La nuit libère sa couleur du soir, elle s’est revêtue de ton Essence
Les étoiles écrivent leurs noms dans l’immensité insondable
La flamme des deux bougies rythme l’unisson de Ta Présence
Le shofar a chanté l’appel du Repos incontournable.

Le calme vient parfaire ce frémissement hebdomadaire
de cette rencontre attendue, voulue, volontaire.
Je m’assieds, j’écoute la mélodie de ta douce Torah
Elle vient envelopper mon cœur en souffrance
qui saigne de ton absence, parfois de ton silence.

Un besoin ineffable m’envahit, celui de n’être qu’à Toi.
Comme le burin qui épouse par ses marques le bois,
tu as inscrit dans mon âme, par ton majestueux doigt
l’Alliance inaltérable, indissociable de ta Sainteté.

Sans Toi, je ne peux imaginer ni ne veux subsister.
La partition de ma vie se joue chaque matin,
l’horloge égrène le temps tantôt de noir,
tantôt de blanc,parfois elle lance le tempo malin
me laissant désemparée quand s’envient le soir.

Mes yeux te cherchent, je rencontre ta Lumière,
une douce brise vient balayer mes pensées,
mes murmures, mes lancinantes prières.

Dans tes bras incommensurables, je suis bercée.
L’oiseau abîmé, celle que nul ne connaît mieux que toi,
ne désire rien d’autre que ton majestueux nid douillet,
caché dans ton doux plumage, tu me couvres de Foi.

Tu es mon Aigle Royal, mon confident, mon espérance, mon ami,
Tu résonnes à chaque instant, chaque seconde de ma vie
Tu es la rosée du matin, le chant de l’hirondelle, l’étoile filante,

Tu es Tout, partout, en Tout… je viens à toi tremblante.
Adon-aï, mon Elohim, mon Abba,
que serais-je sans Toi ?