Les médias israéliens dans leur quasi-totalité cherchent à chasser Netanyahu du pouvoir en invoquant les enquêtes en cours à son sujet. L’argument de faiseurs d’opinion en tout genre consiste à avancer que le fait que le Premier Ministre soit sous investigation exige qu’il s’en aille parce qu’il n’est plus en mesure de remplir ses fonctions de manière adéquate.

Ses adversaires savent qu’ils n’ont pas le support populaire qu’il faudrait pour changer le régime au moyen d’un processus électoral. Faute de cela, ils font une chasse à l’homme et scrutent les recoins de sa vie publique et privée pour y trouver des éléments susceptibles de déclencher des enquêtes. Une fois ces enquêtes ouvertes ils organisent  un tapage autour de l’évènement pour forcer Netanyahu à se démettre.

Les chroniqueurs politiques hostiles à Netanyahu se défendent de commettre un lynchage médiatique en arguant qu’ils ne font qu’informer le public, ce qui est somme tout leur rôle. Mais la vérité est que la plupart de ces enquêtes sont déclenchées par ces mêmes chroniqueurs. Les médias qui les emploient servent ensuite de caisse de résonance au pouvoir judiciaire, qui de son côté ne semble pas trop soucieux du secret de l’instruction.

Le fait est que les fuites sont massives et relayées pratiquement en temps réel par la presse. Il y a donc une dynamique entre médias et justice pour pousser Netanyahu à la démission sans qu’il ait été condamné ni même inculpé.

L’on peut admettre qu’un élu soit gêné dans l’accomplissement de ses fonctions lorsqu’il est l’objet d’une enquête. Mais un soupçon, une délation ou une diffamation ne peut en aucun cas l’obliger à s’effacer. Permettre cela serait substituer le règne des juges et de la presse à celui de la démocratie. Il serait trop facile pour n’importe qui de colporter n’importe quoi contre un élu qui lui déplaît, quitte à ce qu’il y ait non-lieu en fin de compte.  En attendant les électeurs seraient privés de leur élu, et lui-même verrait son mandat révoqué sans raison.

L’offensive médiatique contre Netanyahu a atteint une ampleur qui défie le bon sens. Même quand ses opposants n’ont rien à lui reprocher ils demandent son départ quand une de ses relations a des démêlés avec la justice. Mieux : un membre du Parlement a récemment déclaré que Netanyahu devait être présumé coupable jusqu’à preuve de son innocence.

Ce vacarme médiatique ne fait probablement que renforcer Netanyahu dans l’opinion publique. Pour mémoire, lors des dernières élections la presse avait massivement voté contre lui, mais le peuple avait massivement voté contre la presse.

A bon entendeur salut.