Israël m’étonne et m’étonnera toujours. Les dernières élections en sont un exemple. On parle de start-up performantes, des performances de Tsahal, de luttes performantes contre le terrorisme mais qu’en est-il de l’art Israélien ?.

L’art Israélien existe t-il et dans ce cas est-il performant ? Dans un pays en guerre, peut-on même parler d’art, n’est-ce pas incongru et dé-
placé ?.

Tout d’abord Israël est toujours sous tension au niveau sécuritaire, mais n’est pas toujours en guerre, c’est un premier point important et essentiel pour bien comprendre la suite de mon propos.

Même en cas de conflit ponctuel, souvent limité à une frontière ou à un endroit précis, la vie continue en Israël.

Donc, les Artistes créent, mais pas que les Artistes, des performances existent notamment dans le secteur vinicole, des vins comme l’Adir Winery –Haute-Galilée Adir Winery A Rouge 2011 ou le Barkan Wine Cellars – Jérusalem Barkan Assemblage tzafit Rouge 2010 ont été primés au concours Vinalies Internationales de Paris en 2014, respectivement médaille d’argent et une médaille d’or, on peut citer aussi la double Médaille d’Or décernée au Yarden Heightswine 2012 et au Yarden Merlot Kela Single Vineyard 2011 à l’occasion du concours méditerranéen international des vins et spiritueux Terravino.

Nous voyons que l’art dans toutes ses formes, existe en Israël. En pensant Artistes, ou art, on pense souvent à la peinture, mais l’Art, avec un grand A, se retrouve dans tous les secteurs en fait.

L’art purement israélien a vraiment commencé avec la création de l’état d’Israël.

Les débuts peuvent quand même être rattachés au début du 20e siècle avec l’Académie Bezalel des beaux-arts et de design fortement influencée par le caractère juif religieux.

Heureusement, vers les années 1926 « Les rebelles de Bezalel » qui se dissociaient de la tradition religieuse défendue par l’Ecole Bezalel, représentèrent les nouveaux juifs, hébreux mais pas forcément juifs religieux, et revendiquaient la paternité de l’art d’Israël puisqu’ils habitaient la terre d’Israël, à l’époque la Palestine et en peignaient les paysages. On peut citer Yossef Zaritsky, Reuven Rubin etc… .

Tous ces artistes ont exercé une influence décisive, laïque et toujours d’actualité sur l’art israélien.

Donc l’art Israélien existe, on vient de le voir. L’art israélien excelle sous diverses formes comme le théâtre avec le Kameri (qui étaient à l’époque le seul théâtre du Pays), la danse comme le Ballet national d’Israël, les festivals (Jazz et autres) bref, on ne peut les citer tous, car l’Art existe, rappelons le, dans tous les secteurs.

cohen_times2Photo: Philippe COHEN  (source ARTCURIAL)

C’est dans ce contexte que la société ARTCURIAL vient s’installer en Israël et maintenant on comprend mieux pourquoi. Philippe Cohen a été chargé de représenter cette maison de vente à Tel Aviv.

Israël possède un terreau artistique et des collectionneurs internationaux déjà sur place. Après Bruxelles et Milan en 2012, puis Vienne en septembre 2014,

Artcurial saisit l’opportunité de bénéficier d’une visibilité nouvelle en Israël, grâce à la présence sur place de Philippe Cohen. Philippe est déjà connu en Israël dans le milieu de l’Art. Il travaille depuis des années avec le musée d’Israël. Il est apprécié et aimé.

Nous, Israéliens nous sommes heureux de son installation en Israël (courant Pessah 2015). Artcurial, le numéro un français de la vente aux enchères, nous a fait l’honneur de venir ouvrir ses portes en Israël, nous, artistes Israéliens nous les en remercions beaucoup et nous sommes sûrs que cette grande Maison va contribuer fortement au rayonnement culturel de notre fabuleux et étonnant Pays Israël.

Lorsque Philippe Cohen sera installé nous lui demanderont, s’il le souhaite, de nous donner à chaud son ressenti sur son arrivée chez lui et ses projets avec ARTCURIAL.

En attendant nous les remercions pour l’Art en général et l’Art Israélien en particulier.