En lisant certains sites juifs et les commentaires sur les réseaux sociaux, on a le sentiment que les véritables responsables des attentats antisémites sont les médias qui par leur couverture « partiale » du conflit israélo-arabe provoquent chez les islamistes le besoin de tuer des juifs…

L’antisémitisme et l’islamisme menacent le monde libre, tuant sans distinction, juifs, chrétiens et musulmans.

Ce qu’écrivent les journalistes n’a rien à voir avec l’antisémitisme, qui existe depuis des millénaires.

Un reportage de TF1 sur Jérusalem, suivant 3 personnages à travers le parcours du tramway a choqué de nombreuses personnes au sein de la communauté juive, le journaliste Patrick Fandio affirmant dans son commentaire que le quartier de Pisgat Zeev, dans la partie de la ville conquise en 1967 par Israël, est un quartier de colonisation.

On peut déplorer le fait que la communauté internationale ne reconnaisse pas l’annexion de cette partie de la ville par Israël et que la réunification de la capitale ne soit pas célébrée par le monde entier, mais c’est un fait et M. Fandio utilise les termes du droit international.

Pointant du doigt en permanence les médias, certains se donnent ainsi une bonne conscience, vu que quoi qu’on fasse, on sera critiqués, alors autant faire n’importe quoi.

On ne doit pas pour autant ne pas avoir un œil critique sur les médias et dénoncer les erreurs parfois gravissimes de certains journalistes mais dénoncer les médias comme responsables de tous les maux me parait puéril.

L’Etat d’Israël a pris des décisions unilatérales comme annexer la partie orientale de Jérusalem,  quitter la bande de Gaza ou encore de ne pas annexer la Cisjordanie, il faut assumer ces choix en sachant que la communauté internationale ne les accepte pas.

Les médias sont montrés du doigt après chaque attentat antisémite comme si les terroristes se décidaient à tuer après avoir lu Le Monde ou regardé un reportage de TF1.

Cet amalgame entre la presse et le terrorisme est dangereux pour la démocratie et pour la liberté d’opinion.

Ceux qui ont tué à Toulouse ou à Bruxelles sont motivés par une haine antisémite et par le lavage de cerveau de l’islamisme.

Désigner la presse comme responsable de ces actes barbares est irresponsable et stupide.