque soldat conscrit ou réserviste.

Rappelons lui que la guerre n’est pas un jeu vidéo, qu’on peut y perdre la vie et que malheureusement on peut être contraint de tuer.

Rappelons lui que ceux qui la font ont peur mais n’ont pas le choix !

Rappelons lui que chaque soldat a une famille et aime la Vie !

Rappelons lui aussi ce que déclarent tous les terroristes islamistes : Ils aiment la mort autant que nous aimons la Vie !

Ces paroles diaboliques ne doivent jamais être oubliées et l’ONU se ridiculiserait une fois de plus si elle votait la proposition de cette certaine Leila Zerrougui.