Israël ne perd pas ses meilleurs et ses plus brillants cerveaux en raison de pâturages plus verts ou de niveaux de vie plus élevés à l’étranger. Il les perd parce qu’il tourne le dos à sa véritable identité. Pour résoudre la fuite des cerveaux, le cœur israélien doit être reconstitué en premier.

Je comprends les scientifiques, les universitaires et les autres grands esprits qui prennent la décision de quitter Israël.

En 1974, j’ai émigré de Lituanie vers Israël et je me suis arrêté à Vienne pour un transit temporaire. Tous les wagons étaient pleins de juifs qui avaient choisi d’émigrer aux États-Unis, au Canada ou dans les pays d’Europe occidentale. Ma famille et une autre famille géorgienne étaient les seules « assez folles » pour immigrer en Israël. En tant que jeune scientifique ambitieux, je ne pouvais pas imaginer que quarante-quatre ans plus tard, en 2018, je serais témoin d’une autre sorte d’Israël.

En Israël aujourd’hui, les grands et moyens esprits peuvent facilement être tentés par des organisations douteuses d’abandonner leur patrie. La raison en est simple : la poursuite du profit matériel. Souvent, ces offres viennent de sources ayant un intérêt à affaiblir Israël, et malheureusement, les dirigeants israéliens sont occupés à essayer de diviser et de gagner ce qui reste de la tarte, plutôt que de rendre le gâteau plus gros ensemble.

Pire encore, un terrain fertile a été créé ici pour que les personnes en position de force puissent se coaliser. Il n’y a pas vraiment de moyen de surveiller les liens tissés entre le gouvernement, l’armée, la police, les tribunaux et les médias. La séparation des pouvoirs n’existe pas. Les rênes ont été lâchées. Les joueurs qui réussissent et les esprits brillants qui restent ici sont ceux qui font le plus de profit.

Notre potentiel spirituel est notre atout le plus précieux

Si j’avais été averti de cette situation il y a quarante-quatre ans, j’aurais emmené ma famille au pays des possibilités illimitées et persuadé la famille géorgienne de venir avec moi, ou au pire des cas je serais revenu sur mes pas.

Qu’est-ce qui me retient ici en Israël ? Seul le potentiel spirituel qui réside dans notre peuple. Nous portons une étincelle d’unité qui provient de notre base même en tant que peuple juif, et si nous la rallumons ici sur la terre d’Israël, nous retrouverons notre mission spirituelle d’être « une lumière pour les nations ».

Être un exemple brillant d’unité est notre vocation en tant que peuple et c’est pourquoi, au fond, toutes les nations attendent quelque chose de nous. Lorsque nous ne fournissons pas cet exemple, les nations sont poussées à exercer des pressions sur nous de diverses manières, en nous pressant de nous unir. Mais si nous donnons l’exemple, nous pouvons inspirer toute l’humanité vers l’unité.

Israël doit reconnaître que la « fuite du cœur » est la cause de la « fuite des cerveaux ». Autrement dit, les Israéliens ont perdu le contact avec cette étincelle d’unité qui les unit et n’ont aucun penchant pour servir de phare d’unité au monde. Ils se sentent motivés pour rester ensemble seulement quand ils sont sous la menace du fusil ; par conséquent, le profit matériel devient le seul calcul qu’ils fassent.

Abraham a semé la graine de l’amour pour tous les peuples

La première chose qu’Israël devrait faire est une campagne massive ravivant l’histoire peu connue de la naissance du peuple juif, qui a eu lieu à Babylone il y a 3 800 ans. Sûrement, chacun peut pointer vers Abraham le patriarche comme le père d’Israël, mais très peu peuvent raconter pourquoi et comment Abraham nous a réunis.

Noam Elimelech écrit dans son livre qu’« Abraham a planté la graine de l’amour pour tous », et Maïmonide explique qu’« il est allé de ville en ville, de royaume en royaume, jusqu’à ce que des milliers et des dizaines de milliers se joignent à lui, la maison d’Abraham (…) et ils sont devenus une nation » (Yad HaKhazakah).

Ainsi, Abraham a parcouru toute la Babylone, et les représentants de toutes les nations qui l’ont suivi et ont pratiqué le principe d’« aimer son prochain comme soi-même » au-delà de toutes les différences, sont devenus plus tard le peuple d’Israël.

C’est pourquoi l’unité globale est le fondement de notre nation. En d’autres termes, le peuple d’Israël était un mini-modèle d’une humanité unie. Et c’est pourquoi si nous ne maintenons pas notre lien d’unité au-delà de toutes les différences, il n’y a pas de raison réelle pour que nous restions ensemble sur la même terre.

Redécouvrir ce lien commun est le seul moyen pour Israël de créer un sentiment renouvelé de patriotisme et de raviver la passion de contribuer à notre patrie, au point que ce soit plus important pour nous que le profit matériel offert à l’étranger.

Dans le même ordre d’idées, Israël devrait honorer et chérir les chercheurs les plus brillants et les autres esprits brillants qui choisissent de rester dans le pays et de renforcer ainsi l’esprit d’unité. Cela pourrait se faire régulièrement grâce à la reconnaissance présidentielle et à une large couverture médiatique de leurs contributions uniques.

Quand nous remplirons le cœur israélien, le cerveau israélien fonctionnera encore mieux.