Lorsqu’on entend le récit des événements relatés par la Haggada lors de la sortie d’Egypte, on est abasourdis par l’obstination totalement irrationnelle de Pharaon à accéder à la demande de Moshe de laisser sortir les Hébreux.

Alors que de multiples catastrophes se sont déjà abattues sur le pays d’Egypte, toutes annoncées et accomplies selon un déroulement précis et sans faille.

Pharaon incarne la puissance absolue, il règne sur l’Egypte la superpuissance de l’époque, non comme un roi ni même un empereur : Pharaon a visé au plus haut et s’est auto-proclamé Dieu, il est Maître incontestable et incontesté de toute la terre !

Tout laisse donc supposer que ce personnage est arrivé au sommet grâce à de prodigieuses et exceptionnelles qualités et que nul ne peut rivaliser avec lui.

Survient Moshe, un parfait inconnu pour Pharaon, (Bathia s’est bien gardée de révéler la vérité sur les origines de ce perturbateur) qui ose se présenter devant Dieu/Pharaon avec une demande complètement extravagante et totalement folle :

« LAISSE SORTIR MON PEUPLE »

Rien que ça !

Bien sûr la demande est rejetée avec force et ceci est dans l’ordre des choses…

Une fois, deux fois, trois fois, on comprend jusque là le refus de Pharaon, mais arrive un moment où la situation devient totalement incompréhensible et où elle échappe à toute logique…

Car,

Premier Non, première maccah, (plaie)

Deuxième Non, deuxième maccah,

Troisième Non, troisième maccah…,

et ainsi de suite, chaque plaie annoncée par Moshe étant suivie par son immédiate exécution.

La dixième plaie est la pire de toutes : ce sera la mort des premiers nés, tout les premiers nés, sans aucune exception…

Pourtant Pharaon s’obstine, après chaque plaie il s’engage à laisser sortir Moshe et son Peuple, mais aussitôt débarrassé et la plaie derrière lui (croit-il) il revient sur sa promesse et repart dans ce refus insensé !

Pharaon est-il une tête de mule qui aurait perdu les pédales ?

Ne mesure t-il pas les conséquences de ce jeu funeste et l’issue irrémédiable qui ne manquera pas de se produire ?

Mais non, et c’est bien sur,

La Haggada qui nous donnera la vraie raison :

« Hashem a endurci son cœur »

Pharaon n’est plus maître de ses décisions et il n’est qu’un pantin dans les mains de Celui qui a ordonné et organisé tout le processus qui aboutira à la sortie d’Egypte et à la fin de l’esclavage pour le Peuple Juif !

Israël, depuis la déclaration de son indépendance et les guerres avec ses voisins qui toutes ont été gagnées, a à chaque fois tendu la main et proposé la paix, y compris avec les Palestiniens au prix de douloureuses concessions…

NON, NON, NON,

et encore NON !

Telles furent les réponses, les formes peuvent être diverses ou habilement dissimulées, mais elles aboutissent au même résultat…

Nos ennemis sont-ils DES « têtes de mule » …?

Ont-ils « perdu les pédales » …?

Ne sont-ils pas conscients des enjeux …?

C’est Pessah et bientôt nous relirons la Haggada, comme chaque année depuis notre sortie d’Egypte et la fin de notre esclavage, comme cela nous a été ordonné et afin de ne pas oublier…