La Ligue de Défense Juive vient de donner une interview à Breizh Infos afin de s’expliquer sur son idéologie et sur son travail.

Je souhaite revenir sur quelques éléments de cette interview et j’espère que la LDJ répondra à mes allégations d’une manière civilisée.

Tout d’abord il est intéressant que la LDJ se confie à Breizh-info. Toute personne qui travaille sur l’extrême droite en France connaît ce média qui est catalogué extrême-droite. A ce sujet vous pouvez lire l’article du Monde.

Lisons ensemble cette interview :

La LDJ et le FN

« Des membres de la Ligue de défense juive (LDJ), qui manifestaient également, ont à cette occasion, protégé le député Front national (FN) Gilbert Collard ainsi que Marine Le Pen. »

La LDJ assume : elle a protégé Collard et Le Pen. Le titre même de l’article publié sur le site de la LDJ est : « Si un homme politique défend les Juifs de France et Israël face au mensonge palestinien, il aura notre appui » .

Le CRIF et la LDJ, la LDJ et le Front National

Le CRIF et ses dirigeants ont donc laissé faire. Je rappelle que cette marche, donc son service d’ordre était organisé par le CRIF. Le journal « Le Nouvel Observateur » nous explique certaines ramifications entre le CRIF et la LDJ et entre la LDJ et le FN.

La LDJ se dit protectrice de la communauté juive

« LDJ Paris : La Ligue de Défense juive est un mouvement d’autodéfense avec plusieurs objectifs :

• La protection de la communauté juive et la défense d’Israël le seul état juif, sont nos mots d’ordre. La LDJ assure très souvent la protection d’édifices religieux et d’événements liés au judaïsme ou à Israël. »

Donc si je comprends bien le rôle de la LDJ est d’abord la protection de la communauté juive. Sur ce point je souhaite comprendre quel est le rôle du SPCJ (Service de Protection de la Communauté Juive) et si les Instances communautaires juives font appel à la LDJ pour la protection des édifices religieux ou des manifestations communautaires.

La LDJ se dit protectrice de l’Etat d’Israël

Le second rôle de la LDJ serait la défense d’Israël.

Je ne savais pas que la LDJ était membre des forces de défense d’Israël et je ne pense pas que Tsahal souhaite voir la LDJ en son sein mais nous expliquerons les raisons plus loin.

La LDJ est accusée de faits de violence aux USA

« LDJ Paris : Si la Ligue de défense juive a certes été interdite pour des faits de violences aux États-Unis »

La LDJ n’a pas été interdite pour des faits de violence aux Etats Unis comme il est écrit dans l’interview mais pour faits terroristes. Il suffit de lire le rapport du FBI qui traite de la branche américaine de la LDJ : the jewsh defense league : https://www.fbi.gov/stats-services/publications/terror

La Commission de l’immigration et du statut de réfugié au Canada émet une recommandation peu flatteuse sur les groupes appartenant à la mouvance Kahana le 24 février 2004 : http://www.refworld.org/docid/41501c257.html

La LDJ et Israël

« Il faut savoir que notre organisation n’a jamais été interdite en Israël, n’en déplaise à certains médias qui amalgament l’interdiction de la LDJ en Israël (ce qui est faux) et l’interdiction du Kach, parti politique créé par le Rav Meïr Kahane, qui est aussi le fondateur de la Jewish Defense League. Si la LDJ n’est pas réellement active en Israël, c’est qu’elle n’a jamais été réellement créée malgré des camps d’entrainements non officiels d’entraînements.
Cela dit, d’autres organisations semblables à la LDJ (et notamment Lehava) sont ancrées dans la population israélienne »

On peut dire que la LDJ France joue sur les mots. En tant que LDJ France, elle n’a pas été interdite mais sa maison mère Kach lui a été interdite et pour des motifs graves.

En mars 1994, le Ministère des affaires étrangères israélien émet sur son site un mémo sur la mouvance Kahana.

Nous pouvons lire que “ In the 1977 Knesset elections, Kach received less than 4,500 votes. In 1980, Kahane was sentenced to six months in prison for plotting with others to commit a grave act of provocation on the Temple Mount. In 1981, Kach once again failed to introduce any of its members into the Knesset. »

Ainsi nous observons qu’il n’y a que très peu de votes pour ce mouvement et que Kahana a été condamné à six mois de prison

« When the Kach movement submitted its list for the 1984 Knesset elections, the Central Elections Committee ruled that could not participate in the elections. Kach appealed to the High Court of Justice, and its appeal was upheld. The court ruled that the existing electoral law did not allow for the debarring of a party on the grounds of racism. The Court further suggested that the law be amended.

The Kach movement thus ran for election in 1984, winning 26,000 votes, and Kahane became a member of Knesset. He announced that Kach would not support any government that did not advocate the expulsion of the Arabs from Israel.

Accordingly, in August 1985, the Knesset passed an amendment to the Basic Law : The Knesset, in accordance with the High Court’s comment in the Kach case. The amendment added incitemnet to racism as grounds for barring a party from participating in elections. The law now states as follows :

‘A candidates’ list shall not participate in elections to the Knesset if its objects or actions, expressly or by implication, include one of the following:

1) Negation of the existence of the State of Israel as the state of the Jewish people; 2) Negation of the democratic character of the State; 3) Incitement to racism. »

Ainsi le mouvement Kahaniste est pour la justice israélienne raciste

« In 1988, prior to the elections to the 12th Knesset, the Central Elections Committee disqualified the Kach list, basing its decision on the above amendment. In his appeal to the High Court of Justice, Kahane claimed that security needs justify severe measures of discrimination against Arabs. The Court rejected the claim and the appeal, stating that the aims and actions of Kach are manifestly racist. »

La conclusion de mémo qui je le rappelle est du Ministère des Affaires étrangères israélien est sans appel : le mouvement Kahaniste ne peut se présenter aux élections pour cause de racisme.

Pour conclure je vous propose de lire un article publié par le JTA (Jewish Telegraphic Agency) du 14 mars 1994 : https://www.jta.org/1994/03/14/archive/israel-bans-kach-kahane-chai-citing-them-as-terrorist-groups

Dans cet article nous lisons : « the Israeli government has banned the Kach and Kahane Chai political parties.”

Nous apprenons que le Cabinet Israélien déclare ce mouvement comme terroriste : « The Israeli Cabinet, which voted unanimously on the measure during its weekly session Sunday, outlawed the two groups, declaring them terrorist organizations. »

Maintenant vous comprendrez pourquoi le Mouvement Kahaniste n’est pas le bienvenu dans Tsahal : “And in a similar vein, the Israel Defense Force issued what it termed a clarification of its open-fire instructions.

Under the terms of the new instructions, Israeli soldiers were clearly told to take all measures — including opening fire — against anyone, including settlers, who fires at others in a situation that is clearly not self-defense.”

Enfin et cela sera la conclusion de cet article. Pour le ministère de la justice le mouvement Kahaniste est anti-démocratique : “Justice Minister David Libai said the government had taken the measures only after there had been very serious consideration of the implications of the action upon Israeli democracy.