La propagande ravage l’intelligence. Elle avance des éléments sciemment tronqués, diffus et confus. Contrairement à l’information, elle peut être déconstruite  pan par pan.

La propagande anti-israélienne nie le droit à l’existence de l’Etat d’Israël. Elle s’emploie à lui retirer toute légitimité. Elle tire son mythe du conflit israélo-arabe. Elle passe sous silence le caractère de légitime défense dont bénéficie Israël depuis 1948. Elle cache l’invasion arabe subie par Israël la même année. Elle efface la violation par les Etats arabes en 1948 de la résolution 181 des Nations-Unies portant création de l’Etat hébreu. Elle nie les éléments suivants…

1 – Israël est le seul Etat au monde, à qui, il est illégitimement reproché d’occuper civilement et militairement des territoires acquis à la suite d’agressions subies et gagnées.

Pour exemple non exhaustif, le France n’a jamais évacué l’Alsace Moselle en 1945 à l’Allemagne vaincue ! Au contraire, elle s’est empressée de la réintégrer au territoire national avec sa population !

2 – Israël est le seul Etat au monde à avoir distribué des territoires acquis à la suite d’agressions subies et gagnées en échange de la paix ! 

Pour exemple toujours non exhaustif, la France n’a jamais rendu l’Alsace Moselle à l’Allemagne vaincue en 1945 en vue de la signature d’un accord de paix !

3 – Les territoires récupérés par les Etats arabes après les conflits lancés et perdus contre Israël l’ont été grâce aux accords de paix avec Israël. Chaque guerre contre Israël a conduit les Etats arabes à des pertes territoriales, chaque accord de paix a conduit à des récupérations territoriales.

4 – Les dictatures arabes qui oppriment leurs peuples préfèrent conserver leurs régimes et perdre des guerres. La désignation d’un ennemi extérieur constitue un exutoire qui permet la conservation de leurs autocraties.

5 – Le refus d’Arafat de signer les accords du Camp de David permettant l’édification d’un Etat palestinien avec Jérusalem comme capitale a traumatisé définitivement l’opinion publique israélienne et éliminé progressivement les forces de la Gauche israélienne réduite à la portion congrue à chaque élection.

6 – Ni les retraits israéliens (militaires au Liban, civils et militaires à Gaza), ni les fonds alloués à cette occasion à l’Autorité palestinienne n’ont permis quelques accords de paix. Au contraire, les territoires évacués ont subi l’installation et la terreur de milices théocratiques (Hamas à Gaza, Hezbollah au Liban)

7 – L’environnement géopolitique sanglant du Proche-Orient donne raison à Israël de défendre son Etat et son peuple. 

8 – Le caractère démocratique israélien gêne les régimes qui lui sont hostiles. Les propos antisémites et anti-israéliens de parlementaires arabes israéliens – rémunérés sur le denier public israélien !- entachent encore un peu plus les mouvements palestiniens.

9 – La propagande hostile à Israël en général et aux Juifs en particulier ruine toutes les tentatives et les succès électoraux des mouvements israéliens favorables aux accords de paix. 

10 – Le maintien de populations palestiniennes dans la misère sert l’intérêt des dictatures arabes à empêcher toute résolution du problème et au contraire à l’envenimer. Rien ne serait plus simple pour les pétrodictatures aux budgets illimités d’investir à Gaza, à Ramallah ou à Jennine…

11 – Les peuples souffrent de l’incapacité de leurs dirigeants à procéder par vision d’Etat à l’organisation régionale de la paix. Il souffrent de l’appétit commercial et marchand des démocraties occidentales qui vendent leurs âmes pour de fructueux contrats.

En dépit des désagréments occasionnés par la puissante propagande qui lui est hostile, l’Etat hébreu est une puissance démocratique, marchande, militaire, numérique, financière. Il constitue au sein d’un Proche-Orient en feu un havre de stabilité.

Il ne lui manque que la paix.

Pierre Saba

08. 09. 15